Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

Sébastien - 1er violon à l’Orchestre National du Capitole de Toulouse

Midi-Pyrénées - Toulouse / Publication : 11 décembre 2019
« C’est ce que j’aime, ce que je cherche c’est cette émotion ». Le violon au menton, l’archet en mouvement, le regard habité, Sébastien ne joue pas la musique, il la vit et l’offre à tous...

photo violoniste orch capitole

Quel a été votre parcours ?

Ayant un frère qui jouait déjà du piano, je me suis vraiment orienté vers le violon dès 6 ans. J’ai poursuivi mes études au collège à Toulouse avec des horaires aménagés pour suivre les cours au Conservatoire. Après avoir obtenu mon Prix à 15 ans, j’ai intégré le Conservatoire de Paris pour exercer ma passion et suivre mon frère dans cet établissement prestigieux. Le concours décroché à 17 ans, j’y ai passé un an. Cela n’a pas été facile pour un jeune garçon venant du Lauragais… Après une année sabbatique, j’ai suivi des cours sur Bordeaux. J’ai pu grandir et revenir finir mon cursus sur Paris plus sereinement et me lancer dans la vie professionnelle. À Paris, j’ai vécu des expériences exceptionnelles : jouer de la variété avec Tom Jones, dans des films : Vatel et La Belle verte, rencontrer Johnny Hallyday, Uma Thurman…Ensuite j’ai travaillé 4 ans en tant qu’intermittent à l’Opéra de Paris. C’était génial mais je ne me voyais pas vivre à terme à Paris. Par chance, par le biais d’un ami musicien, j’ai fait un remplacement à l’ONCT, ma ville natale. Je me souviendrai toute ma vie de ce concert, dans une église dans le Gers. Je me suis dit « c’est ce que j’aime, ce que je cherche, cette émotion ». Un peu au culot, j’ai contacté le directeur de l’époque, j’ai joué devant une assemblée à Paris pour obtenir un contrat d’un an au départ puis intégrer, après plusieurs tentatives au concours, l’Orchestre en tant que fonctionnaire à Toulouse Métropole. J’y suis depuis 20 ans maintenant et depuis quelque temps  comme « 1er violon tuttiste » .

Il existe 2 catégories : les « 1ers violons » (avec d’autres catégories encore à l’intérieur et avec une dominante dont : le  super soliste, le violon solo, le(s) co-soliste(s) puis les tuttistes) : plus exposés, au temps plus long mais aussi au jeu plus difficile et les « 2nds violons ». Les 2 ont néanmoins le même salaire.

« J’ai toujours baigné dans la musique »

J’ai appris à la lire les notes avant de parler ! Mon père, professeur de maths/physique et mélomane, nous y a initiés dès notre plus jeune âge. Son rêve était que nous devenions musiciens professionnels. Nous avions néanmoins des « prédispositions ». Malgré son exigence, ce que j’ai beaucoup aimé c’est le jour où je suis venu le voir, à 16 ans, pour lui dire : « Papa, je veux faire du violon, c’est ma vocation » ; il m’a répondu : « Vas-y, fonce ! ». Il m’a fait confiance car c’était risqué !

Être violoniste aujourd’hui, c’est…

…10 services par semaine sauf le lundi, jour de repos mais sans compter le « travail à la maison ». Chaque semaine, un programme différent est proposé et nous avons une nouvelle personne pour nous diriger. Ce qui est génial dans la musique classique c’est que, même à la retraite, il y aura des pièces que je n’aurai jamais jouées. À Toulouse, nous avons la chance d’avoir à la fois l’orchestre symphonique et l’Opéra, cela ouvre des horizons incroyables. Nous jouons habituellement de la musique classique romantique mais nous nous diversifions pour toucher tous les publics : nous faisons des concerts étudiants qui marchent du tonnerre, des concerts Happy Hour , de la musique de films, des histoires en musique pour les scolaires, des concerts avec DJ, en plein air devant  15 000 personnes… Des ciné-concerts sont même envisagés au Zénith. Au-delà des concerts « classiques », ces activités variées font du bien et l’on veut montrer que la musique classique peut s’adresser à tous au-delà de la classe sociale ou de l’âge. Chaque année, nous partons une fois en tournée à l’étranger. Pour les fêtes, nous étions à Al-Ula en Arabie Saoudite.

Quels sont les avantages et les inconvénients de votre métier ?

Je me sens très privilégié car je vis de ma passion. J’aime beaucoup les tournées, voyager, appréhender chaque concert différemment, m’adresser à tous publics. Je ne m’ennuie jamais dans ce métier. Pour y parvenir, le chemin est néanmoins long et exigeant. Au niveau des plannings, cela peut être compliqué lorsqu’on a une vie de famille. Les relations avec les autres membres de l’orchestre : binôme au pupitre, chef d’orchestre sont aussi à prendre en compte même si cela tourne chaque semaine. Enfin la qualité de vie est primordiale et il faut être à 200%. Cela passe par la pratique du sport notamment pour contrebalancer des postures parfois pas naturelles que le violon exige par exemple. Les jeunes aujourd’hui prennent soin d’eux et le bien-être est primordial. Contrairement à avant, les maux qu’ils soient physiques ou psychiques ne sont plus tabous : oui on peut avoir le trac ou une tendinite…

Les qualités primordiales à avoir…

Au-delà des « classiques » attendues telles que la justesse, le rythme etc que la discipline et les concours nous imposent, il faut être patient, calme, zen lors des répétitions ; aimer être en représentation ; être ouvert pour être capable de communiquer une émotion. Aujourd’hui il y a de plus en plus de musiciens et les places sont très chères. Ce que l’on remarque c’est que la place des femmes dans les orchestres augmente nettement dépassant maintenant largement le nombre d’hommes.

Des conseils aux futur(e)s violonistes ?

Au départ, il faut être épaulé par les parents. Ensuite, il faut avoir l’envie de travailler (et beaucoup !) et de réussir, de la persévérance. Mais avec cela, chacun peut y arriver. Même si seulement 2% des élèves du Conservatoire deviennent aujourd’hui professionnels, la musique apprend beaucoup de choses : gestion des émotions, rigueur…Quand on est musicien, il ne faut pas avoir peur de changer de ville car cela peut être très difficile au départ de réussir le concours d’entrée aussi bien au niveau de la préparation que du concours en lui-même très exigeant pour 5 minutes de prestation. Et il y a une part de chance énorme...

Propos recueillis par Angelina Landes

À lire aussi

Guides gratuits d'orientation

violoniste

Télécharger ITW violoniste.pdf (427,30 ko)

Haut de page

Vient de paraître

Élargir ses horizons
professionnels