Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Convention interministérielle pour l’égalité entre les filles et les garçons : 2019-2024

Ile-de-France - Créteil Paris Versailles / Publication : 22 janvier 2020
La convention interministérielle pour l’égalité entre les filles et les garçons, définit pour cinq ans, le cadre de référence en matière d'égalité fille/garçon dans le système éducatif. Dans ce texte, qui souligne le rôle fondamental de l'orientation, une attention toute particulière est portée aux filières dont les effectifs filles/garçons-femmes/hommes sont les moins équilibrées, notamment les métiers du numérique. La convention nationale se décline au niveau régional et académique sous l'autorité du préfet de région et du recteur.

Convention pour l'égalité filles et garçons : 2019 - 2024

Les axes stratégiques de la convention

La convention se déploie principalement selon les grands axes suivants :

  • le pilotage de la politique d’égalité auprès des élèves et des étudiant(e)s,

 

  • la formation des personnels de l’éducation  à l’égalité,

 

  • la transmission aux jeunes d'une culture de l’égalité et du respect mutuel,

 

  • la lutte contre les violences sexistes et sexuelles,

 

  • l’orientation vers une plus grande mixité des filières de formation. Pour illustrer ce dernier point, une des problématiques sera d'initier les filles aux carrières du BTP et les garçons aux carrières de l'aide à la personne.

 

Une orientation plus équilibrée

Des points de vigilance spécifiques à l'orientation sont donnés à l'ensemble du système éducatif relevant des ministères signataires, de l'école primaire à la formation continue, en passant par les différents niveaux d'enseignement jusqu'au supérieur, et les différentes modalités de formation dont l'apprentissage. Ainsi, par exemple, le stage de 3e doit permettre de faire découvrir aux élèves des filières peu mixtes. Les chef-fes d’établissements sont incités à intégrer les questions 'mixité des filières' et 'égalité de genre' dans le projet d’établissement.

Encourager les partenariats

Les actions en partenariat avec des associations qui proposent des activités en ce sens sont recommandées. Le réseau des associations qui travaillent avec les établissements de formation sur des thématiques ciblées est vaste comme par exemple, la fondation femmes@numérique qui développe des actions de sensibilisation des jeunes filles aux métiers du numérique et lutte contre les stéréotypes associés à ces filières. En outre, la région Ile-de-France dispose du Centre Hubertine Auclert entièrement dédié à l'égalité femme/homme, avec un service en lien avec l'éducation et des outils présentés dans 'l'égalithèque'.

Des objectifs chiffrés pour certaines filières

Pour certaines filières, des objectifs chiffrés ont été fixés, comme celui d'atteindre 40% de filles dans les filières scientifiques du supérieur ou 30% de filles dans les filières techniques de l'enseignement supérieur artistique et culturel (sur les métiers de cheffe opératrice, d'ingénieure du son, etc.). 30% à 50% de femmes bénéficiaires des formations proposées par la Grande École du Numérique, sont les objectifs demandés pour développer l’employabilité des femmes dans ce secteur. 

Un centre francilien dédié à l'égalité

Centre Hubertine Auclert

Le Centre Hubertine Auclert est entièrement dédié à l'égalité femmes/hommes et promeut l’éducation à l’égalité, via notamment : 

  • la réalisation d’études et d’analyses des représentations sexuées et sexistes dans les outils éducatifs
  • l’organisation de cadres d’échanges collectifs et de formations.
  • la construction d'une"’égalithèque" : plate-forme régionale de ressources et d’échanges sur l’égalité femmes-hommes réactualisée en permanence

Vient de paraître

Élargir ses horizons
professionnels