Sommaire du dossier

Des métiers phares de l'éolien

technicien / technicienne de maintenance éolienne

Fiche Métier

Haute Normandie - Rouen / publication : 6 avril 2016
"Exploitation, maintenance d’un parc éolien."

Le technicien de maintenance surveille et entretient les mâts et les nacelles, véritables salles de machines perchées au sommet de l'éolienne. Sujets au vertige, s’abstenir !
Plutôt prévenir que guérir, c’est leur devise. Tout mettre en œuvre pour éviter la panne, c’est leur rôle.

Objectif zéro grain de sable

Une partie de son travail relève de la maintenance préventive. Ce qui signifie intervenir périodiquement sur les machines pour les nettoyer, les graisser, vérifier l’état des composants, remplacer les filtres et les petites pièces d’usure, de façon à ce qu’elles tournent correctement. Lors d’une panne, il doit en trouver l’origine et résoudre le problème dans les meilleurs délais : remplacement des éléments défectueux, essais et remise en service.

Ouvrir l’œil

Un système de télésurveillance lui permet de suivre les paramètres techniques et de production de chaque éolienne, et de réagir à la moindre anomalie. Une surveillance qu’il complète via des rondes effectuées sur le terrain. Grâce à ces dernières, il peut pointer un dysfonctionnement non détecté à distance.
Généralement affecté à un site, il opère sur d’autres parcs en cas de nécessité, parfois sur toute la France.

À toute épreuve

Pour des questions de sécurité (tension électrique, hauteur), le technicien de maintenance éolien exerce en équipe. Les interventions se font en binôme, sous les ordres d’un responsable de secteur. À plusieurs dizaines de mètres de hauteur, ce professionnel, détenteur d’un certificat BZEE*, est sécurisé à l’aide de harnais. Les éoliennes fonctionnant en permanence, ce professionnel peut être d’astreinte, et donc mobilisé d’urgence, de jour comme de nuit et même le week-end. Une bonne résistance est de mise : pluie, neige, froid, quelles que soient les conditions climatiques, une panne n’attend pas.
* Le certificat BZEE (Bildungszentrum für Erneueurbare Energien) est un certificat professionnel reconnu par les entreprises de la filière éolienne pour les métiers en lien avec la maintenance de parcs éoliens.

Et en mer...

Éolien en mer - © Onisep Haute-Normandie

L’environnement maritime impacte les conditions de travail du technicien de maintenance éolienne. 

Le transfert du bateau vers l'éolienne ou le poste électrique en mer étant une opération de précision, la maîtrise de la houle et, de manière plus générale, la sécurité en mer sont des éléments clés. Comme sur terre, la sécurité est capitale, l'exercice en milieu marin ne faisant qu'accroître les risques.

Travailler en mer ne s’improvise pas, chaque professionnel doit suivre une formation spécifique pour acquérir les compétences liées au milieu marin :

  • sécurité incendie
  • survie en mer
  • secours à la personne et sauvetage

Dans ces situations, le mal de mer peut être un vrai problème !

Une bonne compréhension de l'environnement marin est également très utile pour superviser les bateaux de transfert à distance, savoir interpréter les données radar et communiquer avec les équipes sur site et les autres navires à l'aide de VHF (une sorte de radio).

3 questions à...

José Faria,

Responsable de maintenance éolienne

à la Compagnie du vent.

Quel a été votre parcours ?

Après un BTS électrotechnique et une école d’ingénieurs, j’ai travaillé sur un site industriel où je m’occupais d’un secteur de maintenance électrique et d’instrumentation. C’est dans une logique d’évolution de carrière et de responsabilité que je suis arrivé dans la maintenance éolienne voici un an et demi. En même temps, il y a beaucoup de similitudes avec le process industriel : impératifs de production et fiabilité technique.

Dans votre poste, qu’est-ce qui est spécifique à l’éolien ?

Avant, je travaillais en usine. Les déplacements d’un site à l’autre apportent donc une dimension que je ne connaissais pas. Il y a également une différence d’organisation avec les équipes de maintenance : les techniciens ne sont pas toujours sur le site où je vais avoir besoin d’eux. La dernière inconnue est celle de la météo. Elle n’est pas suffisamment fiable à long terme ; il est difficile de prévoir des plannings sur une semaine. Cela implique donc une certaine flexibilité et de la disponibilité.

Quelles sont les perspectives d’évolution de carrière ?

Tout dépend de la structure et de la personne. Mais, en moyenne, avec de la volonté et des compétences, il faut compter entre 5 et 8 ans. Ensuite, on peut encore évoluer vers un poste de directeur de la maintenance : on gère plusieurs secteurs, plus de personnes et, surtout, on fait davantage de politique de maintenance. On est dans une approche plus gestionnaire qu’opérationnelle.

Exemples de formations

© Onisep Haute-Normandie

Télécharger / Feuilleter / Imprimer la fiche métier

 

Imprimer

À lire aussi

Sur le même sujet

Dans l’Éolien je m’intéresse...

Des métiers par secteur :

Les publications de l'Onisep

  • métiers
  • Les métiers de l'électronique et de la robotique, collection Parcours
    Les métiers de l'électronique et de la robotique
    Les métiers de l'électronique et de la robotique
    collection Parcours
    parution en juin 2015
    25 métiers classés en trois grandes familles. Un point complet sur les formations proposées dans ce secteur innovant, du bac pro au bac + 5
    Les métiers de l'énergie, collection Parcours
    Les métiers de l'énergie
    Les métiers de l'énergie
    collection Parcours
    parution en juin 2016
    Des filières de formation du bac pro au bac + 5. Plus de 30 métiers aux perspectives d'emploi multiples sont présentés.
    Les métiers de la mécanique, collection Parcours
    Les métiers de la mécanique
    Les métiers de la mécanique
    collection Parcours
    parution en avril 2014
    Un point complet sur les métiers et formations post-bac de la mécanique
* Prix hors frais de port

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels