Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

S’orienter vers les métiers de la presse et des médias

Martinique - Fort de France / Publication : 7 avril 2016
L’édition 2017 de la Semaine de la presse et des médias dans l’école®, organisée par le CLEMI (service du Réseau Canopé) avec le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, en partenariat avec le Groupe La Poste, aura lieu du 20 au 25 mars 2017. Elle sera placée sous le signe de l’éducation à la citoyenneté et de l’éveil à l’esprit critique.

a

D’où vient l’info ? » est le nouveau thème adopté pour les deux éditions à venir et répond à l’ensemble des enjeux liés à l’Éducation aux Médias et à l’Information (ÉMI). Il permettra aux élèves d’aborder la question de la provenance et de la diffusion des informations en s’interrogeant, notamment, sur la validité des sources. Une occasion également pour les élèves d’appréhender le métier de journaliste et d’être sensibilisés à la responsabilité de publication et au partage de contenus en ligne.

1 presse

www.clemi.fr/fr/evenements/semaine-de-la-presse-et-des-medias-dans-lecole.html

www.education.gouv.fr/cid104551/semaine-de-la-presse-et-des-medias-dans-l-ecole%C2%AE-en-mars-2017-d-ou-vient-l-info-theme-de-la-28eme-edition.html

En Martinique, dans le prolongement de son lancement, qui se tiendra le lundi 20 mars au LGT Centre-Sud de Ducos, d’autres actions (séminaire, interventions de journalistes, visites d’organes de presse, concours…) ponctueront cette semaine dédiée à la Presse et aux Médias.

Grâce à la fidèle contribution de notre partenaire SODIPRESSE Martinique, les établissements inscrits à cette opération bénéficieront d’une dotation en revues, sous forme de colis-presse, à retirer au LP André Aliker conformément aux dates et modalités indiquées sur la circulaire.

www.ac-martinique.fr/index.php?id=647

 

Découvrir les métiers de la presse et des médias

La presse écrite couvre l’ensemble des quotidiens, publications périodiques, agences de presse et organismes professionnels de l’activité éditoriale.

Les cycles de production de la presse s’articulent autour d’une grande diversité d’activités et d’entreprises. On les classer en 4 grands domaines :

  • la gestion des ressources documentaires (documents papier et données numériques) ;
  • la production de contenu éditorial (groupes et agences de presse) ;
  • la production technique des contenus (infographistes, imprimeurs, etc.) ;
  • la diffusion des contenus, la commercialisation et la publicité à travers divers supports (sites Web, journaux et revues, etc.).

Les médias représentent l’ensemble des moyens de diffusion de l’information (la distribution ou la communication d’œuvres, de documents ou de messages sonores ou audiovisuels : presse, cinéma, affiche, radio, télé, vidéo, etc.).

Avec la généralisation de l’accès à Internet et le développement du numérique, nombreux sont les métiers de la presse et des médias qui évoluent. Certains métiers se recomposent, d’autres s’enrichissent, de nouveaux se créent, mais tous nécessitent des compétences élevées et renforcées.

b

Le passage au numérique a profondément transformé la conservation et la gestion des ressources documentaires. Il s’agit désormais de transporter rapidement des données lourdes d’images et de son, via des fichiers et des réseaux dématérialisés.

Le/la data manager, aussi appelé-e gestionnaire de données, recueille et organise les informations en vue de leur exploitation optimale. Il/elle travaille désormais dans tous les secteurs.

À lui ou à elle de trouver les meilleures solutions d'hébergement pour traiter, archiver et indexer ces précieuses données. Responsable de la qualité et de la sécurité des fichiers, il/elle veille, au quotidien, à l'enrichissement des bases de données, les nettoie en faisant la chasse aux doublons, par exemple, met à jour et établit un descriptif précis des informations disponibles pour les différents services de l'entreprise. Il/elle peut également être amené-e à établir des modèles statistiques, ou à faire des extractions et des analyses, en fonction des demandes.

Mais son rôle est également stratégique. Il/elle doit anticiper les changements dans son secteur d'activité, récolter de nouvelles données, effectuer des extractions, générer des statistiques ou mettre en cohérence différentes sources pour mettre en lumière tel ou tel phénomène.

Le/la data manager doit maîtriser les outils informatiques spécifiques à la gestion de bases de données. Selon le secteur vers lequel il/elle s'oriente, le/la data manager devra, en plus d'un solide socle de connaissances techniques, avoir des bases en marketing et commerce.

Pour les phases d'analyse des résultats et de restitution, le/la data manager doit faire preuve de clarté et d'un grand esprit de synthèse. Il est important qu'il/elle se mette à la portée de ses interlocuteurs, qui peuvent être très variés. Son aisance devra être réelle, à l'oral comme à l'écrit. Par ailleurs, dans la mesure où il/elle traite des informations souvent stratégiques pour l'entreprise, il/elle doit savoir faire preuve d'une grande discrétion, en interne comme à l'extérieur du travail.

Le/la data manager travaille au sein de tout type d'entreprise gérant un nombre important de données. Les professionnels du e-commerce et les entreprises du Web par exemple, sont particulièrement friands de ces spécialistes, surtout s'ils ont une coloration marketing. De nombreuses agences spécialisées ou start-up sont également sur le secteur du « big data » et recrutent des experts en bases de données.

Si la demande pour ce métier se situe beaucoup à bac + 5, la pénurie de spécialistes laisse une chance aux titulaires d'un bac + 2. Une double compétence (en marketing notamment) ou la bonne connaissance d'un secteur pourra également faire la différence.

Niveau bac + 2

  • DUT statistique et informatique décisionnelle

Niveau bac + 3

  • Licence pro spécialisée en statistique, notamment, ou en data mining (traitement de l'information pour la décision)

Niveau bac + 5

  • Master en statistique ou gestion de données, traitement de l'information pour la décision...
  • Diplôme d'ingénieur spécialisé en statistique ou en data management

 

Le directeur ou la directrice artistique

c

Qualité de papier, harmonie de couleurs et de photos... pour un magazine haut de gamme. Gros titres et colonnes serrées pour des quotidiens d'information. Musique douce et tournage en extérieur pour un spot de pub... le/la directeur(trice) artistique (DA) conçoit et supervise la création graphique d'un journal, d'un message publicitaire, d'un site web, d'une affiche, d'un emballage...

Présent-e du début à la fin de la chaîne, il/elle crée une identité visuelle, convainc le client de la valeur de son idée et, enfin, encadre la réalisation du produit.

Dans la presse et l'édition, le/la DA élabore la charte graphique (choix des styles de caractères, taille des photos, emplacement du logo...) d'un magazine ou d'une collection. Dans la publicité, on parle de maquette mais aussi de rough (esquisse du projet) ou de story-board (scénario d'un film sous forme de BD). Le/la DA, chargé-e de l'image, forme un tandem avec le concepteur-rédacteur ou la conceptrice-rédactrice qui se penche sur le texte.

Le/la DA doit respecter des délais et des budgets toujours très serrés. Pas question de négliger non plus le côté technique du métier pour atteindre les objectifs commerciaux. Le/la DA doit maîtriser la photographie, la photogravure, la composition, l'imprimerie, la conception et publication assistées par ordinateur (CAO et PAO).

Il est difficile de décrocher un premier emploi. Les stages et les books (recueils de travaux effectués) sont incontournables. Ensuite, l'évolution de carrière est fortement liée à la mobilité professionnelle. Les passages d'agence à agence sont rapides. Le réseau de relations et le bouche-à-oreille jouent un rôle important.

Niveau bac + 2

  • BTS Design de communication espace et volume
  • BTS Design graphique option communication et médias imprimés
  • BTS Design graphique option communication et médias numériques

Niveau bac + 3

  • DNA Diplôme national d'arts option design graphique

Niveau bac + 5

  • Directeur artistique en communication visuelle et multimédia
  • DNSEP Diplôme national supérieur d'expression plastique option communication

 

Le rédacteur ou la rédactrice en chef

d

Au sein d'un journal, d'une radio, d'une télévision ou d'un site web d'information, le/la rédacteur(trice) en chef est celui ou celle qui choisit des sujets à traiter. Toute idée d'article lui est obligatoirement soumise. Il/elle dirige les conférences de rédaction, détermine les sujets (angle, nombre de pages, de minutes...), répartit le travail entre les journalistes, et choisit le titre de la une (première page), l'ouverture du journal télévisé... La relecture des textes et des reportages fait également partie de ses missions.

À la tête de l'équipe rédactionnelle, ce-tte journaliste expérimenté-e est le/la garant-e de la ligne éditoriale du média pour lequel il/elle exerce. Il/elle réfléchit à la mise en pages de la publication, donne son aval sur le contenu rédactionnel et visuel, veille au ton des papiers ou des flashs info, insuffle une orientation ou une neutralité de style selon le média pour lequel il/elle travaille.

Défendre l'image du journal relève aussi de ses fonctions. Il/elle cherche à développer la notoriété de son titre auprès du public, mais aussi auprès de différents milieux (politiques, économiques, culturels, publicitaires, médiatiques). En relation étroite avec la direction, il/elle veille au respect des budgets et des délais, établit les plannings et participe à l'élaboration des stratégies marketing et publicitaires.

Le métier de rédacteur(trice) en chef n'est accessible qu'après plusieurs années d'expérience en tant que journaliste. Qualités indispensables : une solide culture générale, un esprit créatif et rigoureux, des aptitudes à l'analyse et à la synthèse, et une bonne connaissance du droit des médias.

En plus de superviser le rédactionnel, le/la rédacteur(trice) en chef doit parfois laisser de côté sa plume pour endosser le costume de manager. De l'élaboration des plannings à la gestion administrative et financière, en passant par le recrutement des pigistes et des journalistes : toute la vie du journal passe par lui/elle.

Avec l'essor du Web, de nouvelles opportunités se présentent. Dans la sphère Internet, l'ascension professionnelle est généralement plus rapide que dans les médias traditionnels, et les entreprises confient volontiers des responsabilités à de jeunes journalistes justifiant de compétences techniques et informatiques.

Niveau bac + 3

  • Licence pro activités et techniques de communication spécialité journalisme
  • Licence pro activités et techniques de communication spécialité lettres, culture et nouveaux médias
  • Titre de journaliste options presse écrite et internet, audiovisuel, sport

Niveau bac + 5

  • Diplôme de l'école supérieure de journalisme de Lille
  • Master pro droit et management de la culture et des médias spécialité journalisme juridique
  • Master pro information et communication spécialité médias et communication
  • Master pro journalisme
  • Master pro science politique spécialité journalisme : reportage et enquête

 

Les compétences techniques en informatique sont de plus en plus exigées pour le métier de journaliste. Grand-e reporter, webrédacteur(trice), présentateur(trice) TV... Le métier de journaliste recouvre des réalités très diverses. Mais, quel que soit le média (ou la méthode de transmission de l'information), cette profession exigeante reste difficile d'accès.

 

e

La mission essentielle du journaliste consiste à transmettre une information sur n'importe quel sujet et support, en la rendant compréhensible et accessible à divers publics (lecteurs, auditeurs, téléspectateurs, internautes...).

Le/la journaliste est donc d'abord un-e rédacteur(trice), y compris dans l'audiovisuel. En effet, un journal radio ou télé est rédigé avant d'être lu au micro.

Dépêches, enquêtes, reportages, interviews... autant de moyens de recueillir l'information. Pour préparer un article, le/la journaliste se documente, observe minutieusement les faits, décortique l'actualité et utilise toutes ses connaissances pour faire une analyse pertinente.

Selon les cas, il/elle peut se spécialiser (en politique intérieure, sport, culture, économie...) ou rester généraliste.

Doté-e d'une excellente culture générale, le/la journaliste possède une expression écrite et orale irréprochable. Esprit critique, capacité d'analyse et de synthèse sont également de rigueur. Parler une langue étrangère est souhaitable.

De plus en plus, on demande aux journalistes de maîtriser les logiciels de mise en pages et de montage de sources multimédias, afin de livrer des articles prêts à l'emploi. Le/la journaliste doit savoir travailler vite, tout en s'adaptant aux flux d'information. Pressé-e par les délais de bouclage, il/elle doit réagir immédiatement et se rendre disponible quand une nouvelle « tombe ». Qu'il/elle soit pigiste ou salarié-e permanent-e, le/la journaliste peut travailler le week-end et les jours fériés, parfois même la nuit ! Quant aux journalistes de radio qui animent la tranche matinale 6-9 h, ils ou elles se lèvent à 4 h. Ce qui impose une certaine hygiène de vie.

Après plusieurs années d'expérience, un-e journaliste peut occuper des postes à responsabilité au sein d'une rédaction : chef-fe de rubrique, secrétaire de rédaction, rédacteur(trice) en chef…

Niveau bac + 2

  • DUT Information-communication option journalisme

Niveau bac + 3

  • Bachelor en journalisme
  • Licence pro activités et techniques de communication spécialité journalisme
  • Licence pro activités et techniques de communication spécialité journalisme audiovisuel : production de magazines télévisés
  • Licence pro activités et techniques de communication spécialité lettres, culture et nouveaux médias
  • Titre de journaliste options presse écrite et internet, audiovisuel, sport

Niveau bac + 4

  • Diplôme de l'institut français de presse
  • Formation du centre de formation de journalistes (CFJ)

Niveau bac + 5

  • Diplôme de l'école de journalisme de Toulouse
  • Diplôme de l'école supérieure de journalisme de Lille
  • Master cinéma, documentaire, médias spécialité journalisme, culture et communication scientifiques
  • Master pro information et communication spécialité communication et contenus numériques
  • Master pro information et communication spécialité communication scientifique et technique
  • Master pro information et communication spécialité journalisme
  • Master pro information et communication spécialité journalisme culturel
  • Master pro information et communication spécialité médias et communication
  • Master pro information et communication spécialité métiers de l'information et médias numériques
  • Master pro journalisme
  • Master pro médias, information et communication spécialité journalisme
  • Master pro science politique spécialité journalisme : reportage et enquête

 

Le/la journaliste reporter d’images est souvent envoyé-e sur plusieurs sujets dans la journée, sur lesquels il/elle doit rendre compte en temps réel. Sa réactivité, son dynamisme, ses facultés d’adaptation et son efficacité sont plus que jamais sollicités. Ces compétences sont aujourd’hui indispensables à toutes les fonctions d’un secteur culturel amené à travailler de plus en plus dans l’immédiateté.

Retrouvez ci-dessous le profil de carrière de Sabrina DORE

f

http://www.onisep.fr/Mes-infos-regionales/Martinique/Toute-l-actualite/Profil-de-Carriere-Sabrina-DORE-Journaliste-reporter-d-images-et-presentatrice-a-ATV-Antilles-Television

 

Les formations dans nos régions

Bac pro Artisanat et métiers d’art option communication visuelle plurimédia (LP Dumas JEAN-JOSEPH à Fort-de-France)

À partir de l'idée ou du projet du/de la concepteur(trice), le/la titulaire de ce bac pro réalise un prototype destiné à être reproduit, en grand nombre ou en série limitée. Dans un bureau des méthodes, il/elle procède à un échantillonnage, choisit les matières ou matériaux appropriés, établit le planning de fabrication et calcule un prix prévisionnel.

L'option communication visuelle plurimédia prépare aux métiers de la communication visuelle dans les secteurs de la publicité, de l'édition, de la presse et du multimédia. Le/la titulaire de cette option maîtrise les techniques de mise en page d'un document et peut exécuter une maquette à partir du projet du concepteur. Il/elle réalise également des illustrations 2D/3D, des animations multimédia et des éléments graphiques pour le Web. Après une formation complémentaire ou quelques années d'expérience, il/elle peut travailler comme salarié-e dans une agence de communication ou un studio de communication visuelle et de publicité, ou en free-lance.

 

BTS Communication (Lycée privé de l’Union à Fort-de-France)

Dans une entreprise privée, une agence spécialisée, une entreprise ou un organisme public, ce-tte technicien-ne supérieur-e participe à la conception, à la mise en œuvre et au suivi d'actions de communication interne ou externe. Ces fonctions varient en fonction de la structure qui l'emploie.

Ainsi, en entreprise, il/elle procède aux appels d'offres et négocie avec les prestataires. Si l'entreprise fait appel à une agence, il/elle veille au respect des délais et du budget ; en tant que chargé-e de communication, il/elle propose lui/elle-même des actions.

En agence de communication ou de publicité, il/elle coordonne les activités des commerciaux, des responsables de fabrication et de création. Il/elle peut rechercher de nouveaux clients et négocier de nouveaux projets. En régie ou dans les médias, il/elle organise la prospection, conseille les annonceurs et commercialise l'espace publicitaire.

Dans les structures disposant d'un service de communication, le/la titulaire de ce BTS peut travailler comme assistant-e à la direction de la communication. Il/elle peut également occuper des fonctions de chargé-e de communication rattaché-e à la direction, ou exercer des fonctions commerciales ou administratives. En agence, régie ou dans les médias, il/elle occupe un emploi d'assistant-e commercial-e ou technique. Il/elle peut enfin, dans certaines structures, exercer les fonctions d'attaché-e de presse ou d'acheteur(euse) d'espaces publicitaires.

 

BTS Design graphique option communication et médias numériques (Lycée polyvalent SAINT-JAMES à Saint-Pierre)

Ce BTS forme des graphistes chargé-e-s de la réalisation d'un projet en agence de publicité, studio de création graphique ou service intégré d'entreprise. Le/la titulaire de ce diplôme doit être capable de coordonner les étapes de réalisation d'un produit de communication visuelle à partir d'une commande. Il/elle peut, par exemple, traduire en esquisses l'idée émise par le/la directeur(trice) artistique pour réaliser une affiche publicitaire, analyser la vocation d'une entreprise ou d'un événement pour créer son identité visuelle (logo et charte graphique), dessiner le nouveau conditionnement d'une gamme de produits alimentaires (packaging) ou concevoir la forme visuelle de sites Internet.

La formation a pour objet de développer la créativité, l'esprit d'analyse, la capacité de communication. Elle permet d'acquérir la maîtrise du dessin rapide (rough) et des outils graphiques (logiciels en 2D et 3D, synthèse d'image, retouche). Elle porte plus spécialement sur les technologies de la communication, l'expression plastique, les arts appliqués, les nouvelles technologies, le studio de création.

L'option médias numériques prépare plus particulièrement à la conception et à la mise en forme visuelle de supports multimédias (sites Internet, intranets, CD-Rom, DVD) et à la création d'images fixes ou animées (dessin animé, synthèse 3D…). Pour cette option, les projets développés en studio de création portent essentiellement sur les technologies liées au multimédia.

 

DUT Métiers du multimédia et de l’Internet (IUT de Guadeloupe à Saint-Claude)

Le/la titulaire de ce diplôme est associé-e aux activités de communication d'entreprise, de création multimédia, de gestion de réseaux. Il/elle est l'intermédiaire entre les techniciens de l'informatique, des télécommunications et des réseaux et les utilisateurs des outils multimédia.

Il/elle participe à toutes les étapes de la conception et du développement des produits multimédias on line (Internet, intranet…) et off line (CD-Rom, bornes interactives…). Il/elle exerce son activité dans les services ressources humaines ou communication des grandes entreprises, les services de veille technologique ou de gestion électronique de documents (GED), en agence de communication multimédia ou de production artistique.

 

Licence Sciences humaines et sociales, mention Information – communication, parcours Analyse des pratiques et des produits de communication (L3) (Université des Antilles Pôle Martinique à Schœlcher)

Cette licence est orientée vers la compréhension du rôle de l’information et de la communication dans les dynamiques sociales et institutionnelles. L’analyse des pratiques journalistiques et des productions médiatiques est destinée à favoriser l’approfondissement des compétences des étudiant-e-s dans les domaines du traitement de l’information et de la gestion du document.

Les publications de l'Onisep en vente à la librairie en Martinique

g

Les métiers du journalisme, de la communication et de la documentation

Collection : Parcours

Éditeur: Onisep

Août 2014
160 pages

 

h

Les métiers de l'audiovisuel

Collection : Parcours

Éditeur: Onisep

Novembre 2014
160 pages

 

i

Les métiers des langues et de l'international

Collection : Parcours

Éditeur: Onisep

Août 2013
176 pages

 

Séquences pédagogiques :

Les métiers au cœur de la classe : dans la peau d’un-e journaliste

http://www.onisep.fr/Espace-pedagogique/Parcours-Avenir/Les-metiers-au-coeur-de-la-classe/Journaliste

Le rôle et la diversité des médias

http://lewebpedagogique.com/lapasserelle/2016/01/20/emc-3eme-le-role-et-la-diversite-des-medias/

Haut de page

Vient de paraître