Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Sommaire du dossier

Agriculture

Exploitante agricole

Haute Normandie - Rouen / Publication : 8 novembre 2018
"Exercer le métier d’exploitante agricole, c’est être passionnée par le travail en extérieur, que l’on soit responsable d’un élevage ou d’une culture. Mais c’est aussi un travail administratif au quotidien."

Valérie, Exploitante agricole en Seine-Maritime (76)

Organisation

"J’ai commencé par exercer mon métier en tant que conjointe collaboratrice. Depuis 2012, je suis exploitante agricole. Cela signifie que je travaille au même titre que mon mari. Nous sommes à égalité sur l’exploitation. Nous sommes propriétaires d’une exploitation d’une centaine d’hectares. Mon mari s’occupe de la culture des céréales : blé, lin, maïs, mais aussi du colza et des betteraves. Nous sommes tous les deux responsables d’un troupeau d’environ 50 vaches normandes pour l’élevage laitier et, des taurillons pour l’engraissement."

Activités professionnelles

La traite des vaches laitières

"Mon rôle consiste à assurer la traite des vaches laitières 2 fois par jour : à 6h30 et à 17h30. Une traite dure environ 1h30. Je fais venir les vaches dans l’aire d’attente. Puis elles arrivent dans la salle de traite et se placent en épis en 2 rangées de 5. Je mets la machine à traire en route. A la fin de la traite je mets un produit sur les mamelles des vaches. Ensuite elles sortent toutes seules de la salle pour retourner en stabulation (maintenues dans un espace clos et couvert) et manger. Nous terminons par laver la machine, la salle de traite et l’aire d’attente. Le lait est conservé dans un tank (réservoir à lait). Il est ensuite collecté par la laiterie tous les deux jours."

Le suivi sanitaire du bétail

"Nous assurons également le suivi sanitaire du bétail réparti dans 3 ateliers : un pour les génisses, un pour les vaches et un pour les veaux. Pour les vaches laitières, les compteurs à lait sont un outil précieux. Ils nous indiquent la conductivité électrique du lait. Si elle est élevée cela peut être le signe d’une mammite. Nous devons traiter tout de suite pour éviter les infections. Pour que les veaux ne soient pas contaminés par des maladies, ils sont installés dans des niches et tout se passe beaucoup mieux. Nous effectuons aussi le suivi des vaccinations. Tous les deux mois un nutritionniste vient vérifier l’état physique des bêtes et adapte les aliments aux besoins du bétail. Nous renouvelons le bétail par le vêlage de nos génisses, ce qui garantit l'absence de maladie."

La gestion de l'exploitation

"J’effectue tout le suivi administratif de l’exploitation. Je traite le courrier courant. J’utilise un logiciel de comptabilité pour enregistrer toutes les factures. Un autre logiciel me permet de déclarer obligatoirement dans les cinq jours les vêlages. Chaque veau est ensuite bouclé avec un numéro, ce qui donne lieu à une carte d’identification. Un logiciel est relié à la salle de traite ce qui me permet d’enregistrer les mammites, les périodes de reproduction, les vêlages, et toutes les interventions pour chaque bête. Sur internet, je m’informe tous les jours de l’évolution des cours du marché des céréales et du colza."

La terre et la vente

"En période de semis et de moisson, je conduis le tracteur. Mon rôle consiste à travailler la terre : je la retourne pour l’aérer, je laboure, je déchaume après la moisson. Je commercialise moi-même les céréales et le colza produits par mon mari. Auparavant nous vendions tout à la coopérative. Mais depuis que les prix sont instables, je m’en occupe moi-même. J’ai suivi une formation adaptée et je fais partie d’un groupe d’une dizaine d’agriculteurs. On se réunit une fois par mois ce qui nous permet d’échanger sur la vente de céréales ou sur le prix de l’azote…"

S’engager, participer, organiser

"J’ai intégré le groupement féminin de développement agricole et rural (GFDAR) Pointe du Havre. C’est un lieu d’échanges et de découvertes. En tant qu’administratrice, mon rôle consiste à recenser les demandes de formations et d’activités des adhérentes, et aussi à en proposer. Je cherche les intervenants qui vont animer les actions. Je mets en place un calendrier. Les thèmes sont très variés : la mémoire, la peinture sur meubles, la visite d’une usine de l’agroalimentaire, l’utilisation d’un logiciel photos…"

Compétences

"Mes compétences commerciales, en gestion et en informatique m’aident beaucoup dans mon travail : déterminer à quel moment vendre une partie de la production selon les variations du marché, équilibrer le résultat de l’exploitation en décidant de produire plus ou moins de blé ou de colza, s’adapter et utiliser au mieux les nombreux logiciels à notre disposition."

Qualités et centres d’intérêt

"Il faut être passionnée car le travail auprès du bétail est extrêmement prenant. Cela exige beaucoup de présence. Le calme et la patience sont de mise car les bêtes ressentent notre stress. Mon travail demande un grand sens de l’observation car les vaches sont de plus en plus sensibles à l’environnement. Le suivi sanitaire est donc primordial et nécessite des interventions rapides et adaptées. Il faut aimer vivre et travailler au contact de la nature. Les animaux, la plaine, les grands espaces donnent une sensation de liberté."

Formation et expériences professionnelles

"Après un bac scientifique avec l’option agronomie, j’ai commencé mes études dans une école d’ingénieurs. Puis j’ai bifurqué vers une école de commerce pendant 3 ans pour me former au métier de technico-commerciale en agrofournitures. Mes études m’ont permis d’effectuer des stages à l’étranger : au Luxembourg dans une exploitation spécialisée dans l’élevage, en Angleterre dans une entreprise de semences agricoles, en Australie pendant 6 mois dans une exploitation de vente de bétail. Cela a été très enrichissant tant au niveau professionnel qu’au niveau humain. Avant de devenir exploitante agricole, j’ai exercé d’autres métiers : conseillère des ventes en fruits et légumes, technicocommerciale pour un distributeur d’agrofournitures pour la production végétale et animale, commerciale en collectivités."

Exemples de formations

Téléchargement

Valérie © Onisep Normandie Rouen

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels