Sommaire du dossier

Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Les métiers du Grand Paris Express

Visite scolaire de la Fabrique du métro : rencontre d’un médiateur.

Ile-de-France - Créteil Paris Versailles / Publication : 15 octobre 2019
L’exposition 'La fabrique du métro' présente le chantier du Grand Paris Express et propose des ateliers et des visites pour les publics scolaires et péri-scolaires. Plusieurs médiateurs les animent. L’un d’eux, Nathan Rafowicz, répond aux questions de l’Onisep .

Nathan Rafowicz - Médiateur à la Fabrique métro

En quoi La fabrique du métro concerne-t-elle les publics scolaires ?

Les supports de La fabrique du métro sont évolutifs et ludiques, conçus pour rencontrer l'intérêt du plus grand nombre, car nous sommes tous concernés par ce chantier gigantesque et ce qu’il implique. On peut voir des maquettes de gares ou de machines, tester de nouveaux aménagements, comme le mobilier à l’étude pour un quai de gare ou un guichet d’information. L’exposition dans son ensemble offre matière à des prolongements pédagogiques qui croisent différentes disciplines. Tous les niveaux d'enseignement peuvent en tirer profit.

Sur quelle offre les enseignant-e-s peuvent-ils faire leur choix ?

Les classes viennent avec des attentes qui leur sont propres. Certains axes demandent à être développés : l’histoire des villes, la transformation des paysages, le fonctionnement d'un chantier...  Avant de retenir un atelier, une première visite de découverte est conseillée. Je viens de quitter des élèves de 3e venus pour la visite thématique : « Au boulot pour le métro ». Ils avaient déjà effectué une première découverte en 4e. Ils se sont rendus compte qu’ils n’avaient pas tout vu et que l’expo s’était modifiée entre temps…

Les visites dédiées à la découverte des métiers ciblent-elles des profils particuliers? 

Les visites « métiers » viennent de commencer, nous les adaptons aux différents profils d'élèves que nous recevons. On peut, par exemple, y expliquer le fonctionnement d'un chantier, la répartition des rôles, celui du maître d’ouvrage, celui du maître d’œuvre, comprendre qui est responsable de quoi, le budget, le calendrier, et puis, tout ce qui entoure le chantier, les appels d’offre, les entreprises qui recrutent… On peut aussi s’arrêter, au besoin, plus particulièrement sur les métiers techniques, les métiers en tension, les métiers de l’architecture ou du design.

Quelles sont les réactions des élèves ?

Les collégiens savent rarement ce qu’ils voudraient faire plus tard, et leur connaissance des métiers est limitée, voire stéréotypée. Ils citent volontiers la profession d'architecte mais n'ont aucune idée des métiers à lui associer. On va développer avec eux toute la chaîne des compétences et toute la série de métiers qui s’y rattache : chef de chantier, conducteur d’engin, coffreur, manœuvre.... On peut découvrir certains métiers qui ne font pas forcément rêver mais qui entretiennent pourtant un rapport à la technique plutôt fascinant : fabriquer le béton, le couler, etc... Les métiers en tension vont plus intéresser les élèves de SEGPA ou de lycée professionnel qui visent une insertion rapide. Encore une fois, tout dépend du profil des élèves, des durées d'études qu'ils envisagent et de la manière dont ils se projettent dans celles-ci.

Comment s’articule votre rôle de médiateur à votre parcours ?

Mon parcours ? Après des études d’architecture, j'ai travaillé en agence d’architecte. J'ai aussi  une formation d’historien de l'architecture et de guide conférencier. Sur ces dimensions, l’entreprise Magma cultura m’a embauché au service de la société du grand Paris, pour présenter 'La fabrique du métro'. Sur les thématiques : transformation des paysages, histoire de la ville, naissance de nouveaux quartiers autour des gares émergentes, je peux apporter l’éclairage de ma formation d’architecte.  J’aime raconter cette nouvelle ère qui s’inscrit dans l’histoire longue du développement des transports, avec des outils qui parlent à tout le monde.

Un partenariat unique !

La délégation régionale de l’Onisep Ile-de-France mène, en partenariat avec la Société du Grand Paris, un projet pédagogique pour l’année 2019-2020. 12 classes de SEGPA et de prépa-métiers des académies de Créteil, Paris et Versailles s’y sont engagées. Chacune découvrira un métier du BTP, méconnu et pourtant porteur d’opportunités locales dans les années à venir grâce au chantier du Grand Paris. A partir de cette découverte, l’objectif est de produire une fiche métier imagée.

Vient de paraître