Sommaire du dossier

Parcours

BTP : Aurélie, apprentie en 1re année de BP

Je vis la voie pro dans ma région au Bâtiment CFA Le Havre (76)

Haute Normandie - Rouen / Publication : 28 avril 2020
"Après la 3e, j’ai beaucoup cherché ma voie. En 1re STI génie électrotechnique*, j’ai découvert l’électricité. J’ai ensuite arrêté le lycée pour me former par l’apprentissage."
Aurélie, apprentie en 1re année BP Installations et équipements électriques

Après la 3e : consolider son choix d’études !

"Après la 3e , j’ai beaucoup cherché ma voie. Il y a beaucoup de branches et on ne sait pas ce qu’on y fait. Mes professeurs et mes parents voulaient m’orienter vers un bac général parce que j’avais de bons résultats scolaires. Moi, je préférais travailler dans le manuel. Je voulais préparer un CAP (certificat d’aptitudes professionnelles) en tant qu’apprentie. Mais en même temps, je n’étais pas assez sûre de moi pour m’affirmer. Je suis allée en 2de et j’ai redoublé. Dans un autre lycée, en atelier, j’ai fabriqué une petite toupille en acier sur les machines de génie mécanique. Ça m’a plu, j’étais fière de mon travail. Finalement, j’y suis restée pour aller en 1re STI (sciences et technologies industrielles) en génie électrotechnique**, où j’ai découvert l’électricité. Ça m’a beaucoup intéressée et je me sentais bien dans l’ambiance de l’atelier. J’ai beaucoup aimé le dessin industriel, ça a accroché assez vite. J’aimais bien la pneumatique aussi. A la fin de la 1re STI*, j’ai tout stoppé. J’en avais assez de l’école, de la théorie. Et des problèmes personnels ont fait que j’ai eu besoin de gagner ma vie."

L’alternance : préparer des diplômes en travaillant sur les chantiers !

"L’alternance m’a permis de continuer mes études et de gagner ma vie un minimum. J’ai commencé par le CAP préparation et réalisation d’ouvrages électriques***. J’ai appris mon métier d’électricienne sur les chantiers de gros œuvre. Je réalise les équipements électriques dans les bâtiments en cours de construction. Je vérifie la conformité de l’installation et qu’elle fonctionne bien. En cours, j’apprends les bases du métier : le fonctionnement d’une prise, d’un éclairage, les branchements. Je n’apprends pas seulement l’électricité mais aussi ce qui concerne le travail des maçons, des plombiers. J’apprends aussi à dessiner les bases d’un plan pour un bâtiment. Je passe ensuite à la pratique en atelier en appliquant les câblages qu’il faut, pour que le système fonctionne. J’utilise des logiciels qui me permettent de tester différentes solutions. J’ai aussi des cours de maths, de français et d’histoire-géographie. Je suis maintenant en 1ère année de BP (brevet professionnel), et j’approfondis mes connaissances. A la fin du BP, je pourrai mettre dans mon CV (curriculum vitae) mes 4 années d’expérience professionnelle en entreprise. »

Après le BP : continuer les études pour évoluer vers d’autres métiers !

"J’aimerais préparer un BM (brevet de maîtrise) ou un BTS (brevet de technicien supérieur). Il n’y a pas de minimum de diplôme pour s’installer à son compte. Avec un CAP, c’est suffisant. La poursuite d’études, c’est pour ma fierté personnelle. J’aimerais aussi évoluer pour ne pas rester tout le temps sur les chantiers. Le bâtiment est un domaine où l’on peut évoluer sans trop de complications. J’aimerais bien devenir contremaître. J’ai des échelons à gravir avant. Ce qui me plaît dans ce métier, c’est organiser le travail des équipes en fonction des besoins, définir les priorités, mais aussi gérer les contacts avec les clients et les architectes. Il y a beaucoup de travail sur ordinateur et de préparation. Et puis, il faut vérifier l’avancée des travaux régulièrement."

Conseil : explorer !

"Je dirais à un ou une élève de 3e de découvrir l’électricité par l’intermédiaire du stage de 3e . Moi, je n’avais pas de stage en 3e . C’est le meilleur moyen de savoir si ça plaît ou pas. Travailler pour un patron permet de découvrir le domaine. La période d’essai permet également de confirmer ou pas un choix. Pour une fille, je lui dirais de persister, de s’accrocher parce que ce n’est pas vraiment simple. Au début, il faut faire face aux patrons qui sont « machos ». Les mentalités n’ont pas encore assez évolué. Il faut que ça continue."

Aurélie, apprentie en 1re année BP Installations et équipements électriques

 

* aujourd'hui Bac STI2D (sciences et technologies de l'industrie et du développement durable)
** aujourd'hui Bac STI2D spécialité énergies et environnement
*** aujourd'hui CAP électricien

Vient de paraître

Élargir ses horizons
professionnels