Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Accueil Occitanie Montpellier Handicap

Devenir éducateur de chiens guides d’aveugles : une passion

Languedoc-Roussillon - Montpellier / publication : 6 décembre 2016
Maëva, éducatrice de chiens guides d’aveugles, parle avec passion de son métier. Après des études réussies dans l’enseignement agricole, elle travaille pour l’Association Chiens guides d'aveugles Grand Sud Ouest.

Une éducatrice de chien guide d’aveugles © Association Chiens Guides d'Aveugles Grand Sud

Son parcours

Maëva, 28 ans, est titulaire d’un BEP agricole Travaux de l’élevage canin et félin, d’un bac pro Conduite et gestion d’un élevage canin et félin préparés à la Maison Familiale et Rurale (MFR) de Donneville (31), d’un brevet professionnel Éducateur canin passé dans un lycée professionnel agricole et du diplôme d'éducateur de chiens guides.

« Pour le BEP et le bac pro, j’étais en MFR avec 15 jours de cours et 15 jours de stage à chaque fois. C’était le top ! Je n’étais pas trop « études » et donc pour moi c’était l’idéal. Quand on sait ce qu’on veut faire, ce parcours est vraiment bien adapté. »

 

Maëva est éducatrice à l’Association Chiens guides d'aveugles Grand Sud Ouest 

« Les chiots arrivent à l'association dès l’âge de 2 mois. Ils sont placés dans des familles d’accueil bénévoles qui vont les garder jusqu’à l’âge de 12 mois, à temps plein, pour les socialiser et leur apprendre à être d'excellents chiens de compagnie. Pendant toute cette première année, je vais assurer un suivi pour surveiller l’évolution du chiot, donner des conseils d’éducation à la famille. À l’âge d’un an, les chiots retournent à l'association pour débuter leur éducation qui durera environ 8 mois. Le week-end, ils retrouvent leur famille d'accueil pour se détendre et se reposer.

Je vais leur apprendre une trentaine d'ordres. Le chien, une fois prêt, passe son certificat d’aptitude qui prouve sa capacité à guider une personne non voyante ou malvoyante. Ensuite je remets le chien à la personne déficiente visuelle :pour alterner une semaine à l’école et une semaine au domicile de la personne pour qu’elle fasse une reconnaissance de tous ses trajets avec le chien.

Nous sommes heureux quand le chien rencontre son futur maître car nous voyons la complicité qui naît. C'est la plus belle récompense et l'aboutissement d'un long travail. J’assure ensuite un suivi, tout au long de la vie du chien. Je contrôle le travail, les mauvaises habitudes qui peuvent être prises avec le temps, et que le chien guide contribue toujours  au déplacement fluide et sécuritaire de son maître. Bref que tout se passe bien. »

 

La famille d’accueil construit le chiot

« Dans sa famille d’accueil, le chien va par exemple apprendre à utiliser l’escalator, le métro, le bus… Les chiots ont en effet un baby gilet qui les identifie comme chien guide et qui va leur permettre d’être amenés partout. »

 

Un métier à plusieurs casquettes

« Aimer les chiens ne suffit pas. Nous allons former dans un premier temps les familles d’accueil, leur apprendre à travailler avec le chien. Puis nous éduquons le chien pour lui apprendre son futur métier de chien guide. Enfin nous formons la personne déficiente visuelle, et nous veillons à sa sécurité lors des déplacements avec le chien. C’est un métier vraiment complet ! »

 

Une vocation

« Quand j’étais enfant, nous avons été famille d’accueil de chiots. Puis quand j’ai vu cette boule de poils guider une personne, ça a été le déclic. J’ai tout orienté en fonction et j’ai réussi ! Mon tout premier chiot, j’ai eu envie de le garder pour moi, je souhaitais qu’il soit réformé. Et là ma mère a eu cette phrase géniale : “Tu sais, s’il est réformé, on pourra dire que c’est à cause de toi, alors que s’il devient chien guide, on dira que c’est grâce à toi.” »

 

Le chien, vecteur social

« Un chien guide est un vecteur social très important pour le déficient visuel. Une personne utilisant la canne est moins souvent approchée. Le chien permet ce lien social. Il fluidifie également les déplacements, car il anticipe tous les obstacles, une poubelle au sol, une voiture garée sur le trottoir et peut aussi éviter les obstacles en hauteur jusqu'à 1,50 mètre… et adapte sa trajectoire en fonction. »

 

Passion du chien et intérêt important pour le handicap

« Aimer les gens et avoir un bon sens de la relation sont des éléments indispensables pour exercer ce métier. Ce qui me plait le plus ? Le chiot et le côté transmission de savoir à la famille d'accueil et à la personne déficiente visuelle. J'aime voir le chiot se construire et accompagner la famille d'accueil dans l'apprentissage du chien, je trouve ça génial. II faut avoir de l’empathie, c’est un des points-clé de notre métier mais il ne faut pas materner les personnes déficientes visuelles. Nous devons également adapter notre discours et notre manière de travailler à chacune d'entre elle. Mais quelle satisfaction de se dire que nous avons contribué à rendre la personne plus autonome dans ses déplacements ! Nous devons aussi avoir une bonne condition physique. Jusqu’à l’âge de 7 mois, un chiot n’a pas le droit de monter les escaliers. Nous sommes donc obligés de le porter ! De même, certains chiens, lorsqu’ils sont en laisse, ont tendance à tirer pour aller renifler ! Ça donne des à-coups et notre corps doit tenir le choc !

De plus, nous marchons environ 10 kms par jour, en ville, en campagne pour travailler avec le chien. »

 

Éducatrice, éducateur : 4 ans d’études

Les études se déroulent sur 4 ans en alternance auprès de l’Association de formation aux métiers du handicap visuel par l’aide animalière (AFH2A). Les deux premières années permettent de former les élèves au métier de moniteur.

Les deux années suivantes ouvrent au diplôme d’éducateur. Durant toute sa formation, l’élève-éducateur est salarié de l’École de chiens guides. « Nous sommes d’abord recrutés en CDI et ensuite nous partons en formation. Dans les cours, on aborde les notions de locomotion et de handicap » précise Maëva.

Elle a toujours des idées et va de l’avant « j’aimerais être formatrice pour le bac pro Conduite et gestion d'une entreprise du secteur canin et félin.

Je suis bénévole à La Croix Rouge, et j’ai eu l’idée d’adapter la formation Gestes de premiers secours à la personne déficiente visuelle. Ça a été un challenge hyper enrichissant ! »

Maëva travaille à l’Association Chiens guides d'aveugles Grand Sud Ouest :

- 178 chiens guides remis par l’association depuis 1999

- plus de 90 équipes (un déficient visuel et un chien) en activité

- une quarantaine de familles d’accueil actives

- 18 chiens remis sur l’année 2015

www.toulouse.chiensguides.fr

Éducateur de chiens guides d'aveugles est un titre de niveau III, enregistré au RNCP, Répertoire national des certifications professionnelles.

Imprimer

À lire aussi

Sur le même sujet

Études supérieures et handicap sur le site de l’Onisep www.onisep.fr/Formation-et-handicap/Les-parcours-de-scolarite/Niveau-d-etudes/Etudes-superieures-et-handicap2

Ce témoignage et celui d’Edgar, 20 ans, élève de terminale au lycée professionnel agricole et horticole de Tarbes Adriana, atteint d’une hémiplégie néo-natale sont à retrouver dans le magazine Onisep Plus, Au cœur des métiers de l’agriculture : http://www.onisep.fr/Mes-infos-regionales/Languedoc-Roussillon/Publications-de-la-region/Publications-thematiques/Onisep/Onisep-Plus-n-37-Au-coeur-des-metiers-de-l-agriculture

Sur le web

La Fédération française des associations de chiens guides (FFAC) www.chiensguides.fr  possède une dizaine d’écoles en France et un réseau d’élevage de chiots, principalement des labradors et des labradors croisés golden. Le chien guide est remis gratuitement à la personne handicapée visuelle. La FFAC met en place et finance les études des élèves éducateurs, des informations ici

L’opération Autrement capable de La Croix Rouge permet aux personnes atteintes d'un handicap de bénéficier de la formation aux premiers secours

Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt DRAAF Occitanie http://draaf.occitanie.agriculture.gouv.fr/

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels