Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Numérique et handicap ? Mais oui !

Languedoc-Roussillon - Montpellier / Publication : 14 novembre 2018
Rencontre avec Lucas, 21 ans, atteint du syndrome d’Asperger, une forme d'autisme. Il nous explique comment internet lui a sauvé la vie et pourquoi numérique et autisme font très bon ménage !
Complément de l’article p. 24, magazine Onisep+ n°46, Métiers du numérique : transformation & émergence. Parution décembre 2018.

lucas_handicap_numerique

Lucas résume très bien son handicap : « il s’agit d’un trouble du comportement qui se caractérise par des routines inappropriées, des difficultés sur le plan social et sur le plan communicatif… On a souvent des bonnes capacités mémorielles mais des mauvaises capacités sociales ou communicatives. On peut être introverti, j’aime bien être sociable mais des fois j’ai envie d’être à l’écart, de m’enfermer dans mon monde dans lequel j’ai toujours été enfermé et du coup c’est devenu une routine. Quand je parle et que quelqu’un parle à côté de moi, ça me fait ‟bugger”, parce que je ne peux me concentrer que sur une seule chose à la fois. »

Lucas a été diagnostiqué autiste Asperger à l’âge de 2 ans

« Puis au primaire, les pédopsychiatres voulaient me mettre en CLIS [NDLR Classes pour l'inclusion scolaire, devenues depuis ULIS (Unités localisées pour l'inclusion scolaire)], ce que ma mère a refusé. Elle a discuté avec mon professeur des écoles de CP et j’ai pu rester en classe. En contrepartie, elle me surveillait durant les sorties scolaires. En étant entouré d’enfants valides, j’ai pu observer leurs comportements et m’en imprégner pour me construire ma propre personnalité. Je savais que j’avais un comportement en marge de celui des autres enfants, je savais que j’étais différent. Niveau ostracisme, j’ai ‟pris un peu cher” au primaire, au collège et un tout petit peu au lycée. On aurait peut être dû leur faire comprendre que si j’avais un comportement différent du leur, ce n’était pas vraiment de ma faute ! »

Ce qui lui a permis d’avancer dans la vie

« J’ai bénéficié dans ma vie de trois sortes d’encadrement. J’ai d’abord été énormément aidé par mes parents qui ont favorisé mon inclusion. Ensuite mes pédopsychiatres m’ont toujours aidé à aller mieux. Et enfin beaucoup de professeurs ont aussi fait énormément pour moi. Le théâtre m’a aussi aidé à m’intégrer. »

Ses études

« J’ai fait un bac L, un DUT Métiers du multimédia et de l’internet puis une licence professionnelle Communication numérique et e-activités à l’antenne de Mende de l’université de Perpignan Via Domitia. Et maintenant un master Communication numérique et organisation, une des branches du master Info comm ici à Montpellier à l’université Paul Valéry Montpellier 3. 

Quand on fait des études de communication et que l’on est autiste, on peut être gêné quand on nous demande de nous mettre à la place de personnes neurotypiques [NDLR terme créé par la communauté autistique pour qualifier les gens qui ne sont pas atteints par des troubles du spectre autistique]. En général je consulte les autres et je leur demande leur avis. On est là pour coopérer ! »

Internet m’a sauvé la vie !

« Dès l’âge de 4 ans j’ai commencé à jouer aux jeux vidéo, surtout à Rayman, un jeu vidéo français. Et ça a suscité mon intérêt pour les jeux vidéo, particulièrement français. À l’âge de 10 ans, je me suis passionné pour l’histoire du jeu vidéo. Et sur ma chaîne Youtube, je fais 2 séries de chroniques, une sur l’histoire du jeu vidéo, 8e art et une autre qui s’appelle UZI, Un Zeste d’Indé, dans laquelle je fais des critiques de jeux vidéo indépendants. Je fais aussi des Live humoristiques pour créer du lien avec ma communauté.

À l’âge de 6 ans, dès l’arrivée du haut débit, je me suis aussi passionné pour internet et son évolution. Ça m’a beaucoup aidé sur le plan social car mes premiers amis étaient sur internet.

Je me suis alors penché sur le domaine de la communication, alors que sur le plan communicatif j’ai des lacunes en raison de mon autisme ! Mais j’essaie de les corriger par le biais de la communication numérique, les réseaux sociaux, les forums… toute la communication sociale !

Autre chose qui m’a beaucoup aidé sur le plan de l’écriture, de la communication et de l’interaction, ce sont les formats RGP [NDLR lieux virtuels de discussion sur les Role Playing Games ou en français Jeux De Rôle].

Maintenant j’arrive à distinguer les différences entre communication écrite et communication orale, le fait de se demander pourquoi ça peut paraître froid en communication écrite et pas en communication orale, j’essaie de faire la différence entre les deux et de m’adapter. »

Ses difficultés

« Déjà pour trouver un stage, j’ai eu des difficultés à l’entretien d’embauche. Des personnes m’ont recalé parce qu’elles appréhendaient le fait que je sois Asperger, d’autres m’ont recruté pour ça, en pensant que j’étais Rain Man, que j’étais l’autiste qui allait faire des prouesses ! Il est vrai que dans la culture populaire, on représente l’autiste soit comme un petit génie, soit comme un attardé qui a des comportements inappropriés.

Je me bats contre ces préjugés que les gens peuvent avoir. »  

Or…
« Je suis pugnace, quand je commence un travail, je ne lâche pas l’affaire tant que je ne l’ai pas terminé à 100 %. Et je m’intègre très bien en société ! Et puis l’autisme m’apporte quelques avantages, comme par exemple une bonne mémoire et quand je suis concentré sur une tâche, j’ai une meilleure rapidité d’exécution.

L’autisme n’est plus un tabou pour moi. Je le dis, mon entourage le sait et même j’aime en rire !

Vous êtes autiste ? Vous avez des avantages ! Profitez-en, prenez-les en compte et battez-vous pour faire ce dont vous avez envie ! »

Et demain, Lucas ?

« J’aimerais vraiment travailler dans la communication au sein d’une boîte de jeux vidéo ou alors dans un domaine qui me passionne comme l’animation japonaise. »

 

Sophie Salvadori, rédactrice Onisep

Voir la vidéo de Lucas

 

La chaîne Youtube de Lucas s’appelle Taiki Sensei

Imprimer

À lire aussi

Sur le même sujet

> Comment bien entrer dans l’emploi quand on est en situation de handicap ? Comment réussir son entretien d’embauche ? La réponse de nos experts 

> Agnès Fichard-Carroll, vice-présidente déléguée à la responsabilité sociale de l’université de Montpellier présente dans le magazine Handi+ (p.21) Aspie-Friendly, le nouveau dispositif dédié aux personnes ayant un trouble du spectre de l’autisme.

> Les pages handicap de l’Onisep

> Scolarité et autisme

Sur le web

> Le CNO de l'ITIC, université Paul Valéry Montpellier 3

> Les méthodes éducatives liées à l’autisme (ABA, TEACCH…)

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels