Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Sommaire du dossier

Secteurs et métiers qui recrutent

La maintenance de véhicules industriels

Poitou-Charentes - Poitiers / Publication : 26 mars 2019
Le fonctionnement des véhicules devient de plus en plus complexes. Assurer leur entretien demande un panel de compétences étendues (mécanique, hydraulique, pneumatique, électricité....). Un profil de technicien polyvalent très recherché.

Maintenance véhicules 1

Des professionnels polyvalents

La maintenance ne se résume pas à la mécanique même si cette dernière – tout comme l’électricité - occupe une place importante dans cette activité. Les véhicules comportent de nombreux capteurs qui effectuent des mesures et les envoient à des unités de traitement, type ordinateur, qui les analysent et commandent des actions. De cette manière, la direction est alors assistée, la trajectoire corrigée, la vitesse régulée, la consommation optimisée. Il est donc nécessaire de connaître l’électronique et les automatismes. L’entretien des roues ou des vérins par exemple nécessite également des notions en hydraulique et en pneumatique.

Les véhicules sont aussi communicants et géolocalisés. Grâce aux télécommunications et à l’informatique, il est possible d’intervenir à distance sur le paramétrage de certaines applications afin de dépanner un camion ou un bus loin de sa base. On l’aura compris : la maintenance des véhicules industriels exige d’être polyvalent - même si pour les interventions les plus pointues, on a parfois recours à des spécialistes.

Du plaisir à résoudre les casse-têtes

À l’écoute des indications du client, le technicien cherche l'origine du dysfonctionnement ; il examine le véhicule, réalise des tests et établit un diagnostic. Puis il remplace ou remet en état les pièces défectueuses et procède à des essais avant de restituer le véhicule à son propriétaire. Un travail qui demande de bonnes connaissances techniques mais aussi de la méthode, de l’analyse et un zeste de plaisir à résoudre les casse-têtes.

Alexis et Simon, apprentis en CAP « Maintenance de véhicules de transport routier » au CFATL de Poitiers, expliquent leur engouement pour ce travail : « La première panne, on n’a pas voulu la laisser passer. Quand on a un problème et qu’au bout de 2 heures on en trouve la cause, c’est un vrai plaisir ! C’est ce qu’on recherche tous les jours : une panne qui nous fasse cogiter. La valise de diagnostic ne résout pas tout, il y a toujours le travail du mécanicien ».

« En maintenance poids lourds, on peut se spécialiser dans la motorisation, dans l’électricité, dans l’hydraulique, ou encore évoluer vers d’autres métiers comme le magasinage, explique Monsieur Brémaud, formateur auprès des deux jeunes. Nous proposons à nos élèves de passer le permis poids lourds ce qui leur permet de faire l’essai des véhicules en entreprises. Il est également possible d’accéder à des métiers de chef d’équipe ou d’atelier, responsable du parc de véhicules ou du service après-vente. »

Des professionnels recherchés

Les besoins en emploi pour ce métier sont importants - environ 5 000 recrutements par an au niveau national - et se répartissent sur tout le territoire, principalement dans des entreprises de transport et dans les concessions. Cela concerne les transports de marchandises et de voyageurs (car et bus) mais aussi le transport fluvial car les moteurs de bateaux sont des moteurs de poids lourds marinisés. Certains peuvent également se diriger vers le secteur des travaux publics. Aujourd’hui, compte tenu de la pénurie de salariés, il existe de multiples pistes d'évolution en fonction de ses compétences et qualifications.

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels