Accueil Occitanie Montpellier Équipes éducatives

« L’avenir s’imagine ! » en Sciences de l’éducation

Languedoc-Roussillon - Montpellier / publication : 14 juin 2016
Rencontre avec deux étudiants en 1re année qui ont participé à « L’avenir s’imagine ! » dans le cadre de la licence Sciences de l’éducation à l’Université Paul Valéry (UM3) et leur professeure, Bénédicte Gendron, professeure des universités, chargée des enseignements « Projet professionnel personnalisé » et « L’évaluation et l’orientation dans l’enseignement et l’éducation ».

Bénédicte Gendron, professeure de la licence Sciences de l’éducation

Sous la forme originale d’une kermesse, les étudiants de Bénédicte Gendron ont présenté les jeux de découverte des métiers de l’éducation qu’ils ont créés dans le cadre de ses enseignements. En parallèle de la création de jeux, les étudiants avaient la possibilité d’inventer un métier éducatif dans 20 ans en participant au jeu concours « L’avenir s’imagine ! » proposé par l’Onisep Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, site de Montpellier. Nous sommes allés les interviewer sur cette proposition originale.

 

Interview de  Pauline Passuti et Anthony Fontes, étudiants en L1 :

 

Pourquoi et comment avez-vous joué et participé au jeu « L’avenir s’imagine ! » ?

Nous avons découvert L’avenir s’imagine !grâce au cours  « L’évaluation et l’orientation dans l’enseignement et l’éducation ». Nous avions le choix entre créer un jeu avec un des partenaires de l’UM3 ou inventer un métier de l’éducation en participant à « L’avenir s’imagine ! ». Nous avons choisi de réaliser une vidéo pour le jeu de l’Onisep, car cela nous paraissait plus amusant.

 

Quel métier avez-vous inventé ?

Agrilégumière, c’est un enseignant chercheur qui enseigne l’art de la cultivation et professeur d’Allumolunaire, c’est un professeur qui a inventé un système de recyclage des déchets pour voir la lune de nouveau car elle était devenue invisible à cause de la pollution.

 

Que pensez-vous de ce jeu concours ?

Le jeu « L’avenir s’imagine ! » permet d’ouvrir sa capacité à créer, à imaginer, c’est une imagination différente. Le thème de la parité nous a donné beaucoup d’inspiration, de plus le jeu en ligne est très bien fait mais un peu simple pour nous qui sommes étudiants, par contre il est parfaitement adapté aux enfants.

 

Interview de Bénédicte Gendron, professeure des universités :

Pourquoi proposez-vous à vos étudiants le jeu concours «L’avenir s’imagine ! » dans un cadre pédagogique ? Comment avez-vous découvert le jeu ?

Je l’ai découvert par un flyer au restaurant universitaire, et je me suis dis que j’allais les mettre au défi, pour les pousser au maximum à la notion d’imaginaire qu’un enseignant doit avoir et également à prendre plaisir en apprenant, ce qui est très important dans les métiers de l’éducation.

Les étudiants avaient deux projets, à la fois faire découvrir les métiers dans le champ de l’éducation, plus inventer un métier nouveau dans ce registre aussi.

 

Comment voyez-vous le métier d’enseignant dans 20 ans ?

Dans 20 ans je vois un enseignant qui sait rester créatif, qui « s’autorise à », un enseignant qui accepte que l’apprentissage peut se faire avec le plaisir, avec un système d’auto évaluation, un enseignant plus libre.

 

Article rédigé par Stacy Pereira, stagiaire responsable communication (BTS 1e année Jean Monnet)

Vidéo : L’avenir s’imagine ! en sciences de l’éducation

Imprimer

À lire aussi

Sur le même sujet

Article 12e édition du jeu « L’avenir s’imagine ! » Languedoc Roussillon : ici

Sur le web

Présentation de la licence sur le site de l’UPVM3 : ici

Site de « L’avenir s’imagine ! »

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels