Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Accueil Provence-Alpes-Côte d'Azur Aix-Marseille Informations métiers L'emploi dans ma région

Actualité : fête de la science

ITER, l’énergie du futur ?

Paca - Aix-Marseille / publication : 8 octobre 2014
Les 28 pays de l'Union Européenne plus la Suisse ainsi que la Chine, la Corée, le Japon, l’Inde, la Russie, et les Etats-Unis conjuguent leurs forces pour donner vie au projet ITER. Il s’agit d’un formidable exemple de coopération internationale.

Schéma du futur tokamak

UN PROJET HORS DU COMMUN

ITER (originellement en anglais : International Thermonuclear Experimental Reactor ou en français : « réacteur thermonucléaire expérimental international ») est avant tout une expérimentation scientifique liée à la recherche nucléaire. L’objectif ? Construire le plus grand « tokamak » du monde !

Pour produire une réaction de fusion nucléaire, il faut chauffer la matière à de très hautes températures (environ 100 millions de degrés Celsius). Ce phénomène existe déjà dans la nature. Par exemple, on le retrouve au cœur des étoiles comme le soleil. La matière entre alors dans un nouvel état appelé plasma. Le terme « tokamak » désigne la chambre vide qui permet le confinement de ce plasma (voir illustration ci-dessus). Le défi scientifique sera de le contrôler (confiner) pour produire de l’électricité à partir de la chaleur qui s’en dégage.

L’avantage de ce nouveau procédé réside aussi dans sa capacité à consommer pour son fonctionnement seulement 1/10e de l’énergie qu’il est capable de produire ! A long terme, il s’agit de démontrer la possibilité d’utiliser la fusion nucléaire comme source d’énergie pour les prochaines générations de centrales électriques.

Construction du socle tokamak le plus grand du monde

Construction du socle du tokamak le plus grand au monde.

 

DES PERSPECTIVES D’AVENIR NOMBREUSES

Pour l’heure, le site d’ITER est un gigantesque chantier qui entraine une forte demande de main d’œuvre et d’ingénieurs dans le secteur du bâtiment et des  travaux publics. De nombreuses entreprises sous-traitantes participent donc à cette construction qui devrait s’achever en 2020. Les pièces arrivent du monde entier et chaque pays impliqué dans le projet fabrique une partie du tokamak qui sera assemblé sur place.

A terme, 6000 à 7000 emplois directs, indirects ou induits seront créés en France. À partir de 2020, ce sont des postes de type ingénieurs, chercheurs et techniciens qui seront à nouveau recrutés.

Les jeunes qui sont  actuellement au collège ou au lycée auront peut-être l’opportunité de travailler un jour sur la phase expérimentale du projet ITER ou encore dans une centrale qui utilisera cette technologie innovante si les résultats se montrent à la hauteur des espérances.

La ville de Saint-Paul-lez-Durance (France) a été choisie en 2005 pour accueillir la construction de ce réacteur expérimental. Pour garantir l’éducation et la formation des enfants du personnel, la ville voisine de Manosque a dû ouvrir un établissement scolaire public « l’école internationale PACA ». De la maternelle au bac, elle compte 500 élèves de 27 nationalités différentes. Un cursus international est également accessible à tous les élèves qui seraient intéressés.

Aujourd’hui, seul le siège d’ITER Organization conçu par Rudy Ricciotti (architecte renommé qui a également dessiné le MUCEM à Marseille) est opérationnel. Plus de 520 personnes de 29 nationalités différentes y travaillent. L’anglais sert de langue de travail mais le français reste largement répandu dans la mesure où le projet se situe en France.

Au-delà des emplois dans le BTP durant cette période de construction, le siège recrute d’ores et déjà pour ses activités de recherche et développement (R&D) des ingénieurs, notamment des profils spécialisés en génie nucléaire ou chimique.

Imprimer

À lire aussi

À la une

Secteur Aéronautique en région PACA

L'aéronautique en région PACA

Secteur microélectronique en région PACA

La microélectronique en région PACA

ITER : l'énergie nucléaire en région PACA

ITER : l'énergie nucléaire en région PACA

Secteur transport et logistique en région PACA

Transport et logistique en région PACA

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels