Cliquez
pour afficher
le menu
Bandeau
Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Objectif égalité

Bourgogne - Dijon / Publication : 24 octobre 2018
Malgré une forte mobilisation régionale en faveur de l’égalité filles-garçons, des disparités subsistent.

Accueil

L'égalité des filles et des garçons constitue une des missions fondamentales de l'Éducation nationale. Les établissements scolaires sont mixtes depuis les années 70, pourtant des disparités subsistent encore dans les parcours scolaires et les choix d’orientation des filles et des garçons.

 

L’égalité en Bourgogne-Franche-Comté

En Bourgogne-Franche-Comté, comme au niveau national, les filles sont scolarisées plus longtemps que les garçons. Elles connaissent moins de retard scolaire, quel que soit leur milieu social d’origine et sont plus nombreuses à être diplômées du supérieur.

 

egalite en BFC

Pourtant, elles ont plus de difficulté à s’insérer professionnellement et accèdent peu aux postes à responsabilités. En 2015, on comptabilisait, dans notre région, seulement 17,6 % de femmes cadres dirigeantes.

Quelques notions pour comprendre

De nombreuses études permettent d’analyser comment se sont développés ces processus inégalitaires. Voici quelques notions pour comprendre : 

Les stéréotypes de sexe

"Les stéréotypes de sexe sont des représentations schématiques et globalisantes qui attribuent des caractéristiques supposées "natu­relles" aux filles/femmes, aux garçons/hommes. Les stéréotypes de sexe font passer pour naturels et normaux des rôles de sexe différents et hiérarchisés, assignés aux femmes et aux hommes."

Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes, Guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe, 2015.

Différenciation et hiérarchisation

"Lorsqu’on représente le féminin et le masculin, on remarque que les présentations comparatives dominent, en insistant sur les différences : la femme est toujours représentée comme plus petite que l’homme. Certes, en moyenne, c’est représentatif ; mais par extension, on en vient à considérer que [tout] ce qui est féminin serait par nature plus petit que [tout] ce qui est masculin. Ce processus de "bicatégorisation" conduit non seulement à différencier, mais aussi à hiérarchiser. Le masculin est associé à ce qui est grand, fort ou courageux, à la possession de l’espace, à la transformation du monde et aux affaires publiques. Autant d’attributs connotés positivement, où l’on glisse insensiblement de caractéristiques physiques à des rôles sociaux.

La représentation du féminin se construisant en miroir, ses attributs sont de moindre valeur : petite, faible, crain­tive, occupée à la reproduction et à la sphère du foyer."

Hugues Demoulin, Égalité, mixité. État des lieux et moyens d’action au collège et au lycée, 2015.

La non-mixité dans les filières

La non-mixité dans les filières est due à l’évitement de l’autre sexe.

"Quel que soit le niveau du palier d’orientation (3e, 2de ou terminale), on repère le même phénomène : ce qui est attractif pour l’une des catégories de sexe est répulsif pour l’autre. En fait, l’écrasante présence d’un des deux sexes dans une filière est généralement due à l’évitement de l’autre sexe. […] Le clivage est net : l’éducation, le social, le soin, pour les unes ; le technique, la production, le scientifique pour les autres."

Françoise Vouillot, L’orientation, le butoir de la mixité, 2010. 

Une orientation influencée par les stéréotypes

"Parler de "choix" devant l’orienta­tion massive des filles vers les profes­sions du tertiaire, et plus spécialement vers celles qui comportent une aide apportée aux autres, serait trop facile : les choix des garçons comme des filles sont fortement structurés par une "logique de sexe", même s’ils sont vécus comme répondant à des goûts personnels. Logique dictée, sauf pour une minorité pionnière, par les rôles, les stéréotypes […]. Pour les filles le projet professionnel s’insère dans un projet de vie comportant un rôle familial impor­tant […]. "

Marie Duru-Bellat, L’école des filles : quelle formation pour quels rôles sociaux ? 2016 

L’influence de la société

Les filles et les garçons ont des intérêts différents. Tout comme les qualités (dont certaines sont attribuées aux filles et d’autres aux garçons - arbitrairement), les intérêts sont aussi développés différemment que l’on soit une fille ou un garçon.

Tout au long de leur vie, filles et garçons vont faire des choix (jouets, activités, formations, métiers, etc.) et contrai­rement à ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas toujours par réel intérêt.

Parfois, il s’agit d’une volonté de faire une activité conforme aux rôles attribués par la société aux filles et aux garçons. Ainsi, les filles jouent davantage avec des poupons, poussettes et dînettes car c’est ce que la société attend d’elles (catalogues de jouets, publicité, dessins animés, littérature jeunesse, entourage familial, crèches, etc.). Tandis que les garçons jouent plutôt avec des voitures ou des objets de construction.

Pour les élèves, il semble important de suivre une voie qui les intéresse en tant que personne (et non en tant que fille ou garçon).

 

Et la loi, que dit-elle ?

Les questions de mixité et d’égalité entre les femmes et les hommes, notamment en matière d’orientation, sont inscrites depuis plusieurs années dans la loi :

Article L 121-1 du Code de l’éducation - août 2018

"Les écoles, les collèges, les lycées et les établissements d'enseignement supérieur […] contribuent à favoriser la mixité et l'égalité entre les hommes et les femmes, notamment en matière d'orientation. […] Ils assurent une formation à la connaissance et au respect des droits de la personne ainsi qu'à la compréhension des situations concrètes qui y portent atteinte. […] Les écoles, les collèges et les lycées assurent une mission d'information sur les violences et une éducation à la sexualité ainsi qu'une obligation de sensibilisation des personnels enseignants aux violences sexistes et sexuelles et à la formation au respect du non-consentement."

L’article L 121-1 du Code de l’éducation - août 2018

Loi égalité et citoyenneté - janvier 2017

Parue en janvier 2017, la loi égalité et citoyenneté réaffirme des mesures importantes concernant l’égalité femmes-hommes notamment la parité dans la présidence des jurys de concours, dans les commissions et instances dont celles des vies lycéenne et collégienne, le renforcement des compétences du CSA en matière de lutte contre la diffusion de publicités ou d’images sexistes, la reconnaissance de circonstances aggravantes du sexisme dans les délits et crimes.

Loi égalité et citoyenneté - janvier 2017 

Loi pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes - août 2014

La loi pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes est parue en août 2014.
Elle a pour objectif notamment de prévenir et lutter contre les stéréotypes sexistes et de garantir l’égalité professionnelle et la mixité des métiers.

Loi pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes - août 2014

 

Des conventions pour mener des actions

Un travail conjoint sur les questions d’orientation a été mise en place grâce à une convention interministérielle. Elle a été suivie par la signature d’une convention régionale qui a déterminé les actions prioritaires à mener en Bourgogne-Franche-Comté.

Convention interministérielle

Les questions d'orientation sont au cœur de la convention interministérielle 2013-2018 pour l’égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes, dans le système éducatif.

Les trois chantiers prioritaires de la convention :

1. Acquérir et transmettre une culture de l'égalité entre les sexes,

2. Renforcer l'éducation au respect mutuel et à l'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes,

3. S'engager pour une plus grande mixité des filières de formation et à tous les niveaux d'études.

Convention interministérielle pour l'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif

Convention régionale

Les acteurs du système éducatif ont signé en avril 2014 une convention régionale qui détermine les actions à mener en prenant en compte les spécificités et les besoins de la Bourgogne-Franche-Comté.

Elle met l’accent sur trois grands axes de travail :

1. Améliorer l’orientation scolaire et professionnelle des filles et des garçons pour une meilleure insertion dans l’emploi,

2. Assurer auprès des jeunes une éducation à l’égalité entre les sexes,

3. Intégrer l’égalité entre les sexes dans les pratiques professionnelles et pédagogiques des acteurs et actrices du système éducatif.

Le guide pédagogique Objectif égalité a été réalisé dans le cadre de cette convention.

 

Ressources

Sites de référence ou idées lecture en un clic, de nombreuses ressources existent pour vous aider à travailler avec vos classes sur la thématique de l'égalité entre les filles et les garçons. Nous en avons sélectionné quelques-unes pour vous…

Documents à télécharger

 

Filles et garçons sur le chemin de l’égalité de l’école à l’enseignement supérieur - 2018
Les ministères de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, de l’Enseignement, de la Recherche et de l’Innovation éditent chaque année des données statistiques natio­nales mettant en parallèle le parcours scolaire des filles et des garçons.

Vers l’égalité réelle entre les femmes et les hommes - 2018
Des inégalités persistent dans les domaines de l’éducation, de l’emploi, des institutions ou encore de la santé… C’est ce que révèle une série de chiffres clés éditée par le Secrétariat d’État chargé de l’égalité entre les femmes et les hommes.

 

ressources lecture

 À lire aussi

Vous avez besoin d’une documentation sur la thématique de l’égalité filles-garçons (rapports, études, chiffres clés…), voici quelques idées lectures en un clic…

 

Sites de référence

 

Matilda
Matilda est une plateforme numérique collaborative, créée par l’association v.ideaux en partenariat avec plusieurs minis­tères dont l’Éducation nationale. Elle met à disposition vidéos et outils collaboratifs sur la thématique de l’égalité entre les filles et les garçons.
Les + : une recherche par enseignement et par niveau.

Elles bougent
Faire découvrir les formations et les métiers scientifiques et d’ingénierie, c’est l’objectif de l’association « Elles bougent » composée d’établissements d’enseignement supérieur, d’entreprises et de professionnelles.
Les + : un réseau de marraines peut être sollicité !

Capital filles
Des professionnelles volontaires, appartenant à un réseau d’entreprises locales, « marrainent » des lycéennes issues de quartiers « politique de la ville » ou de zones rurales. Leur objectif : favoriser leur poursuite d’études dans le supérieur.
Les + : différentes formes de « marrainage » (ateliers collectifs, témoignages, tutorat d’une jeune fille...)

 

Ressources web

 Sur le web

De nombreux sites, consacrés à l’égalité filles-garçons, proposent des éléments de réflexion, des pistes pédagogiques ou encore des actions, voici une sélection de sites incontournables.

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels