Haute Normandie - Rouen / Publication : 6 mai 2013
Mers, fleuves ou canaux… vous rêvez de voguer sur l’eau ou de travailler dans cet environnement. Les métiers maritimes et portuaires permettent de "naviguer" et offrent toute une palette de métiers dans et autour des ports. 

1/ Rouen est un port au même titre que Le Havre, Dieppe ou Fécamp.

Vrai Faux

Rouen figure parmi les tout premiers ports de France en raison de sa situation de port fluvial. La Seine est un axe économique et touristique majeur. L’activité portuaire est surtout centrée sur l’activité céréalière qui est particulièrement développée et porteuse d’emplois.

2/ En Haute-Normandie, la quasi-totalité des emplois de ce secteur sont stables et à temps complet.

Vrai Faux

Les activités portuaires, fluviales et maritimes se caractérisent par un taux important d’actifs en contrats stables (89%) 

3/ Dans un port, certains professionnels n’ont jamais navigué.

Vrai Faux

Certains professionnels ne montent jamais à bord et n’ont pas besoin de savoir piloter un bateau, par exemple : les grutiers portiqueurs qui déchargent les navires dès qu’ils arrivent à quai.

4/ Un(e) pilote de port remplace le(la) commandant(e) de bord pour manœuvrer dans le port.

Vrai Faux

Attaché à son port dont il connaît les moindres embûches, le pilote guide les navires jusqu'au quai d'amarrage. Il a l'entière responsabilité de la manœuvre, donne les ordres à la barre, commande les remorqueurs. 

Recrutés parmi les capitaines de la marine marchande, ils sont moins de 400 en France à exercer la profession de pilote de port. 

5/ Organisateur(trice) d’événements nautiques : c’est aussi un métier maritime.

Vrai Faux

Ce professionnel coordonne la préparation des fêtes maritimes et travaille avec un responsable maritime. Il prévoit tous les dispositifs à mettre en place : les bateaux d’assistance, les lamaneurs pour amarrer les bateaux, les pontons, les bouées, les moyens de sécurité.

6/ Anita Conti est une navigatrice haut-normande célèbre pour avoir remporté la course autour du monde.

Vrai Faux

Anita Conti (1899-1997) fut la première femme océanographe française.
Elle prit part à plusieurs campagnes en mer et fut la première à établir des cartes de pêche.
Très tôt elle s’inquiète des dangers de la pêche industrielle et militera toute sa vie pour le développement d’une pêche "raisonnée".
C’est également le nom d’ un lycée à Fécamp !

 

7/ « L’hydrographe » décrit et explique les caractéristiques des fonds marins pour réaliser des cartes.

Vrai Faux

Localiser une épave, compléter les connaissances dans des zones anciennement hydrographiées, élaborer et réactualiser des cartes marines, contrôler les fonds marins : ce sont les activités principales de ce professionnel.

8/ Pour devenir matelot(e), il n’y a pas de formation spécifique.

Vrai Faux

Pour devenir matelot, il existe trois possibilités :

  • par contrat de 4 ans : être de nationalité française, avoir entre 17 ans et moins de 25 ans, être diplômé d'un niveau V (CAP) au niveau IV (Bac). Une formation initiale élémentaire (5 semaines) et une formation complémentaire courte liée au métier choisi sont prévues à la signature du contrat ;
  • par stage professionnel d'une année, avoir entre 17 ans et moins de 26 ans, de la 3e au Bac + 2. Une formation initiale élémentaire (5 semaines) et une formation complémentaire courte liée au métier choisi sont prévues à la signature du stage ;
  • par l'école des mousses ouverte depuis septembre 2009 à Brest, avoir entre 16 ans et moins de 18 ans au 1er septembre de l'année de rentrée, avoir un niveau scolaire de classe de 3e ou de 2nde. Une formation d'un an est prévue pour les 150 élèves pour obtenir le brevet élémentaire de mousse. A leur sortie, ils signeront le même contrat de 4 ans que les autres pour poursuivre en tant que matelot de la flotte. 

Haut de page

Vient de paraître