Sommaire du dossier

Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Mon métier au quotidien

Maquilleuse artistique : un métier au bout des pinceaux !

Métiers du spectacle

Haute Normandie - Rouen / Publication : 2 juillet 2012
Le temps d’un spectacle, la maquilleuse artistique donne des couleurs aux personnages imaginés par le metteur en scène. Faux nez, masques, postiches…autant d’accessoires créés par cette professionnelle aussi inventive qu’attentive aux artistes qu’elle transforme au cinéma, au théâtre ou dans des comédies musicales. D’un plateau télé jusqu’aux coulisses d’un défilé de mode, Marjorie Boiste exerce ce métier en indépendant. Rencontre.

Marjorie Boiste, maquilleuse artistique free-lance

Maquilleuse artistique et esthéticienne : ne pas confondre !

Si le maquilleur professionnel embellit, Marjorie, elle, a pour mission de donner des couleurs et souligner les expressions des artistes-interprètes. Selon les effets souhaités par le metteur en scène ou le réalisateur, elle accentuera, corrigera ou vieillira les traits de comédiens. "Je peux aussi bien les embellir que les grimer !" Masque de vampire, faux nez sont alors des accessoires qu’elle conçoit et fabrique elle-même. Pour réaliser ces effets spéciaux, Marjorie utilise et manipule avec dextérité des matériaux aussi variés que des silicones, de la gélatine, du latex ou de la mousse ! Du maquillage le plus naturel au plus complexe, de 1h à 3 jours, elle sait évaluer et prévoir le temps nécessaire pour la réalisation de ses maquillages.

Des paillettes, mais une réalité difficile

"Je suis totalement dépendante des conditions de tournage :
il faut souvent s’adapter. Moi aussi, je dois faire évoluer mon maquillage dans une même journée, même si dans le film la chronologie est différente !" Il lui arrive de transformer radicalement un maquillage, mais c’est ce qui lui plait !
Souvent dans les premiers professionnels à commencer ses journées de travail, Marjorie peut enchaîner jusqu’à 10 maquillages par jour ! Debout le plus souvent, ses horaires sont irréguliers et souvent très lourds : Marjorie fait partie intégrante de la troupe ou de l’équipe artistique. "Je ne suis pas considérée uniquement comme une technicienne, mais comme une artiste à part entière ! C’est très valorisant. » Mais être aux côtés des artistes demande aussi beaucoup de doigté et d’écoute, surtout auprès des plus connus, soucieux de leur image !

Créativité et habilité

Exercer ce métier demande une habilité certaine : dessiner à même la peau, peindre un corps entier requièrent d’avoir des gestes assurés et précis. "Avoir un bon coup de crayon est utile, mais c’est très différent de savoir dessiner sur le papier…et sur la peau !" Marjorie doit aussi être particulièrement minutieuse tout en restant rapide, le temps d’un spectacle ou d’un tournage étant très limité. Mais ce professionnalisme ne suffit pas, il faut aussi faire preuve d’imagination pour répondre aux directives du metteur en scène et tenir compte des caractéristiques d’un spectacle. "Je travaille en étroite collaboration avec toute l’équipe des techniciens de plateau : habilleurs, coiffeurs, accessoiristes : je dois par exemple adapter mon maquillage aux couleurs des costumes portés par les comédiens."
C’est ce coté artistique qui a attiré Marjorie : "j’aime travailler les couleurs, les mettre en cohérence avec les lumières utilisées pour un spectacle."
 

Les effets spéciaux : un second souffle pour la profession

Si ce métier fait rêver, il offre peu de postes. Mis en avant récemment dans le cinéma, les univers artistiques utilisant des effets spéciaux se sont développés ces dernières années. Marjorie a fait le choix de se spécialiser pour maîtriser ces nouvelles techniques. "Je réalise moi-même les petites prothèses, à base de latex, mais les plus importantes sont fabriquées dans des ateliers avec une véritable équipe !" De vraies possibilités de travail pour cette professionnelle qui a le statut d’intermittent.

Retour sur… "Mon parcours…"

"J’ai toujours aimé regarder les "making off" des films, les reportages sur les coulisses des tournages. Après mon bac, pour apprendre les bases du métier de maquilleur, j’ai passé un CAP d’esthétique avant d’intégrer une école spécialisée en 2 ans. C’est dans cette école que je me suis véritablement spécialisée dans les effets spéciaux. Et que j’ai commencé à construire mon premier réseau professionnel en travaillant avec des écoles de cinéma où j’ai fait connaissance avec de futurs réalisateurs !
Ce que j’aime dans mon métier, c’est faire ressortir les caractères d’un personnage en respectant un scénario. Maquiller des acteurs ne les rend pas forcément plus beaux, mais plus crédibles !"

À lire aussi

Sur le même sujet

Se former au métier de Maquilleur/euse artistique en Haute-Normandie

Il n’existe pas de diplôme spécifique ; préparer une formation en esthétisme peut être une bonne base avant d’intégrer des écoles privées.

Haut de page

Vient de paraître