Sommaire du dossier

Imprimer Imprimer Imprimer Envoyer à un ami

À la découverte des énergies renouvelables

Des énergies en plein essor

Pays de la Loire - Nantes / Publication : 22 décembre 2015
Depuis toujours, on utilise le soleil, le vent et l’eau pour se chauffer, s’éclairer ou mettre en mouvement des machines : des énergies quasi inépuisables car elles sont issues de ressources que la nature renouvelle ou reconstitue rapidement.
Contrairement au charbon, pétrole ou gaz dont les réserves sont limitées, elles présentent un caractère d’utilisation durable et sont plus respectueuses de l’environnement car elles rejettent moins de polluants.

D’où vient l’énergie renouvelable ?

Des phénomènes et ressources naturels que l’on convertit en énergie, il y en a tout autour de nous :

La force de l’eau (énergie hydraulique), les rayons du soleil (énergie solaire), la force des vents (énergie éolienne), les matières organiques et végétales (biomasse), la chaleur des profondeurs de la terre (géothermie), le mouvement des vagues ou les courants marins (énergies marines renouvelables).

Des énergies positives pour les territoires

Un temps délaissées, les EnR font aujourd’hui, un retour en force dans notre quotidien.
De plus en plus de citoyens mais aussi des régions et des villes s’investissent dans la transition énergétique. Des projets et actions sont financés par l’Etat dans le cas, par exemple, des territoires à énergie positive.

Ces territoires modèles jouent la carte de la réduction de la consommation d’énergie tout en encourageant le recours aux filières renouvelables. Un nouveau modèle énergétique qui fait rimer environnement et économie. : l’objectif est aussi de favoriser le développement local par la création d’emplois.

Les atouts des énergies renouvelables :

  • Des ressources gratuites et locales
  • Durables dans le temps
  • Faibles émettrices de CO2
  • Créatrices d’emplois et de développement industriel

Les énergies renouvelables en chiffres

Dans le monde

20% C’est la part de la production électrique mondiale à partir de sources renouvelables en 2012.
Source : Observ’er

Et en France ?

Près de 15% de notre consommation d’énergie provient d’une source renouvelable. 

75% de l’électricité provient de centrales nucléaires. Mais la part du renouvelable dans le mix énergétique, c’est-à-dire la répartition des différentes sources d’énergie, progresse.

Part des différentes filières dans la production d’énergie finale renouvelable

Productions primaires d'énergies renouvelables 2014

La France, 2e producteur d’énergies renouvelables en Europe
Avec ses forêts, ses ressources hydrauliques, ses zones favorables au développement de l’éolien, du solaire ou de la géothermie et ses milliers de kilomètres de côtes, la France dispose de gisements énergétiques renouvelables variés et abondants.

La France, 2e producteur d'énergies renouvelables en Europe

Les Pays de la Loire misent sur les EnR

Avec un objectif de 21% d’énergies renouvelables pour 2020, la région mise sur un développement massif des EnR pour contribuer de façon significative aux objectifs nationaux.
En 2012, la production a atteint 10,8 % de la consommation régionale : une part qui progresse mais reste modeste comparée à la moyenne nationale.
Pour réussir sa troisième révolution industrielle, source de développement économique et de création d'emplois, le territoire veut produire davantage. Il ne s’agit pas moins de multiplier par huit la production locale d’énergies renouvelables d’ici 2020 !
Avec le développement de la méthanisation, de centrales solaires de grande puissance et de projets autour de l’éolien en mer (voir notre focus), le tournant semble bien engagé. Des filières d’avenir qui offrent des perspectives de développement particulièrement prometteuses.

Le bois énergie, première énergie renouvelable en Pays de la Loire

Tout le monde connaît le chauffage au bois sous forme de bûches, utilisées en cheminée, poêle, insert… Depuis 2005, du fait des préoccupations environnementales, le bois énergie s’est également fortement développé dans les secteurs collectif (piscine, immeubles, maisons de santé …) et industriel. Avec une consommation de l’ordre de 1 million de tonnes de bois pour le bois bûche, 274* chaufferies bois installées en collectif ou industriel et 440 000* tonnes de bois consommés, le bois énergie est la 1e énergie renouvelable en Pays de la Loire ! Les combustibles bois utilisés sont alors du bois déchiqueté, des plaquettes forestières ou des granulés de bois.
Source : Atlanbois, données au 31 décembre 2014

Découvrez plus d’infos sur la filière bois et ses métiers dans notre publication régionale Horizons.

Avec le biogaz, les déchets sont valorisés

Les résidus de cultures, les déchets d’élevage ou de l’industrie agroalimentaire peuvent aussi produire de la chaleur et de l’électricité ! Au sein d’installations de méthanisation, ils sont valorisés pour produire du biogaz. Depuis quelques années les unités de production de méthanisation collectives et individuelles se multiplient sur le territoire. Des projets portés majoritairement par un ou plusieurs exploitants agricoles. Entre 2011 et 2015, le nombre d’installations de valorisation de biogaz en état de fonctionnement a doublé. De nouvelles unités devraient voir le jour. Le potentiel de développement de la filière est important : d’ici trois ans, le gouvernement veut développer 1500 méthaniseurs.

  • En 2015, 36 installations dont 18 unités à la ferme sont en service dans les pays de la Loire.
  • La deuxième unité de méthanisation d’origine agricole en France qui injecte directement du biogaz (biométhane) dans le réseau gaz de ville, Agribiométhane se trouve en Vendée, à Mortagne-sur-Sèvre.
  • Bureaux d’études, génie civil, fournisseurs d’équipements, exploitants, producteurs d’énergie, collectivités locales etc. Le Club Biogaz ATEE a identifié différents secteurs d’activités et acteurs pouvant être impliqués dans un projet de méthanisation.

Une région dans le vent

Éolien terrestre

Avec 65 parcs autorisés pour une puissance raccordée de 375 mégawatts, la région se place au 7e rang national pour la production d’électricité Les zones favorables à l’implantation d’éoliennes ne manquent pas : elles concernent 55 % du territoire. Le schéma régional éolien terrestre (SRE) des Pays de la Loire fixe un objectif de 1750 MW à installer d’ici 2020. Pour l’atteindre, la filière doit accélérer le rythme et produire 200 MW raccordés chaque année.

Éolien marin

L’avenir de l’éolien se trouve au large des côtes. Les Pays de la Loire vont accueillir deux projets de parcs éoliens en mer. 80 éoliennes seront déployées en mer de Saint-Nazaire. Un deuxième projet de parc composé de 62 éoliennes est prévu au large des iles d’Yeu et de Noirmoutier.

Utilise-t-on les mêmes éoliennes sur terre ou sur mer ?

En mer les vents soufflent plus forts et sont plus réguliers. L’éolienne marine a une capacité de production plus élevée mais doit aussi fonctionner dans des conditions climatiques extrêmes. La taille de ses composants est donc beaucoup plus grande que celle d’une éolienne terrestre. Haute de 100 mètres, le prototype de l’Haliade 150 d’Alstom qui va équiper le parc éolien de Saint-Nazaire d’Alstom pèse environ 1 000 tonnes.

Montée en puissance pour le solaire

Dans la 5e région par la puissance de son parc photovoltaïque raccordé (350 mégawatt), les petites installations sont majoritaires. En ville, les toitures des bâtiments publics et des centres commerciaux s’équipent en panneaux solaires. De plus, plusieurs projets de parcs de grande puissance sur d’anciens sites impropres à la construction ou la culture sont en en cours de développement.
À l’exemple d’entreprises régionales comme Armor, Systovi et Libre énergie en pointe dans le domaine des solutions de nouvelle génération, la filière, après des années difficiles, mise sur l’innovation et l’export pour rebondir.

  • La région compte 39 064 installations photovoltaïques raccordées au réseau (au 30 juin 2015)

Ce que dit la loi sur la transition énergétique

La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte du 17 août 2015 vise à développer des transports propres, encourager la consommation durable et déployer des filières d’excellence dans le secteur des énergies renouvelables.

Source : ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie

Ce que dit la loi de transition énergétique pour la croissance verte

À lire aussi

Sur le même sujet

  • Le Schéma régional climat air énergie (SRCAE) Le SRCAE est la feuille de route de la transition énergétique et climatique pour la région. Adopté en avril 2014, il vise pour 2020 une réduction de gaz à effet de serre, l’amélioration de qualité de l’air et le développement important des énergies renouvelables.

Sur le web

Haut de page

Vient de paraître