Picardie - Amiens / Publication : 7 décembre 2017, Mise à jour : 4 juillet 2019
Ces industries regroupent des activités très diverses, depuis l’usinage de pièce pour le nucléaire jusqu’aux machines-outils destinés à la production, en passant par la fabrication d’appareils médico-chirurgicaux de haute précision. La mécanique est le premier employeur industriel de France avec un peu plus de 30 000 entreprises et 600 000 salariés.

Les trois grands domaines d'activité des industries mécaniques en Hauts-de-France

Les industries mécaniques

Avec 400 entreprises et 13 900 salariés, les Hauts-de-France sont la 4e région mécanicienne de France.

Arthur visite IN'tech Medical à Rang-duFliers (62), fabricant de matériel chirurgical

 

 

Pénurie de candidats et de candidates

Pour la première fois depuis 10 ans, les effectifs sont en hausse. Le secteur prévoit de recruter entre 40 000 et 50 000 salariés par an d’ici 2025 mais les candidats manquent à l'appel.

Les métiers de la soudure, de la chaudronnerie, de l'usinage, des automatismes, du contrôle qualité, de la maintenance ou encore du technico-commercial sont parmi les profils les plus demandés.

Des qualifications en hausse pour des métiers qui évoluent

Les usines se transforment : nouveaux matériaux, développement de l'impression 3D, robots collaboratifs, arrivée du numérique (capteurs intégrés dans les machines et les pièces produits, par exemple).

Si le CAP demeure suffisant pour certaines entreprises, d'autres considèrent que le Bac pro deviendrait le seuil d'accès à l'emploi. Les technicien.ne.s sont aujourd'hui davantage recrutés à bac+2. À terme les recrutements de niveau bac vont représenter 25 %, les bac+2 (BTS ou DUT) 23 %, les bac+5, 17 %.

(Source : observatoire de la métallurgie)

Roboticienne : un métier que les entreprises s'arrachent

6 mois : c'est le temps que mettent en moyenne les entreprises à recruter un technicien ou une technicienne en robotique. Ce métier, accessible à bac+3, est présent dans de nombreux secteurs.

Vient de paraître