Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Portrait de Yannick Lebrun, Danseur Professionnel

Guyane - Cayenne / Publication : 2 mars 2020
« Ambition : réussite ! » propose une série de portraits de jeunes guyanais passionnés par leurs professions. Déclinée sous forme d’interviews, elle permet de découvrir des parcours scolaires et universitaires et des métiers. L’occasion de partager des expériences et de créer des vocations !

LEBRUN

Yannick

32 ans

NEW YORK

 

 

 

 

Parlez nous de votre profession ?

Je suis danseur professionnel depuis 9 ans dans la plus grande compagnie de danse moderne au monde : Alvin Ailey. De 2004 à 2006, j’ai été élève dans cette compagnie.

En 2008, j’ai intégré la Compagnie Junior qui, chaque année, recrute les meilleurs élèves de l’école.

 

Pour en savoir plus sur les métiers de danseur professionnel, cliquez ici

 

Présentez nous votre école de danse ?

L’Ecole Alvin Ailey a été créée en 1958 et comprend une quarantaine de danseurs  professionnels. Elle est basée à New-York, dans le quartier de Manhattan.  Elle est connue sur la scène internationale et organise de nombreuses tournées en Amérique et à travers le globe.

 

Qu’est ce qui vous a donné envie d’exercer cette profession ?

C’est l’aboutissement d’un rêve ! J’ai toujours aimé danser aux rythmes des tambours de Guyane et de son Carnaval ! Mais le déclic s’est réellement produit en allant voir ma cousine en représentation à l’ADACLAM qui est une école de danse de Cayenne. J’ai décidé de m’y inscrire dès 1995.

Qu’appréciez vous tout particulièrement dans l’exercice de votre profession?

Ce que j’apprécie tout particulièrement dans cette profession et dans cette compagnie, c’est le côté varié du répertoire. C’est une compagnie de danse moderne mais nous sommes amenés à faire des ballets composés par des chorégraphes de styles très différents : de hip-hop, afro-moderne, new jazz…

C’est passionnant de passer d’un style à l’autre !

J’adore également voyager, aller à la rencontre de publics différents, me retrouver au Canada, au Mexique et quelques jours plus tard en Israël ou en Suisse !

 

Quelles en sont les exigences ?

Le métier de danseur exige une grande rigueur et beaucoup de travail…

Il faut également avoir une excellence hygiène de vie pour être en forme lors des nombreuses et longues tournées. L’outil de travail d’un danseur, c’est son corps, et il est indispensable d’être en bonne santé !

 

Quelles en sont les contraintes ?

Voyager 8 mois sur 12 demande des sacrifices, notamment du point de vue sentimental !

Il faut également savoir s’adapter rapidement à une nouvelle culture, de nouvelles habitudes alimentaires… Mais ma passion pour la danse me permet de dépasser toutes ces difficultés !

Quelles sont les qualités qu’il est souhaitable d’avoir pour exercer votre profession ?

Il faut être persévérant, travailleur et exigeant vis à vis de soi-même pour rester parmi les meilleurs. Il est également nécessaire d’avoir une grande estime de soi, se persuader que l’on peut y arriver et se donner les moyens d’y parvenir en travaillant énormément !

Je me suis construis sur ces bases, dès mon plus jeune âge, à l’ADACLAM.

 

Quelles sont les évolutions de carrière possibles ?

 Je peux intégrer d’autres compagnies de danse, devenir chorégraphe, travailler dans le cinéma, la publicité ou le mannequinat. C’est de toutes façons un métier qui ne peut s’exercer que jusqu’à la quarantaine. Il faut ensuite pouvoir rebondir sur une autre carrière !

 

Quel est votre parcours scolaire ?

J’ai fait toute ma scolarité, du primaire à la terminale à l’externat Saint-Joseph à Cayenne.

De 1997 à 2004, j’ai enchainé les concours de danse régionaux.

Lors de l’un d’entre eux, la directrice d’une grande école de danse américaine était invitée en Guyane et m’a repéré. Elle m’a offert une bourse pour partir en stage aux Etats-Unis en été. Après l’obtention de mon Bac en 2004, elle m’a offert une autre bourse, cette fois-ci pour intégrer son école à New-York.

 

Quelles qualités avez vous développées pendant ces années pour réussir à suivre cette formation?

Pendant ces années d’études, je me suis perfectionné au niveau technique. J’ai appris à être tolérant, persévérant, à m’affirmer et à croire en moi.

Conseilleriez-vous le parcours de formation que vous avez suivi ?

Je conseillerais aux jeunes qui veulent devenir danseur professionnel d’oser partir et d’intégrer de grandes compagnies quels que soient les pays où elles se trouvent. C’est impératif !

 

Avez-vous voulu exercer ce métier, depuis le collège ? Le lycée ?  Au cours de vos études supérieures? Ou y êtes-vous arrivé(e) par un concours de circonstances ?

Le déclic s’est réellement produit en allant voir ma cousine en représentation à l’ADACLAM, une école de danse de Cayenne et suite à cette rencontre, j’ai décidé de m’y inscrire à mon tour dès 1995.

 

Quelle est la difficulté majeure que vous avez vous rencontrée pour intégrer l'école ?

La difficulté majeure que j’ai rencontrée, a été de trouver un hébergement à New-York !

 C’est une amie guadeloupéenne, danseuse elle aussi, qui m’a hébergé les premiers temps. Les démarches administratives aussi ont été pénibles à effectuer.

L’adaptation au rythme de la vie newyorkaise, aux habitudes alimentaires et aux coutumes américaines, n’a pas été évidente dans les premiers temps.

Mais j’ai rapidement pu m’intégrer et j’apprécie grandement ma vie américaine !

 

Quelle est la plus grande leçon que vous avez apprise dans le cadre de votre profession ?

 J’ai appris que le travail paie toujours !!!

 

Que conseilleriez-vous à un étudiant/lycéen qui souhaiterait à terme, embrasser votre profession ?

Je lui conseillerais :

-       d’aller jusqu’au bout de son rêve quelles que soient les difficultés qu’il ne manquera pas de rencontrer.

-       de faire un maximum de stages, en Métropole et à l‘étranger.

-       D’être sérieux , assidu et de travailler à fond 

Devenir danseur professionnel ne se fait pas par magie !

 

Voyage dans le futur, nous sommes en 2025 ….  A quoi ressemble votre vie professionnelle ?

En 2025, je travaille en relation avec des organisations humanitaires qui prennent en charge des jeunes et les soutiennent dans leur projet. Je suis également concepteur de projets et chorégraphe, tout en continuant ma passion : la danse !

 

Une anecdote personnelle liée à votre formation, votre parcours professionnel ou votre profession ?

De 2004 à 2006, j’étais à la compagnie junior. En 2007, un danseur professionnel se blesse… La compagnie Alvin Ailey sélectionne un remplaçant pour la saison : je suis choisi. A la fin de la saison, j’ai dû réintégrer la compagnie junior mais, par la suite, sans passer l’audition obligatoire, j’ai été sélectionné pour intégrer la compagnie Alvin Ailey : c’est la première fois que cela se produisait dans cette compagnie !

J’ai une autre petite anecdote : lorsque je suis arrivé aux Etats-Unis, j’avais 14 ans et je rêvais en regardant les posters géants sur lesquels de grands danseurs figuraient.

Cette année, c’est moi qui suis sur ces affiches, placardées un peu partout dans les rues de New-York !

 

Merci Yannick pour ce portrait !

Haut de page

Vient de paraître

Élargir ses horizons
professionnels