Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Les métiers de l'assurance

Martinique - Fort de France / Publication : 19 septembre 2013
Le secteur de l'assurance ne connaît pas la crise. En 2012, le rythme des embauches n'a cessé de croître, malgré les départs à la retraite. Les jeunes diplômés représentaient 58% des salariés engagés et parmi eux 20,3% de jeunes en d'alternance.

hommes devant ordinateur banque assurance

Une assurance pour quoi ?

Pour faire face financièrement aux imprévus, les particuliers comme les entreprises souscrivent des contrats d'assurance. En cas de vol, d'incendie ou d'accident, les clients sont indemnisés par la société d'assurance. 

Pour les compagnies, le défi est de concilier des montants d'indemnisation corrects avec des bénéfices.

 

Un secteur en pleine croissance

Le dynamisme du secteur de l'assurance se traduit par un niveau de recrutement élevé notamment chez les jeunes diplômés. Le niveau d'embauche débute à partir de bac + 2 mais à bac + 5 les perspectives de carrière sont plus importantes.

 

 

Des métiers variés

Actuaire

 

Son travail

Il modifie ou créé de nouveaux contrats d'assurance. Il définit les tarifs pour chaque type de contrat proposé par la société d'assurances. A partir des données du service marketing et des informations des commerciaux, l'actuaire élabore des simulations de scénarii catastrophes.

Il établit les tarifications pour chaque sinistre en fonction des statistiques disponibles. Il chiffre les risques et évalue leur probabilité et le coût que cela représenterait pour la société d'assurance. l'actuaire offre ses conseils et son assistance technique aux professionnels chargés de commercialiser les contrats

 

Ses compétences

L'actuaire est un expert de haut niveau qui possède des connaissances pointues en mathématiques, statistiques, finances et calcul de probabilités. Méthodique et logique, il recueille et organise une grande quantité d'informations. Il possède également des aptitudes à communiquer, à négocier et à diriger une équipe.

 

Son lieu d'exercice

Les actuaires travaillent généralement au siège d'une compagnie d'assurances. En raison de leurs compétences, ils investissent les secteurs de la banque et de l'assurance.

 

Son salaire

De 3100 à 3500 euros brut par mois.

 

Formation

Bac + 5, diplôme d'école ou master pro universitaire. Sept établissements reconnus par l'Institut des actuaires préparent au métier : l'ENSAE, l'ESSEC et cinq universités.

Agent général d'assurances

 

Son travail

L'agent général est  un professionnel indépendant, il travaille avec la société d'assurances dont il est le mandataire. Il encadre et anime une équipe de collaborateurs (chargés d'accueil, assistants commerciaux, secrétaires...). L'agent général conseille ses clients et évalue avec eux les risques à couvrir et leurs besoins. Il établit des contrats en fonctions leur profil. En cas de sinistre, c'est lui qui enregistre les déclarations et accompagne le client jusqu'au versement des indemnités.

 

Ses compétences

L'agent général est un commercial aguerri qui gère un portefeuille de clients et en assure son développement. C'est un gestionnaire rigoureux qui peut jongler avec des contrats de plusieurs millions d'euros. Manager hors pair, il dirige et fédère son équipe autour d'un projet

Il possède des qualités de management sont indispensables

 

Son lieu d'exercice

L'agent général est un travailleur indépendant. Il dirige un centre de profit autonome et ses revenus varient en fonction de la santé financière de son agence.  Selon la taille de l'agence, l'agent général travaille seul ou avec des salariés.

 

Son salaire

Il est constitué par les commissions perçues sur les ventes et la gestion des contrats d'assurance.

 

Sa formation

Bac + 2 au minimum :

BTS assurance ou DUT carrières juridiques option assurance

 

Bac + 3 :

licence pro assurance, banque, finance

 

Bac + 5 :

Diplôme d'école de commerce et de gestion

Diplôme de l'école nationale d'assurance

Diplôme d'université de l'institut des assurances

Master pro droit, sciences économiques et de gestion

Courtier en assurances

Son travail

Le courtier en assurances est un professionnel qui recherche les meilleurs contrats au meilleur prix pour les particuliers et les entreprises. Après un diagnostic de la situation et des besoins de son client, il fait jouer la concurrence pour trouver le contrat le plus adéquat.

En cas de sinistre, il les aide à constituer le dossier de déclaration et les assiste jusqu'à leur indemnisation. Le courtier conseille également les entreprises en matière d'anticipation, de prévention et de maîtrise des risques.

 

Ses compétences

Le courtier doit faire preuve de méthode, de psychologie et de rigueur pour répondre parfaitement aux besoins de ses clients. Il s'informe des dernières innovations dans les services offerts. Il  anticipe les changements de situation (personnelle, professionnelle ou d'activité ) de ses clients et leur offre une protection en conséquence.

 

Son lieu d'exercice

Le courtier a un statut de commerçant. Contrairement à l'agent général, il est propriétaire de sa clientèle. Pour pouvoir exercer, il doit être inscrit au registre du commerce et des sociétés.Il exerce principalement dans les grandes villes au sein d'un cabinet de courtage.

 

Son salaire

Il varie selon son statut (indépendant ou salarié).

 

Sa formation

Bac + 2 minimum :

BTS assurance, management des unités commerciales, DUT carrières juridiques, DEUST organismes financiers et de prévoyance.

 

Bac + 5

  • Diplôme d'école supérieure de commerce et de gestion ;
  • Diplôme d'ingénieur ;
  • Diplôme de l'École nationale d'assurances (ENASS) ;
  • Diplôme de l'ESA (management international de l'assurance) ;
  • Diplôme d'université (DU) de l'Institut des assurances (Lyon 3) ;
  • Masters pro droit, mention droit privé, spécialité droit des assurances ; droit, mention droit privé, spécialité assurances ; gestion, mention finance, spécialité assurance et gestion du risque...
  • Masters recherche droit, mention droit du risque, spécialité risque, assurance, responsabilité ; économie et gestion, mention sciences de gestion, spécialité action commerciale dans la banque, la finance et l'assurance...
  • Mastères spécialisés assurance-finance ; management des risques..

Les titulaires d'un Bac + 5 auront une évolution de carrière plus rapide et pourront prendre, à terme, la direction d'un cabinet de courtage.

 

Pour s'installer, il faut, en outre, posséder obligatoirement la carte professionnelle délivrée à l'issue d'une formation complémentaire (de 150 heures au minimum).

Chargé d'études en marketing

Son travail

Le chargé d'études marketing analyse les attentes des clients et l'offre de la concurrence pour garantir au maximum le succès commercial des nouveaux produits. A l'aide d'enquêtes, de sondages et d'outils statistiques il met en place une stratégie commerciale adaptée.

 

Ses compétences

Le chargé d'études marketing vit en permanence dans le monde des chiffres et des pourcentages. Organisé, méthodique et rigoureux, il maîtrise parfaitement les techniques de collecte et de traitement des informations, notamment l'informatique, les statistiques et les bases de données. A l'aise pour communiquer, le chargé d'études marketing possède d'excellentes capacités d'analyse et de synthèse.

La fibre commerciale est également un atout pour persuader de nouveaux clients ou sa direction de l'utilité de lui commander telle ou telle étude.

 

Son lieu d'exercice

Il peut exercer en entreprise (industrie, services...) ou dans un cabinet de conseil en marketing ou en communication. Au sein de l'entreprise, il travaille en étroite collaboration avec l'ensemble des services : la direction, les équipes commerciales et marketing, les services de publicité et de communication. Il peut aussi consulter le service recherche et développement (R & D), le service qualité, etc.

Hors de l'entreprise, le chargé d'études marketing peut travailler avec des sociologues et des enquêteurs, les instituts de sondage, les agences de publicité, les centres de documentation et les services d'études statistiques.

 

Son salaire

Le salaire d'un débutant : de 2100 à 2700 euros brut/mois.

 

Sa formation

Travailler dans le marketing demande un haut niveau de formation. Les Bac + 5 sont très appréciés.

Conseiller commercial en assurances

 

Son travail

Le conseiller commercial établit et gère les contrats d'assurance des clients. Il leur propose des garanties adaptées à leurs besoins. Il est impliqué

Ses compétences

Il fait preuve d'une grande rigueur scientifique et d'une bonne capacité d'écoute. En outre, il possède de solides compétences juridiques sont nécessaires pour l'établissement des contrats, ainsi que pour la gestion des procédures d'indemnisation et les contentieux.

 

Son lieu d'exercice

Le conseiller commercial en assurances travaille principalement en agence ou pour des établissements financiers. Quand il ne reçoit pas de clients dans son bureau, il les démarche au téléphone.

 

Sa formation

Bac + 2 dans la vente :

BTS négociation relation client (NRC) ou management des unités commerciales (MUC)

Une formation en interne est assurée pour les produits commercialisés.

Gestionnaire de contrats

 

Son travail

Le gestionnaire de contrats est un spécialiste en production (souscription de contrats). Il établit et gère les contrats d'assurance des clients. Il s'occupe également des dossiers d'indemnisation des clients lors des sinistres. En cas de litige, le gestionnaire peut engager et suivre une procédure judiciaire. C'est alors lui qui prépare les pièces et l'argumentation pour les avocats, qui exerce les recours et fait exécuter les décisions.

 

Ses compétences

Rigoureux, capable de d'analyse et de synthèse, le gestionnaire de contrats possède des compétences juridiques pour gérer les procédures d'indemnisation et les contentieux. Il a le sens du contact et du travail en équipe. Il a une bonne maîtrise de l'informatique et des langues étrangères.

 

Son lieu d'exercice

Ce professionnel exerce dans des entreprises comme : les sociétés d'assurances, les réassureurs, les agences générales, les courtiers. Le téléphone et l'ordinateur sont ces principaux outils de travail

 

Son salaire

Salaire débutant : 1700 euros brut/mois

 

Sa formation

De bac + 2 à bac + 5

BTS assurance, DUT carrières juridiques

Souscripteur

 

Son travail

Il est chargé d'évaluer les risques liés à l'activité de son client (le plus souvent un professionnel du secteur industriel ou agricole) et décide si sa compagnie l'assure ou non. Il rédige des contrats sur mesure en adaptant les clauses standard aux besoins de ses clients. Il fixe les conditions de garantie et calcule le montant des primes à payer par l'assuré.

Ses compétences

Ce professionnel doit faire preuve d'une extrême prudence quand il étudie le dossier d 'un client. Il doit détecter les risques encourus et doit être capable de se projeter dans l'avenir et d'anticiper les éventuels sinistres.

Le souscripteur doit posséder des connaissances techniques pointues pour être à même d'évaluer les risques auxquels son client peut être confronté. Dans le cas contraire, il devra solliciter l'avis d'experts. Rigoureux, fin négociateur, il sait argumenter ses choix et décisions auprès des commerciaux (agents généraux, courtiers) comme des assurés.

 

Son lieu d'exercice

Il travaille principalement aus sein de compagnie d'assurances. Il effectue de nombreux déplacements sur le terrain pour mieux cerner les activités professionnelles des clients.

 

Son salaire

Salaire débutant : de 2700 à 3000 euros brut/mois

 

Sa formation

Même s'il est possible d'occuper un poste de souscripteur junior avec une licence professionnelle, il est préférable de détenir un diplôme de niveau bac + 5. Une seconde compétence ou une expérience professionnelle dans un métier technique ou industriel est très appréciée des recruteurs.

Niveau bac + 3

  • Diplôme de l'ESA (bachelor assurances) ;
  • Licences pro assurance, banque, finance, spécialité gestion juridique des contrats d'assurance ; assurance, banque, finance, spécialité assurance...

Niveau bac + 5

  • Diplôme d'école supérieure de commerce ;
  • Diplôme d'ingénieur ;
  • Diplôme d'actuaire ;
  • Diplôme de l'École nationale d'assurances (ENASS)
  • Diplôme d'université (DU) droit des assurances ; de l'Institut des assurances (Lyon 3) ;
  • Master pro droit, mention droit de l'entreprise et des contrats, spécialité droit des assurances ;
  • Master recherche droit, mention droit du risque, spécialité risque, assurance, responsabilité.

Vient de paraître

Élargir ses horizons
professionnels