Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Accueil Hauts-de-France Lille Se former dans ma région Focus sur une filière

L'industrie et les poursuites d'études après un Bac + 2

Nord-Pas-de-Calais - Lille / publication : 13 juin 2017
Territoire au passé industriel très marqué, la région Hauts de France garde son ancrage industriel. L'offre de formation après un Bac + 2 est très diversifiée. Se spécialiser en 1 an, poursuivre ses études et devenir ingénieur... Les possibilités sont très nombreuses.
Dans cet article une présentation rapide de l'industrie et de ses points forts dans notre région, les secteurs qui recrutent et les multiples poursuites d'études.

Le secteur de l'industrie

Le secteur de l’industrie

Un secteur puissant qui reste très important.

21 473 établissements

267 700 emplois salariés

20 % de l’emploi salarié régional (10 % de l’emploi national)

3 sous-domaines emploient de nombreux salariés : biens d’équipements, chimie-pharmacie, métallurgie-sidérurgie

 

Emploi : l’énergie continue de progresser !

Le secteur industriel régional enregistre toutefois une baisse moyenne de 10 % de l’emploi en 5 ans, principalement dans les domaines de la métallurgie et de la chimie. Seul celui de l’énergie a vu progresser la part de ses emplois. La désindustrialisation de l'emploi salarié correspond à une évolution nationale.
Cependant, sur notre territoire des sous-secteurs continuent à créer des emplois : ferroviaire, réparation de machines et équipements mécaniques, agroalimentaire, boulangerie-pâtisserie industrielle, préparations pharmaceutiques...

De nombreuses entreprises ne trouvent pas les profils recherchés et éprouvent des difficultés à pourvoir des offres d'emplois qualifiés. En 2017, 38 % des entreprises industrielles rencontrent des difficultés à trouver des professionnels lors de leur recrutement.

L’industrie emploie !

Tendances – perspectives

Les besoins en métiers autour de la maintenance se maintiennent avec une évolution des demandes des entreprises vers plus de techniciens, d'ingénieurs et moins d’ouvriers. Les recrutements se tournent donc plus vers des candidats de niveau bac à bac + 5 au détriment des CAP.

Certains emplois ne sont pas pourvus faute de candidats dans des entreprises. L'image de l'industrie chez les jeunes reste assez négative, alors que les emplois proposés sont en lien avec les nouvelles technologies, peuvent déboucher sur un CDI et une évolution professionnelle intéressante. Face aux contraintes environnementales et réglementaires, l’industrie recherche des métiers du domaine de la qualité / hygiène / sécurité / environnement de l'entreprise (QHSSE).

 

Des projets de développement

Plus de 9 000 projets de recrutement en Nord-Pas de Calais (Enquête Pôle Emploi BMO 2017).

Des implantations ou extension de sites industriels sont prévus : AstraZeneca et Ecophosà Dunkerque, Brasseur de Gayant à St Omer, Refresco à Maubeuge, GlaxoSmithKline (GSK) à Valenciennes, Anios et Sarbec  à Lille, LFB à Arras...

Et des grands chantiers en vus : centrale nucléaire à Gravelines, Calais port 2015, Projet ElecLink...

 

Metiers dans l'industrie

 

 

 

2 points importants à ne pas négliger pour les jeunes professionnels :

- ne pas oublier les langues : les entreprises comptent sur de jeunes professionnels pouvant parler au minimum anglais, voire allemand et d’autres langues. L’industrie de nos régions travaille beaucoup également à l’exportation.

- la polyvalence : savoir s’adapter, progresser, développer des doubles compétences... La formation ne s'arrête pas aux diplômes, dans le secteur de l'industrie, les compétences doivent évoluer tout au long de la carrière, en lien avec les progrès technologiques et scientifiques.

 

L’industrie c’est aussi gérer des équipes, des projets. Les entreprises industrielles de la région recherchent des métiers d’encadrement pour fédérer les compétences.

L’industrie ce n’est pas que la production. C’est aussi le commerce, la vente de produits pour fabriquer les produits mais aussi les vendre. Les commerciaux ont donc toute leur place dans cet univers pour développer leurs compétences en négociation et en droit des affaires.

Il ne faut pas s’attendre à des recrutements massifs mais des emplois seront à pourvoir du fait du vieillissement des salariés (8 % ont plus de 55 ans et 15 % entre 50 et 55 ans).

 

Exemples de poursuites d'études dans l'industrie du textile : Licence pro Textiles innovants / école d'ingénieur ENSAIT

 

 

Les poursuites d'études après un Bac + 2 industriel

Cliquez sur cette image pour découvrir en détail les diplômes et leurs objectifs.

 

PIF Poursuites d'études  après un Bac + 2 industriel

BTS, DUT

Intégrés au LMD, ces diplômes préparés en 2 ans après le Bac donnent lieu à la délivrance de 120 crédits ECTS.
L’insertion professionnelle est possible avec ce diplôme dans des fonctions de technicien supérieur.
De nombreux élèves poursuivent leurs études en faisant au départ un choix important :
- soit 1 an de spécialisation -> une licence professionnelle, un DUT en 1 an…
pour atteindre des fonctions de cadre supérieur ou d’ingénieur -> prépa ATS, licence générale, admission parallèle en écoles d’ingénieurs…

La licence professionnelle

Objectif : faciliter en 1 an l’insertion professionnelle grâce à une spécialisation ou une double compétence.
Durée : 1 an
Niveau acquis : bac + 3

Formation sélective : dossier (diplôme obtenu, notes, appréciations) et éventuellement entretien (motivation, projet, connaissances du secteur et du diplôme visé).

Insertion : cadre intermédiaire / assistant

Retrouvez notre article sur toutes les licences professionnelles de l’académie

Les poursuites d’études en master ne sont pas possibles : c’est la licence générale, la prépa ATS ou l’entrée en écoles d’ingénieurs qui permet des poursuites d’études à Bac + 5.

La licence générale

Objectif : poursuite d’études vers un master (Bac + 5).

Durée : 1 ou 2 ans.
Après un BTS ou un DUT, il faut passer par une validation d’études : un jury d’enseignant de la licence visée se réunit pour étudier votre demande et émettre un avis sur vos vœux de poursuites d’études. Les DUT entrent plus souvent en L3, les BTS en L2 mais ce n’est pas systématique, cela dépend du diplôme Bac + 2 obtenu et de la licence visée.

Niveau acquis : bac + 3

Retrouvez notre article

Npdc_Licences2016V2.pdf (1,27 Mo)

Commission de validation d’études supérieures : dossier (diplôme obtenu, notes, appréciations) et éventuellement entretien (motivation, projet, connaissances du secteur et du diplôme visé).

La prépa ATS

La prépa ATS (Adaptation Technicien Supérieur) peut vous ouvrir les portes vers une école d’ingénieur. Les chances de réussite aux concours d'entrée pour les titulaires d'un BTS ou d'un DUT sont augmentées :
- choix d’écoles plus important : 370 places  réservées dans 39 écoles d’ingénieurs (ENSAM, POLYTECH…)..
- recrutement national sur dossier
- préparation en 1 an, le redoublement n’est pas autorisé

Elle vous offre 180 ECT (suivant les résultats obtenus).
En cas d’échec au concours, vous pouvez vous présenter en L3.

2 lycées dans la région dans les spécialités de l'industrie :
- Lycée Baggio à Lille prépa ATS ingénierie industrielle
- Lycée de l’Escaut à Valenciennes prépa ATS métiers de la chimie

Master

Le master dure 2 ans avec souvent une sélection à l'issue de la 1re année (M1).
Il s'adresse aux titulaires d'une licence ou aux étudiants ayant validé un bac + 3 (180 crédits ECTS).

L'accès en 1re année est de droit pour un titulaire de licence dans le même domaine de spécialité. Dans les autres cas, la candidature est évaluée par une commission pédagogique.

Les écoles d’ingénieurs

Objectif : diplôme d’école d’ingénieur reconnu par la Commission des Titres d’Ingénieur (CTI)
Durée : 3 ans
Niveau acquis : bac + 5

Formation sélective : admissions parallèles à Bac + 2
- sur concours spécifique à l’école
- sur concours communs et banque d’épreuves DUT/BTS
- sur dossier et titres

De plus en plus d'écoles recrutent (généralement sur dossier) une partie de leurs étudiants parmi ceux ayant déjà validé un 1er cursus. Certaines admettent près de la moitié de leur effectif par ce biais ; d'autres ne réservent que quelques places, voire aucune.
La 1re année du cycle ingénieur est ouverte aux titulaires d'un bac+2 (BTS, DUT, L3, plus rarement L2) ; la 2e année, à ceux ayant validé un master (M1 au minimum).

Après un 1er diplôme : 10 % des admis en écoles d'ingénieurs sont titulaires d'un DUT ou d'un BTS, et 6 % d'une 2e ou d'une 3e année de licence validée, parfois d'une 1re année de master. Plus que d'une réorientation, il peut s'agir d'une décision prise dès la terminale, pour un parcours qui se construit pas à pas.

Insertion : cadre supérieur / ingénieur

Retrouvez notre article sur les écoles d'ingénieurs de notre académie.

Le doctorat

Le doctorat se déroule sur 3 ou 4 ans après un master, au sein du laboratoire de recherche d'une université. Il consiste en un travail de recherche dans un domaine pointu (scientifique, littéraire, sciences humaines, etc.) et se conclut par la rédaction et la soutenance d'une thèse.

Zoom sur la prépa ATS ingénierie industrielle

Au lycée Baggio : une stratégie qui rapporte

Motivé-e, courageux-se, vous n’avez pas peur de vous investir ?

La prépa ATS peut vous ouvrir les portes vers une école d’ingénieurs : 370 places réservées dans 39 écoles d’ingénieurs (ENSAM, POLYTECH, ENSAIT…). Plus de possibilités d'être reçu qu'en passant uniquement par les admissions parallèles.

 

Accès : sur dossier. cette année la classe compte 47 élèves pour 48 places

« En plus des notes on regarde, surtout la motivation, les appréciations des professeurs. Nous recherchons des élèves sérieux »

 

Profil des étudiants : BTS, DUT, Licence professionnelle ou jeunes qui ont déjà eu un emploi.
Bac S, STI2D ou quelques baccalauréats professionnels qui ont suivi un BTS électrotechnique, Systèmes numériques option B électronique et communications, DUT Mesures physiques, Génie mécanique et productique, Conception de produits industriels
Les élèves sont d’origine scolaire très hétérogène, il faut donc repartir des bases en construisant un socle commun et amener les élèves à un niveau leur permettant d’intégrer une prépa.

Programme : très proche de la CPGE PT. Le rythme est soutenu mais progressif.
4 blocs : 10 heures de mathématiques, 10 heures de physique, génie électrique, génie mécanique
S'y ajoutent le français, et l'anglais.

Sur le plan national : 1 000 étudiants pour 370 places réservées en écoles d’ingénieurs

Une autre prépa post BTS/DUT dans notre académie : la prépa ATS Métiers de la chimie (lycée l’Escaut Valenciennes). Elle prépare au concours des écoles d’ingénieurs de chimie.

 

Zoom sur l’apprentissage

Parmi les profils accueillis en formation d’ingénieurs en apprentissage : 34 % des admis sont titulaires d’un DUT et 11,8 % des admis sont titulaires d’un BTS.

apprentissage

Les DUT représentent 16% des élèves en 1ère année de cycle ingénieur, 34% dans les formations en apprentissage.

Pédagogie inductive qui part des cas concrets

La pédagogie de l’alternance part des cas concrets observés en entreprise, elle privilégie les travaux en petits groupes.

Motivation exigée

Même programme mais 15 % d’heures de cours en moins que la formation classique.
Les évaluations sous forme de projets sont menées en équipe d’apprentis.

Double sélection par l’école et l’entreprise

  1. dossier à compléter entre janvier et mars (notes, appréciations, stages, formation visée)
  2. tests écrits possibles (entre avril et mai) : mathématiques, français, anglais…
  3. entretien de motivation (mai juin) : jury d’enseignants et de pros évaluent le profil du candidat, son potentiel et sa motivation. Un atout : avoir déjà trouver son entreprise.

30 % des 180 crédits ECTS sont évalués par l’entreprise. Elle sélectionne son apprenti par le biais de CV, lettre de motivation et entretien(s) de recrutement. C’est un contrat de travail (de 3 ans pour un diplôme d’ingénieur), l’entreprise recrute un collaborateur.

 

Témoignages vidéo

 

CRES

Cet article fait suite à la Journée de l'Après Bac
"Poursuivre des études après un Bac + 2 industriel"
organisée par le Centre Ressources Enseignement Supérieur
de l'académie de Lille

 

 

Imprimer

Les publications de l'Onisep

  • métiers
  • Les métiers de l'électronique et de la robotique, collection Parcours
    Les métiers de l'électronique et de la robotique
    Les métiers de l'électronique et de la robotique
    collection Parcours
    parution en juin 2015
    25 métiers classés en trois grandes familles. Un point complet sur les formations proposées dans ce secteur innovant, du bac pro au bac + 5
    Les métiers de l'énergie, collection Parcours
    Les métiers de l'énergie
    Les métiers de l'énergie
    collection Parcours
    parution en juin 2016
    Des filières de formation du bac pro au bac + 5. Plus de 30 métiers aux perspectives d'emploi multiples sont présentés.
    Les métiers de la mécanique, collection Parcours
    Les métiers de la mécanique
    Les métiers de la mécanique
    collection Parcours
    parution en avril 2014
    Un point complet sur les métiers et formations post-bac de la mécanique
    Les métiers du jeu vidéo, collection Parcours
    Les métiers du jeu vidéo
    Les métiers du jeu vidéo
    collection Parcours
    parution en juillet 2015
    Toutes les voies d'accès, du BTS au diplôme d'ingénieur en passant par les écoles du jeu vidéo. Une trentaine de métiers décryptée
* Prix hors frais de port

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels

Accueil Toute l'actu nationale

monorientationenligne.fr