Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Handicap et mobilité internationale : le témoignage de Marion

Haute Normandie - Rouen / Publication : 16 juillet 2019
Marion, étudiante à l’Université le Havre Normandie, effectue un semestre d’études, à l’Université de Limerick, en Irlande.

Marion, étudiante à l’université le Havre Normandie

"Gagner en autonomie"

J’ai décroché un BAC Littéraire option cinéma audiovisuel en 2015 et je suis actuellement en 3ème année de Licence Langues Littératures et Civilisations Etrangères ou Régionales Anglais (LLCER) à l’Université le Havre Normandie. Je suis à l’Université de Limerick, en Irlande depuis 3 mois pour effectuer le semestre 6 de ma licence.

Mon départ à l’étranger est volontaire. Il n’y avait pas d’obligation de partir pour terminer la Licence. J’avais envie d’améliorer mon anglais et peut-être aussi une envie de me prouver et de prouver aux autres que je suis capable de faire plus que d’aller en cours et chez le kiné. Plusieurs pays étaient proposés pour ma promotion. Il a fallu constituer un dossier et passer un entretien de sélection.

Savoir s’entourer

J’ai bénéficié de l’accompagnement de l’association Handisup. Ils m’ont aidée dans toutes mes démarches pour que je puisse bénéficier de bourses complémentaires liées au handicap. Nous avons également effectué un mini séjour 3 mois avant mon départ. L’objectif était de s’assurer que la ville, le campus, les transports... étaient adaptés ou adaptables à mes besoins. Sur place, nous avons pu prendre contact avec un kiné, une compagnie de taxi et les encadrants de mon université d’accueil pour les aménagements de scolarité et d’examens. Je ne pouvais pas voyager seule. Grâce à la bourse Erasmus+ handicap, une partie du voyage de mes parents a été pris en charge. Ils ont donc pu m’aider à m’installer. D’un point de vue médical, il a fallu renouveler toutes les ordonnances, commander les médicaments pour quatre mois, faire traduire certains documents médicaux importants, etc.

Mon conseil : foncez !

Ne vous mettez pas de barrières. On peut avoir de très bonnes surprises pendant une mobilité! Pour ma part, je n’aurais jamais pensé être capable de faire tout ce que j’ai fait. Dans un premier temps, choisissez bien votre destination en tenant compte des besoins liés à votre handicap. Ensuite rapprochez-vous d’associations ou de personnes pouvant vous apporter une aide même si vous êtes de nature indépendante. Ne pas hésiter à en parler avec les professionnels de santé qui vous entourent. Si vous avez un fauteuil roulant ou autre matériel médical, pensez à faire une petite vérification avant de partir, ça ne fait pas de mal.

À lire aussi

Haut de page

Vient de paraître