Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Accueil Occitanie Toulouse Équipes éducatives Égalité filles-garçons

Mécanicien automobile un métier qui se décline aussi au féminin !

Midi-Pyrénées - Toulouse / Publication : 27 septembre 2017
Découvrez le témoignage d’un mécanicien pas tout à fait comme les autres ! Pour ceux et celles qui souhaiteraient approfondir leurs connaissances de ce métier, retrouvez en deuxième partie les voies de formations.

ana

Rencontre avec Ana Ramal

Anna a aujourd’hui 63 ans, elle est technicienne mécanicienne, « diéséliste ». Dans son atelier règne une atmosphère calme et sereine entre voitures capots ouverts et plantes vertes.

La mécanique pour vous, Ana, c’est…

« Tout un art qui se pratique avec tous les sens ! C’est un poème !

Un moteur on le regarde, on l’écoute, on le sent et on le ressent ! L’important c’est l’harmonie du son du moteur : c’est passionnant ! On dit souvent de moi que quand je regarde sous le capot tout est simplifié. C’est comme ça que je le vois. C’est magique ! J’ouvre, je touche, je cherche, je regarde… C’est ce que j’essaie de transmettre aux jeunes.

Il faut observer et discuter avec le client c’est souvent là que commence le diagnostic. Il se poursuit dans l’atelier et souvent on se rend compte qu’ils avaient raison! »

Vous rappelez-vous de votre rencontre avec la mécanique ?

« Je n’ai pas choisi la mécanique, elle était en moi depuis toujours. C’est une passion ! J’ai grandi dans les odeurs de cambouis, mon grand oncle avait un garage, parfois j’allais laver les pièces… Je trouvais magique ce qu’il faisait. J’ai toujours aimé voir comment une machine avance, ce qu’est un piston, une boîte à vitesse et comment l’ensemble fonctionne. Je suis toujours curieuse de voir ce que devient la mécanique. Je suis les évolutions par internet et reçois toutes les modifications et nouveaux modèles par magazines. Je préfère lire ça qu’une revue de mode ! »

Ana, quel parcours avez-vous suivi pour devenir mécanicienne ?

« Je suis issue d’un village humble et assez pauvre. Faire des études était très compliqué, il fallait aller jusqu’à la capitale. C’était impossible. Alors j’ai choisi les cours du soir en travaillant. J’ai obtenu un bac pro mais arrivée en France, il a fallu que je repasse tout. A mes collègues masculins on n’a rien demandé mais moi oui, il a fallu que je fasse mes preuves. Avec le temps et parce que j’aime mon métier, je me suis faite acceptée voire aimée pour ma spécificité. Avant j’étais plus angoissée dès qu’une clé tombait par terre tout le monde levait la tête. Mes collègues pouvait faire tomber un moteur par terre et personne ne se retournait mais une clé de ma part… Ouh la, ce n’était pas pareil ! Je rentrais dans un monde où on n’était pas habitué qu’il y ait une femme. Les toilettes, les vestiaires, rien n’était prévu pour les femmes. Je suis très contente d’avoir collaboré à faire avancer toutes ces choses-là, ces représentations aussi parce que la mécanique c’est quelque chose de très fin ! »

En parlant de femmes, en accueillez-vous dans votre atelier ?

« Ici il y a quelques filles qui viennent apprendre la mécanique parce que je suis une femme. Souvent je leur réponds qu’il faut aller partout. Si on prouve son sens des responsabilités, son sérieux on sera accepté par tout le monde. J’ai accompagné plusieurs filles et j’ai repéré qu’elles ont tendance à s’appuyer plus sur leurs collègues. Pourtant elles ont les mêmes capacités, il faut qu’elles apprennent à se faire confiance. Les filles, malgré leurs capacités, des qualités en termes d’organisation, culpabilisent plus vite, doutent plus facilement. C’est peut-être parce que c’est un monde d’hommes encore... On est plus sensibles alors que les garçons, sûrs d’eux, vont aller plus vite et parfois c’est leur erreur. »

Vous aimez transmettre mais que souhaitez-vous apporter aux jeunes en stage ou en apprentissage dans votre atelier ?

« J’essaie de leur transmettre l’amour de la mécanique et surtout le fait d’être libre. Etre libre c’est savoir travailler, avoir son argent de poche, respecter l’employeur, le lieu de travail et soi-même. La mécanique ça m’a ouvert plein d’horizons, je me suis battue pour continuer et aujourd’hui je suis plus sereine. Pour devenir mécanicien/ne il faut, avant tout, être débrouillard et manuel et ne pas avoir peur : on apprend en faisant des erreurs ! Je me sens responsable de ces jeunes. Je suis contente quand ils obtiennent leur bac pro et je les encourage à continuer, à persévérer. Quelque part, je grandis avec eux ! Je suis fière de voir les jeunes qui partent d’ici avec une base plus sûre et une grande confiance en eux. Ce n’est pas un métier facile, le froid, le chaud et puis ici je n’ai pas les commodités des grands ateliers mais je compense par le respect et l’amour. Je suis fière de ceux qu’ils sont ! »

Et Ana dans le futur, vous voyez comment ?

« Dans 10 ans je me vois avec mon sac à dos monter le Macchu Picchu mais surtout j’espère pouvoir continuer à conseiller les gens et transmettre mes connaissances ! »

 

Voies de formation

Après la 3e

Pour des élèves attirés par le concret, le CAP en 2 ans après la 3e ou le bac pro en 3 ans peuvent être de très bons choix.

apres3e

Après le bac

A Bac+2, les BTS et DUT mènent à des postes de responsables du service après-vente, techniciens/nes automobile s’occupant aussi bien des interventions complexes, des liens avec les clients que de la gestion d’équipe. En progression constante, ils sont particulièrement recherchés dans le domaine de la vente automobile. Domaine dans lequel les sortants des écoles de commerce accessibles après 2 ans de classes préparatoires trouvent tout naturellement leur place.

Les postes d’ingénieurs sont eux aussi en constante augmentation. Ingénieurs d’essais, en construction ou mécanique, tous, ont en commun d’avoir suivi une école d’ingénieur de 3 à 5 ans ou un parcours de 5 ans à l’université. Ils cherchent à optimiser les véhicules déjà sur le marché, à développer et  inventer ceux de demain. Ils travaillent en collaboration avec les designers automobiles dont le parcours s’est orienté des écoles d’art proposant des cursus de 2 à 5 ans après le Bac.

Des formations aux métiers, le secteur automobile offre une palette importante de possibilités. En fonction des années d’études envisagées, des postes que vous souhaitez occuper, du degré de responsabilité, de vos ambitions et de votre manière de travailler plusieurs parcours s’offrent à vous.

Imprimer

À lire aussi

Sur le même sujet

Quoi de neuf en Occitanie ?

Le centre de formation aux métiers (CFM, anciennement CFA) d’Ariège a ouvert à la rentrée 2017 un bac professionnel mécanique automobile, 16 places pour cette formation en deux ans accessible après un CAP mécanique. Les apprentis sont formés, entre autres, à l’entretien des véhicules hybrides, voitures électriques et autres évolutions de l’automobile.

Une vidéo sur l'atelier d'Ana

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels