Sommaire du dossier

Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Secteurs et métiers qui recrutent

La robotique industrielle

Poitou-Charentes - Poitiers / Publication : 26 mars 2019
Les robots occupent une place majeure dans l'industrie en remplaçant l’homme dans la réalisation de tâches pénibles ou dangereuses. Les techniciens qui en assurent l’intégration et la maintenance sont des professionnels polyvalents très recherchés.

Automation

Robotique industrielle

Robots et automates sont des produits industriels qui ne peuvent être intégrés tels quels dans un atelier. Avant leur déploiement, de nombreux tests et études préalables sont nécessaires. Le technicien en robotique industrielle assure le réglage et la programmation des robots, les intègre, au processus de fabrication et assure leur maintenance par la suite.

La faculté de sciences fondamentales et appliquées de l’université de Poitiers propose une licence pro automation et robotique. Ce cursus vise à donner aux étudiants les outils nécessaires pour concevoir et déployer des robots au sein d’une unité de production industrielle automatisée. Jean-Pierre Gazeau, chercheur à l’Institut P’ de Poitiers, intervient comme enseignant dans cette formation. Il explique : « Nous avons entre 15 et 18 étudiants en licence pro robotique et automation. 25 à 30% d’entre eux ont fait un parcours bac pro/BTS et leur taux de réussite en licence est identique aux étudiants venant des autres bacs. L’an passé, le major était d’ailleurs un ancien bac pro. »

Illustrer la théorie par la pratique

« La robotique est un mélange de mécanique, d’automatismes, d’électrotechnique et d’informatique, explique Julian, 21 ans, qui a choisi de suivre cette formation en alternance. J’ai d’abord découvert le milieu électrique avec le bac STI. Ensuite, j’ai poursuivi en BTS conception et réalisation de systèmes automatiques, puis en licence professionnelle, dans la spécialité automatismes et robotique. Ces divers enseignements m’ont donné une ouverture d’esprit et, progressivement, je me suis dirigé vers cette branche qui me convient tout à fait. » Dans l’entreprise où il est apprenti, le jeune homme occupe le poste d’électricien automaticien. Il travaille sur les tableaux et les armoires électriques, réalise la programmation des automates et assure la mise en service des nouvelles machines.

Esprit d'analyse et de rigueur, goût du travail en équipe, curiosité technique, attirance pour l'innovation sont autant de qualité que les futurs techniciens devront mettre à l’épreuve au cours de leur formation. « Pour être innovant, en robotique, il faut avoir un bagage théorique suffisant, souligne Jean-Pierre Gazeau. C’est ce qui permet d’aborder des problématiques plus complexes. Nous insistons sur les fondamentaux et sur le lien entre l’enseignement et l’applicatif. Nous essayons d’illustrer la théorie par la pratique et tentons de répondre à la question "à quoi ça sert ?" ».

À lire aussi

Sur le même sujet

Sur le web

Haut de page

Vient de paraître