Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations

Sommaire du dossier

Suivons 4 jeunes femmes durant leur formation continue bac pro ÉLEEC

Suivons-les ! Épisode 2

Languedoc-Roussillon - Montpellier / publication : 19 mai 2016
L’Onisep a décidé de suivre un groupe de jeunes femmes le long de leur formation continue en bac pro ÉLEEC

Une jeune fille devant un tableau électrique

Voici leurs parcours

Céline : 31 ans au début de la formation. Technicienne de production dans l’industrie nucléaire de 2011 au début de la formation. Avant cela : différents emplois de 2007 à 2011 et militaire de 2003 à 2007. Diplômes/formations : CQP (niveau V) de conducteur en équipements industriels. Recrutée chez ERDF à Nîmes.

Hélène : 31 ans au début de la formation, sans emploi. Nombreux emplois de courte durée en hôtellerie, restauration et vente. Diplômes/formations : DAEU-B et 1re année de licence en Psychologie. Recrutée chez ERDF à Béziers.

Évelyne : 51 ans au début de la formation, sans emploi. Quelques missions intérimaires dans le secteur de l’électricité de 2006 à 2013. Avant : commerciale et employée de bureau de 1982 à 2006. Diplômes/formations : CAP Sténo/dactylo (1982) et CAP Électricienne (2005). Recrutée chez ERDF à Castelnau-le-lez.

Stéphanie : 22 ans au début de la formation, sans emploi. Quelques emplois étudiant dans le service (entretien et restauration). Diplômes/formations : Bac L et licence des Arts du spectacle option  cinéma. Recrutée chez SNEF Mauguio.

 

Comment sont-elles arrivées au Greta et chez ERDF ou à la SNEF ?

«  Après plusieurs années en intérim dans le secteur du nucléaire, je recherchais une formation diplomante » explique Céline. « Et dans la conjoncture actuelle, l’alternance me semblait être la meilleure formule pour trouver en emploi ; j’ai donc opté pour cette formation après qu’une dame soit venue chez Pôle emploi nous présenter  les différents métiers techniques d’ERDF ».

« Pour ma part, j’ai choisi cette formation car j’ai toujours été intéressée par les éclairages ; c’est d’ailleurs pour cette raison que je m’étais dans un premier temps orientée vers une licence de cinéma » argumente Stéphanie.

De son côté, Hélène nous confie avoir une inclination particulière pour les métiers dits « masculins ». « Avant j’étais dans l’hôtellerie-restauration. Puis j’ai choisi de chercher ce qui me plaisait vraiment. J’ai alors passé les tests proposés par Pôle emploi. Après élimination, il restait : mécanique et ÉLEEC ; j’ai opté pour ÉLEEC et ai contacté le Greta.

Enfin, Evelyne a choisi d’intégrer le bac pro ÉLEEC suite à une information collective mise en place par Pôle emploi en 2015 dans le cadre d’une campagne de recrutement, alors qu’elle était en recherche d’emploi. « Jusqu’en 2005, j’étais secrétaire puis j’ai été licenciée économique. J’ai alors souhaité m’orienter vers un métier manuel. J’ai donc passé un CAP / BEP en électricité. J’ai ainsi été électricienne de BTP avant d’être à nouveau licenciée en 2010 ».

Vous avez intégré cette formation depuis maintenant plus de 3 mois et avez fait vos premiers pas en entreprise. Quelles sont, en tant que femmes, vos premières impressions / ressentis ?

Céline

« Sur les chantiers, on est très bien accueilli par les collègues ; c’est davantage du côté des clients qu’on ressent que la présence d’une femme dans ce secteur d’activité n’est pas commune. Il y souvent de la surprise… parfois du doute ; ils se demandent si on va être capable. Mais au final, la plupart du temps, quand on repart et que le travail a été fait correctement, ils sont ravis ! Cela peut parfois même être atout : par exemple la plupart des clientes sont rassurées que ce soit des femmes qui interviennent chez elles !

Par contre, ce qui est sûr, c’est qu’en tant que femmes, nous avons moins le droit à l’erreur… »

Stéphanie

« Que ce soit avec les clients ou avec les collègues, j’ai quand même ressenti le « c’est une nana !» Et en tant que femmes, nous devons prouver que nous avons notre place ; surtout question motivation. La question du « pourquoi ce choix ? » est récurrente ; et c’est une question que l’on ne pose qu’aux femmes ! En revanche après, une fois que l’on a fait nos preuves et montré que l’on était tout aussi capable qu’un homme, on est intégré sans problème ! »

Hélène

« Quand j’ai fait ce choix, j’étais consciente que c’était un univers plutôt masculin mais c’est là-dedans que je me sens bien ! Après on n’enlèvera jamais que des hommes ne veulent pas travailler avec des femmes mais au final, globalement, une fois les premières peurs et réticences levées ça se passe très bien. Je dirais même qu’au niveau des collègues, certains préfèrent avoir à faire à une femme car il n’y a pas de rapport de force. Et puis, on ne perd pas notre féminité pour autant ; je ne me suis pas mise à parler comme eux mais j’ai au contraire affirmé mon caractère. Il faut avoir du caractère !

Évelyne

« Pour avoir été électricienne dans le BTP, je connaissais cet univers masculin ; et en tant que femme je n’ai pas eu de problème sur un chantier ; d’autant que les métiers d’ERDF sont certes des métiers techniques mais qui ne sont pas physiques et ne nécessitent pas spécialement de force. »

Un premier bilan positif donc pour Céline, Stéphanie Hélène et Evelyne ! Car s’il est certain « qu’il ne faut pas arriver là par hasard et avoir conscience que c’est un « métier d’hommes », toutes s’accordent à dire que « l’adoption d’une posture professionnelle leur permet dans la grande majorité des cas, de dépasser les a priori et ainsi d’établir une relation de confiance, tant avec les clients qu’avec les collègues masculins. « Quand on a vraiment envie on y va ; c’est une question de motivation » expliquent-elles avant d’ajouter « les collègues hommes aiment avoir des femmes avec eux, ça les calme ! Par exemple ils parlent mieux quand on est là, ils ont davantage de retenue ».

Formation continue en alternance avec le Greta

Le bac pro Électrotechnique énergie équipements communicants (ÉLEEC) se prépare en 2 ans.

Niveau d'entrée : Niveau V (CAP, BEP)

Niveau de sortie : Niveau IV (Bac)

Prérequis : Niveau 1re ou terminale scientifique CAP / BEP Électrotechnique + expérience professionnelle.

Objectifs : acquérir les compétences pour assurer des activités professionnelles relatives à la mise en œuvre, l'utilisation, la maintenance des installations et des équipements électriques (courants forts et courants faibles) en maîtrisant les aspects normatifs relationnels, économiques, commerciaux et sécuritaires sous la responsabilité d'un agent de qualification supérieure avec à terme une évolution en tant que responsable d'équipe.

Être capable :

- de maintenir en état de fonctionnement les équipements et installations électriques à l'atelier ou sur un chantier tout en assurant la sécurité des locaux, des biens et des personnes ;

- de diriger et de rendre compte de l'activité de son équipe.

Domaines professionnels

Électrotechnique, Expérimentation scientifique et technique, Dimensionnement - Distribution de l'énergie - Utilisation de l'énergie - Commande de l'énergie - Communication et traitement de l'information - Mise en service maintenance - Qualité sécurité réglementation - Technique de communication et de gestion.

Domaine généraux

Mathématiques - Sciences Physiques - Economie Gestion - Français - Histoire / Géographie - Arts appliqués - Langue vivante.

Méthodes pédagogiques

Parcours individualisé

Alternance :   1re année, 16 semaines de cours et 31 semaines en entreprise hors 5 semaines de congés ; 2e année, 17 semaines de cours + 1 semaine d’examen  et 29 semaines en entreprise hors 5 semaines de congés

Mise en situation sur plateaux techniques professionnels

Groupe

Suivi individualisé

Dates : du 1er septembre 2016 au 30 juin 2018.

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels