Ma voie littéraire
Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami
Ma 1re année
Licence LEA
(langues étrangères appliquées)

Salle informatique

Les examens approchent ! Des aides aux révisions sont proposées aux étudiants.

Licence LEA
LEA

Marie (plan taille)

Marie, étudiante en 2e année de licence LEA, revient pour nous sur sa 1re année.

Installée près de la gare de Roubaix, à proximité du métro, l’UFR de LEA (langues étrangères appliquées) de l’université de Lille accueille ses étudiants dans des locaux flambants neufs. Ce petit campus en plein développement  offre des conditions d’études agréables. Étudiante en 2e année, Marie revient sur sa 1re année de licence LEA, qui s’est avérée pleine de (bonnes) surprises.

Pourquoi avoir choisi la licence LEA ?

Attirée par la langue et la culture chinoises, Marie a choisi de les étudier au lycée dans le cadre de la LV3. Pourquoi le chinois ? "C’est une langue que peu de gens pratiquent, et la Chine est un pays dont on entend de plus en plus parler. Je me disais que ce serait un atout dans mon CV", explique Marie. C’est suite à un entretien avec la conseillère d’orientation du lycée qu’elle a décidé de s’inscrire en licence LEA après son bac L : "J’avais envie de continuer le chinois, et le commerce m’attirait."

Quelles sont les difficultés rencontrées ?

La principale difficulté selon Marie ? Apprendre à gérer son autonomie : aller en cours même si la présence n’est pas contrôlée, travailler même si ce n’est pas demandé explicitement par les professeurs… "À l’université, on est beaucoup moins encadré qu’au lycée, constate Marie. On ne fait pas l’appel à tous les cours, on ne nous dit pas qu’il faut réviser parce qu’il y a un examen. On doit vraiment se prendre en charge et apprendre à faire son propre planning de travail."

À quel rythme a-t-il fallu s’acclimater ?

"J’étudie davantage qu’en terminale, affirme Marie. J’ai à peu près autant de travail personnel que de cours, même si c’est variable selon les périodes. Cela peut être plus important pendant les périodes d’examen." La jeune femme a cependant pris l’habitude de travailler régulièrement : "On a des recherches à faire, on doit préparer les cours. Certains cours, comme l'économie, sont sur Moodle, une plateforme en ligne. Je le prends en note avant comme ça, quand j’arrive en cours, je peux me concentrer sur ce que le prof dit au lieu de me dépêcher pour tout noter."

Ce qui change par rapport à la terminale ?

"La liberté. Et ça fait du bien de se sentir libre, reconnaît Marie. Quand j’étais au lycée, j’allais en cours parce que j’y étais obligée, parce que j’avais peur d’avoir des problèmes. Ici, je vais en cours parce que je l’ai choisi, parce j’ai envie d’apprendre, de valider mon année et d’avoir mon diplôme." L’autre gros changement, le fait d’être moins encadré qu’au lycée : "C’est un choc quand on arrive, mais il faut s’y faire et au final, ça va, on s’adapte." Autre nouveauté pour Marie, pouvoir s’impliquer dans la vie associative. Elle est devenue vice-présidente de l’association des étudiants de LEA et de l’IMMD, qui organise des événements à l’attention des étudiants (parrainage des premières années par des étudiants plus avancés, week-end d’accueil en début de L1, tenue d’une cafétéria, d’un service de papeterie etc). Marie est aussi élue au conseil d’administration de l’université de Lille. "Avant, au lycée, j’étais dans mon coin, avec mes cours. Ici, j’ai découvert l’associatif, je me suis impliquée et ça m’a permis de rencontrer des gens, de découvrir de nouvelles activités." 

Votre avis sur la formation en licence LEA ?

"La licence LEA ouvre beaucoup de portes. C’est une filière assez générale, très intéressante si on aime les langues. Cela permet également de faire de l’économie, du droit, précise Marie. Si on est intéressé par le commerce, le tourisme ou la traduction, c’est une très bonne formation." Ce qu’elle retient de sa 1re année ? "Pour l’instant, ça reste les meilleures années de ma vie. C’est bien d’apprendre quelque chose qu’on a réellement choisi soi-même. Participer à une association est aussi une belle expérience. Je le recommande à tout le monde." Ses projets pour la suite ? Terminer sa licence, puis préparer un master en commerce international, ou bien intégrer une école de commerce.

À lire aussi

Info plus

Haut de page

Mon orientation en ligne