Sommaire du dossier

Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Lettre n°13

Parcours des BPJEPS sport ou animation

Limousin / Publication : 30 janvier 2019
Focus sur les BPJEPS sport ou animation, de l’entrée en formation jusqu’à l’insertion des diplômées et diplômés sur le marché du travail.

Sport et animation

Le brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport (BPJEPS) a été obtenu par 11 300 personnes de mai 2016 à avril 2017. Une enquête menée début 2018 a permis de révéler que seulement 9 mois après l’obtention de leur BPJEPS sport ou animation, 77 % des personnes diplômées avaient un emploi.

Spécialisation des diplômes

Avant leur insertion professionnelle, les personnes suivant la formation des BPJEPS doivent choisir des spécialités du secteur envisagé (voir graphique). Toutefois, malgré les différentes spécialités proposées, les BPJEPS sport comptabilisent une plus forte demande avec 8 400 diplômés et diplômées contre 2 900 pour les BPJEPS animation (de 2016 à 2017).

Avant la formation

La formation BPJEPS sport ou animation n’attire pas seulement des étudiants et étudiantes mais de nombreuses personnes en recherche d’emploi ou déjà en emploi. C’est ainsi pour le secteur du sport qui comptait 40 % de diplômés et diplômées déjà actifs et actives avant la formation. C’est encore plus vrai pour le secteur de l’animation où le nombre des personnes en emploi lors de la formation s’élevait à 59 %.
A l’issue de la formation et après l’obtention de leur diplôme, 72% des personnes diplômées d’un BPJEPS animation et 75% des personnes diplômées d’un BPJEPS sport ont trouvé un emploi dans leur domaine.

Insertion professionnelle

Néanmoins, il est important de préciser que le temps de travail n’est pas le même d’un secteur à l’autre. En effet, si plus d’une personne sur dix diplômée d’un BPJEPS animation occupe un poste à temps plein, près de deux personnes sur dix occupent un temps partiel (pour une durée supérieure à un mi-temps). De plus, le temps partiel ne semble pas être un choix puisque 75 % des diplômés et diplômées des BPJEPS animation et 66 % des BPJEPS sport, expriment le souhait d’augmenter leur temps de travail.
Il est également intéressant de noter que les diplômés et diplômées du secteur de l’animation obtiennent souvent un emploi salarié (59 %) alors que 12 % de ceux et celles du secteur de sport ont un emploi salarié et un emploi sous le statut d’auto-entrepreneur ou d’indépendant.

En somme, ces formations restent attractives puisqu’en 2017, 850 organismes étaient habilités par le ministère des Sports à délivrer ces diplômes. Toutefois, des disparités sont présentes lors de l’insertion professionnelle des diplômées et diplômés, notamment au niveau des statuts et des temps de travail.

À lire aussi

Sur le même sujet

 

Sur le web

 

Haut de page

Vient de paraître