Accueil Occitanie Montpellier Équipes éducatives Égalité filles-garçons

Matilda, une plate-forme vidéo éducative sur l'égalité des sexes

Languedoc-Roussillon - Montpellier / publication : 9 février 2017
Destinée aux équipes éducatives, la plateforme Matilda propose plus de 80 vidéos accompagnées de ressources pédagogiques sur les thématiques de l'égalité entre les sexes, dans tous les domaines.

plateforme mathilda

Née le 1er février 2017 à l’initiative de l’association toulousaine V.Ideaux, la  plate-forme http://www.matilda.education/app/ a été conçue grâce à une équipe de plus de 50 personnes, réunissant enseignant/es de l'école primaire, collège, lycée, université, vidéastes, musiciennes, professionnelles du numérique, et associations.
Son objectif ? Dans le cadre de l’école, lutter contre le sexisme et les stéréotypes de sexe qui continuent  au 21e siècle de surdéterminer les rôles des un/es et des autres dans la société, et ainsi permettre  aux filles comme aux garçons de « se projeter librement dans tous les champs des savoirs et des pratiques. »
Afin de favoriser l’exploitation pédagogique de ces vidéos en classe, un accès par niveaux et par disciplines est proposé aux enseignants.
A noter que Matilda c'est également une plate-forme collaborative qui permet d'échanger des idées, des questionnements et des réalisations.

Ce projet engagé est soutenu par Département du développement et de la diffusion des ressources numériques ainsi que par la Direction générale de l'enseignement scolaire du Ministère de l'Éducation nationale, le Ministère de la Culture et le Ministère des Familles, de l'Enfance et des Droits des femmes.

Visiter la plateforme Matilda : http://www.matilda.education/app/

Pourquoi le nom de Matilda ?

Il est né du souhait de créer un antidote à l'effet Matilda, qui désigne communément le déni ou la minimisation systématique de la contribution des femmes à la recherche (en particulier scientifiques), dont les découvertes sont souvent attribuées à leurs collègues masculins. Son nom vient de la militante des droits des femmes américaine Matilda Joslyn Gage, qui a, la première, observé ce phénomène à la fin du XIXe siècle. Cet effet a été mis en lumière en 1993 par l'historienne des sciences Margaret W. Rossiter.

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels