Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Sommaire du dossier

L'enseignement agricole, 100% nature !

Les métiers de l'agriculture, modernité et respect de l'environnement

Centre - Orléans / Publication : 22 novembre 2015
L’enseignement agricole accompagne les mutations du monde agricole et des territoires, marquées par d’importantes évolutions technologiques liées à l’innovation, à la prise en compte des attentes de la société dans les domaines de la sécurité sanitaire et de la qualité des aliments, de la gestion équilibrée des productions agricoles et des espaces naturels, et de la vie des territoires.

©AREFA Centre-Val de loire

Des nouvelles technologies au service de l’agriculture

Les équipements pour l’agriculture et les pratiques agricoles connaissent d’importantes évolutions.
L’ensemble des disciplines scientifiques sont mobilisées par les chercheurs, les fabricants et les constructeurs. On assiste à un foisonnement  de nouvelles technologies qui sont mises à la disposition des professionnels de l’agriculture.
De nombreuses applications du numérique modifient considérablement les méthodes de travail, accompagnent l’agriculteur au quotidien et lui permettent d’améliorer la qualité de vie.

Toutes les productions végétales et animales bénéficient déjà d’outils spécifiques. Au nombre des exemples dont l’utilisation est devenue courante :

-> des matériels agricoles de plus en plus « connectés » : équipements électroniques sophistiqués et moyens de communication : ordinateurs de bord pour le guidage de précision des outils par satellite (GPS) par exemple, gestion des cultures à l’aide de photographies aériennes et satellitaires.
Ainsi, les agriculteurs utilisent des systèmes d’information spécifiques (prises de vue par satellites ou par drones) pour disposer des données les plus précises sur le stade d’évolution des cultures, les conditions techniques de travaux culturaux.
Ces systèmes de cartographie ou de guidage au sol dans les parcelles facilitent la prise de décision. Les éléments transmis permettent ainsi d’éviter les recoupements ou les manques lors des passages des engins…la précision peut atteindre quelques centimètres !

-> des matériels d’élevage permettant d’optimiser la conduite des troupeaux et simplifier les tâches de l’éleveur :
   • gestion fine de l’alimentation complémentaire des vaches laitières avec l’utilisation du distributeur automatique d’aliments (DAC),
   • installation de robots de traite couplés à ces distributeurs d’aliments. Les vaches  équipées de capteurs se rendent elles-mêmes se faire traire par le robot de traite et les capteurs qui équipent la vache renseignent l’éleveur sur la quantité et la qualité du lait produit. Ces dispositifs qui assurent  de manière individuelle et automatique la ration correspondant au cycle de production de chaque animal  permettent une production optimale de lait et un meilleur suivi du troupeau,
   • surveillance à distance des bâtiments d’élevage, des animaux et aires de production  par installation de via caméras connectées.

Pour la surveillance des animaux, des éleveurs ont équipé leurs étables de caméras connectées, ils peuvent ainsi observer leurs animaux directement à distance sur ordinateur. Des outils d’alerte pour les mises bas notamment sont en phase de vulgarisation. Ils associent capteur sur la vache et alerte SMS sur téléphone ou tablette...

Tous les métiers liés à la production agricole se complexifient, les exigences liées au respect de l’environnement, à la qualité des produits, au bien-être animal, à la sécurité alimentaire et à la traçabilité des produits demandent une grande technicité et un usage accru de nouvelles technologies.

« Enseigner à produire autrement », l’enseignement agricole au cœur de la transition agro-écologique

Face à certaines impasses économiques, environnementales ou sociales du modèle agricole actuel et face à l’évolution critique de plusieurs facteurs (gaz à effet de serres, températures, qualité des eaux,…), l’agro-écologie vise à promouvoir des systèmes de production agricoles performants sur le plan économique tout en diminuant les pressions sur l’environnement et en préservant les ressources naturelles, elle prône le « produire autrement ». 

Quelques exemples de pratiques agro-écologiques : préserver et tirer profit de la biodiversité dans les systèmes de production, développer des systèmes économes en intrants chimiques (engrais, pesticides), diversifier les cultures,…A ce titre, l’agriculture raisonnée (qui limite l’usage de produits chimiques) ou l’agriculture biologique sont représentatifs de systèmes agro-écologiques.

L’enjeu est d’utiliser la nature comme facteur de production en maintenant ses capacités de renouvellement.

Pour faciliter l’appropriation de la démarche agro-écologique par les agriculteurs, des programmes d’actions ont été mis en place :
    > Un plan Ecophyto 2018,  pour aider à la réduction de l’emploi des pesticides
    > Un plan Eco-Antibio, pour réduire l’utilisation d’antibiotiques vétérinaires
    > Un plan protéines végétales, pour contribuer à l’autonomie fourragère des exploitations et réduire la dépendance en protéines végétales
    > Un plan azote et méthanisation, pour valoriser l’azote organique présent dans les effluents d’élevage et diminuer l’utilisation d’azote minéral
    > Un plan biodiversité, apiculture durable, pour améliorer la santé des abeilles et développer la production apicole sur le territoire français
    > Le programme « Ambition Bio 2017 », afin de développer la production agricole ‘’bio’’ pour accroître la consommation de produits issus de l’Agriculture Biologique
    > Un plan semences et agriculture durable, pour contribuer à l’élaboration de variétés de semences et de plants pour une agriculture durable.

Cette transition agro-écologique des agriculteurs est accompagnée par une adaptation des modes d’enseignement dans le cadre du plan « enseigner à produire autrement » porté par les établissements d’enseignement agricole.

Ce plan repose sur une modification majeure des cadres de pensée, des modes d’acquisition des savoirs et des pratiques ainsi que par le renforcement des connaissances agronomiques et de la réalité professionnelle.
Les exploitations agricoles des lycées sont fortement mobilisées.

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels