Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Sommaire du dossier

S'informer sur l'enseignement supérieur

Dispositifs Sciences Po pour encourager l’ambition des élèves

Champagne-Ardenne - Reims / Publication : 26 novembre 2018
Sciences Po Paris mais aussi les Instituts d’Etudes Politiques régionaux ont développé des dispositifs pour démocratiser leur examen / concours. Des programmes qui marchent et qui incitent les élèves à viser haut !

Visuel article sciences po

Sciences Po, c’est quoi ?

 

En France, il existe 10 établissements supérieurs qu’on appelle IEP (Instituts d’Etudes Politiques) ou « Sciences Po » :

  • Sciences Po Paris, le plus connu d’entre eux, qui possède en plus de son campus parisien des campus en région : Dijon, Le Havre, Menton, Nancy, Poitiers et Reims. Chacun d’entre eux délivre une spécialisation particulière en plus du programme commun à tous. Le campus de Reims, par exemple, dispense le programme Europe-Amérique du Nord et le programme Europe-Afrique ;
  • 9 IEP régionaux répartis à Aix-en-Provence, Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Rennes, Saint-Germain-en-Laye, Strasbourg, Toulouse.

Qu’est-ce qu’on y étudie ?

 

Les études en IEP

D’une durée de 5 ans, les études en IEP s’articulent en 2 cycles. Le 1er, de 3 ans, est axé sur la pluridisciplinarité. Le 2e cycle, de 2 ans, est celui de la spécialisation et de la professionnalisation.

Le premier cycle

Économie, droit, histoire, relations internationales, sciences politiques, langues... On ne fait pas que des sciences politiques en IEP. L'objectif : permettre aux étudiants de développer une approche pluridisciplinaire des questions qui se posent à la société et d'exercer leur esprit critique.

Une année à l'étranger. Une année entière se déroule hors des frontières : la 3e le plus souvent, sauf à Bordeaux et Grenoble où les étudiants s'expatrient dès la 2e année.

Le deuxième cycle (également appelé cycle master)

Avec 15 à 20 cycles masters proposés en général dans chaque IEP, les domaines de spécialisation sont multiples.

 

Pourquoi je pourrais l’envisager ?

 

Beaucoup d’élèves décident à tort qu’ils n’ont pas leur place en IEP à cause de trois a priori très répandus. Pour casser ces barrières et augmenter les chances de réussite des élèves défavorisés, les IEP ont développé des dispositifs spécifiques. Nous vous présentons ici ceux qui sont présents dans la région Grand Est, à savoir :

  • Les Conventions Education Prioritaire (CEP) développés par Sciences Po Paris notamment sur son campus de Reims ;
  • Le PEI, développé par l’IEP de Strasbourg.

Les a priori sur les IEP

 

Moi, tenter un IEP ?

A cette question, de nombreux élèves répondent négativement, parce qu’ils / elles ne sont pas intéressé.e.s par une carrière politique, pensent qu’ils échoueront ou encore qu’ils n’ont pas les moyens de financer ce type d’études. Ces trois a priori sont toujours exprimés par des jeunes qui ne sont pas familiers de ce type d’études. Les IEP, dans un souci d’égalité et de diversité, ont mis en place des dispositifs destinés à accompagner celles et ceux qui pourraient être intéressés mais ne le savent pas encore.

Idée reçue n°1 : un IEP, c’est fait pour faire de la politique.

Bien sûr que c’est la voie royale quand on vise le concours de l’ENA (Ecole nationale de l’administration) par où la plupart de nos hommes et femmes politiques sont passés. Mais les débouchés à l’issue des études de sciences politiques sont très variés : les carrières publiques, les relations internationales, les affaires européennes, la communication, le journalisme, la banque-finance, ou encore la santé ou le social. Et la majorité des diplômés travaillent dans le secteur privé.

Idée reçue n°2 : les études en IEP sont trop chères.

Des aides sont mises en place dans chaque IEP pour permettre à des jeunes aux revenus modestes de poursuivre leurs études dans de bonnes conditions. A titre d’exemple, les boursiers sont exonérés de droits de scolarité et Sciences Po complète même la bourse à hauteur de 75% de son montant.

Idée reçue n°3 : c’est trop difficile pour moi

Ce sont certes des études exigeantes, mais qui vont satisfaire les élèves curieux du monde pour peu qu’ils/elles soient mis en confiance. C’est l’objectif essentiel des dispositifs d’accompagnement.

Les dispositifs de Sciences Po Paris

 

La Convention éducation prioritaire pour intégrer Sciences Po Paris

Quel est le principe de la CEP ?              

Il s’agit d’une voie spécifique de recrutement pour intégrer Sciences Po Paris en première année, différente de la voie de recrutement « classique ». Son but est de rétablir l’égalité d’accès à l’examen auprès des élèves défavorisés pour des raisons économiques ou sociales.

A quels élèves est-elle destinée ?

Les élèves doivent :

  • faire partie depuis la classe de seconde d’un des lycées ayant signé la convention partenaire ;
  • y préparer actuellement le baccalauréat ;
  • être déclarés admissibles par leur lycée.

Dans quels lycées du Grand Est la convention est-elle mise en œuvre ?

Académie de Reims

  • Lycée Vauban – Givet (08)
  • Lycée Jean Moulin – Revin (08)
  • Lycée Pierre Bayle – Sedan (08)
  • Lycée Marie de Champagne – Troyes (10)
  • Lycée François 1er – Vitry-le-François (51)
  • Lycée Saint-Exupéry – Saint-Dizier (52)

Académie de Nancy-Metz

  • Lycée Félix Mayer – Creutzwald (57)
  • Lycée Saint-Exupéry – Fameck (57)
  • Lycée Blaise Pascal – Forbach (57)
  • Lycée Jean-Victor Poncelet – Saint-Avold (57)

A noter : il n’existe pas encore de lycée de l’académie de Strasbourg proposant la convention CEP.

Quelle est la procédure d’entrée à Sciences Po pour les élèves en CEP ?

Les élèves en CEP peuvent toujours passer l’examen d’entrée classique, mais ils peuvent aussi passer la procédure d’admission des Convention Education Prioritaire (CEP) qui se déroule en trois étapes :

  1. La constitution d’un dossier de presse durant l’année de terminale, avec la rédaction d’une note de synthèse et d’une note de réflexion personnelle.
  2. Le jury d’admissibilité, pendant lequel le candidat présente sa revue de presse dans son établissement d’origine devant un jury de son lycée.
  3. L’épreuve d’admission, qui se déroule face à un jury de Sciences Po à Paris.

Si le candidat passe avec succès ces deux oraux, il doit ensuite valider une dernière étape pour intégrer Sciences Po qui consiste à obtenir son baccalauréat sans passer par les rattrapages.

En savoir plus

Quels résultats ?

 

Total France

Candidats

1 001

Admissibles

791

Admis

158

Les 3/4 des admis sont des boursiers.

Comment se passe l’intégration à Sciences-Po pour les étudiants issus de la CEP ?

Pour aider les étudiants venant de CEP à acquérir les méthodes de travail propres à Sciences-Po, l’école a créé le Programme « Booster ». Après étude des dossiers, Sciences Po offre la possibilité à 50 élèves de participer au programme Booster. Celui-ci est d’une durée de 8 jours, en immersion sur le campus de Reims. Ce programme se déroule, début juillet, à l’issue des résultats de l’admission et du baccalauréat. Au début de la première année, un tutorat, avec des enseignants de Sciences-Po, est proposé aux étudiants.

Existe-t-il des aides financières spéciales pour payer ses études à Sciences-Po ?

OUI. Pour les étudiants boursiers sur critères sociaux, Sciences Po complète la bourse CROUS d'un montant équivalent à 75% de celle-ci, sous réserve que l'étudiant ne bénéficie pas de l'aide au mérite du CROUS.

Exemple : un étudiant bénéficiant d’une bourse de 4505€ par an touchera au final un montant total de 4505 x 1.75 = 7884€ par an.

Plus d’informations sur le financement de ses études à Sciences-Po

Y-a-t-il des différences entre les élèves ayant suivi la voie CEP et les autres ?

NON. En cas de difficultés ponctuelles, ils ont droit à un tutorat personnalisé au même titre que les autres élèves. Mais ils réussissent leur scolarité à Sciences Po aussi bien que ceux-ci. Après leur cursus, la durée d’obtention d’un premier poste est comparable à celle des autres diplômés, de même que le montant du salaire à l’embauche. En savoir plus

Et aussi « Premier campus »

Un dispositif expérimental de Sciences Po Paris pour se familiariser avec les études supérieures 

Durée ? 4 x 1 semaine d’immersion sur le campus de Sciences-Po à Reims.

Objectif ? Améliorer ses compétences d’expression, de communication, d’organisation et se préparer ainsi au monde des études supérieures.

Comment ? Avec des cours magistraux et des ateliers pratiques, créatifs et artistiques, organisés autour d’un thème différent chaque semaine (ex : l’identité).  

Pour qui ? Près de 20 élèves de l’Académie de Reims, de la Seconde à la Terminale, scolarisés dans 4 lycées partenaires : Verlaine à Rethel (08), Gaston Bachelard à Bar-sur-Aube (10), Saint-Exupéry à Saint-Dizier (51) et François 1er à Vitry-le-François (52).

Coût ? 100% gratuit

 

Le dispositif de l’IEP de Strasbourg

 

Le Programme d’études intégrées développé par Sciences Po Strasbourg

Quel est le principe du PEI ?

7 IEP régionaux parmi les 9 existants partagent le même concours d’entrée : Aix-en-Provence, Lille, Lyon, Rennes, Saint-Germain-en-Laye, Strasbourg et Toulouse. Ils ont également créé le Programme d’études intégrées. Ce programme  permet à des lycéens défavorisés de préparer le concours d’entrée en 1ère année de ces établissements. Il les motive aussi à envisager des études supérieures longues.

A quels élèves est-il destiné ?

Le programme PEI est destiné à des élèves qui manqueraient d’ambition, pour des raisons sociales, économiques, familiales, culturelles, de handicap, ou territoriales. C’est pourquoi il est surtout développé dans des lycées situés en réseau d’éducation prioritaire (REP)  ou dans des territoires ruraux isolés. A noter : 26 % des élèves accompagnés sont boursiers du secondaire et 61% le seront dans le supérieur.

En quoi consiste le PEI ?

Le PEI accompagne le plus souvent les élèves en classe de terminale (PEI TERMINALE), via 5 grands types d’actions :

  • un accès à une plateforme de contenus en ligne ;
  • un accompagnement au sein de chaque lycée ;
  • des stages de préparation intensifs au concours ;
  • un système de tutorat personnalisé ;
  • des actions culturelles.

Sciences Po Strasbourg a également développé PEI PREMIERE et PEI COLLEGE.

Dans quels établissements le PEI est-il mis en œuvre ?

Concernant l’académie de Reims, Sciences Po Strasbourg assure la mise en œuvre du programme dans cinq lycées partenaires : Thomas Masaryk à Vouziers (08), Chrestien de Troyes et Camille Claudel à Troyes (10), Charles de Gaulle et Edmé Bouchardon à Chaumont (52). Essentiellement avec des élèves de terminale.

Comment s’inscrire au PEI ?

Les élèves faisant partie de ces cinq lycées et intéressés par le programme doivent s’inscrire en complétant un dossier de candidature en ligne qu’ils devront ensuite rendre à leur professeur.e principal.e. Les inscriptions s’effectuent chaque année en septembre.

Quels sont les résultats des élèves ayant suivi le PEI ?

  • 121 élèves de terminale ont été suivis par le PEI en 2017-2018 ;
  • 81% d’entre eux ont décroché une mention BIEN ou TRÈS BIEN au baccalauréat (contre 30% des élèves au niveau national) ;
  • 88 élèves du PEI ont présenté au moins un concours d’IEP en mai 2018, et 23 l’ont réussi (= 26%, contre 12% au niveau national) ;
  • hors intégration d’IEP, plus de 9 élèves sur 10 optent pour des études supérieures longues (dont 49% à l’université, le plus souvent dans des licences doubles diplômes exigeantes, et 18% en classe préparatoire). 

En savoir plus

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels