Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Accueil Provence-Alpes-Côte d'Azur Aix-Marseille Informations métiers Quels métiers dans ma région ?

Le secteur numérique

Interview d'Eric Viennot, Game Designer et Directeur artistique à "thecamp"

Paca - Aix-Marseille / Publication : 29 juin 2018
Une carrière bien remplie derrière lui, et des projets d’avenir plein ses valises, Eric Viennot, le créateur, entre autres, du jeu « les aventures de l’oncle Ernest », a répondu à nos questions lors d’une journée organisée à « the youth camp » avec les élèves du collège Georges Brassens de Bouc-Bel-Air.

Interview d'Eric Viennot, Game Designer et directeur artistique à thecamp

 

Onisep Aix - Les jeunes collégiens et lycéens sont toujours très intéressés par les jeux vidéo et certains qui rêvent de travailler dans ce domaine s’interrogent sur le ou les parcours d’études à emprunter. Alors vous, Eric Viennot, qui êtes un game designer réputé et qui travaillez plus largement dans le domaine du jeu vidéo, quels parcours d’études conseilleriez-vous ?

Eric Viennot - Pour travailler dans le jeu vidéo il y a 2 voies royales, puisque dans le jeu vidéo on a d’un côté les métiers artistiques et de l’autre côté les métiers scientifiques ou plutôt liés à l’informatique.

Donc si vous êtes bon en maths, vous pouvez faire des études d’informatique et ensuite faire une école spécialisée dans les jeux vidéo vous allez être codeur ce qui peut vous amener au métier de game designer.

Soit vous êtes plutôt littéraire et doué en dessin et vous allez prendre la voie artistique et donc faire une école d’art, de graphisme, et donc accéder au final à une école de jeu vidéo également. Vous sortirez à bac +5 et pourrez trouver un travail dans le secteur du jeu vidéo.

Il y a une troisième voie qui est possible, c’est de faire une école de business management, et là vous pourrez manager des équipes ou travailler dans des domaines connexes dans la production des jeux vidéo, comme le marketing et la communication.

 

Onisep Aix - Quelles compétences et qualités faut-il pour travailler dans le domaine des jeux vidéo ?

Eric Viennot - Il faut une très bonne culture générale, quand on crée des univers de jeux, des scénarios, il faut avoir une culture littéraire, cinématographique, il faut connaitre les grands mythes, les grandes sagas, et pas s’arrêter à « Star Wars ». Si on veut créer des univers plus originaux, il faut se nourrir de livres, de films classiques et récents. Il faut un bon niveau d’anglais, même si on travaille en France, car nous sommes sur un marché international et que la plupart des productions se font d’abord en anglais.

Il faut être passionné de jeux vidéo évidemment mais ça ne suffit pas, si on a un entretien d’embauche, on n’a pas envie d’avoir des gens qui sont que « hardcore gamer ». On veut qu’ils soient curieux de toutes les expériences de jeux, avec une grande ouverture d’esprit qui testent et expérimentent plein de sortes de jeux sur tous types de consoles, ou smartphones ou PC.

 

Onisep Aix - Les gens qui font les images et ceux qui font les scénarios sont-ils les mêmes ?

Eric Viennot - Les gens qui font les images de plus en plus sont spécialisés dans des métiers très pointus, par exemple des spécialistes de texture de peau, de vêtements, de paysages, car les jeux sont de plus en plus réalistes. Il faut avoir un bon niveau de graphisme en 2D et en 3D. Les personnes qui travaillent sur les scénarios sont différents. Ils viennent parfois du cinéma ou de la littérature.

On est dans un processus de plus en plus industrialisé pour les grosses productions. Chez Ubisoft, par exemple, certaines personnes se focalisent sur une tâche précise et travaillent parfois sur un seul niveau. Il y a d’autres façons de travailler qui sont celles des studios indépendants, dont je viens, où on est plus multitâches.

Moi par exemple, je suis sur mes jeux à la fois directeur artistique, scénariste et game designer. J’ai plusieurs casquettes. C’est ce qui est intéressant dans le domaine du jeu indépendant. Le métier qu’on fait aujourd’hui ne sera sans doute pas le même dans 5, 10 ou 15 ans car les techniques évoluent très vite.

 

Onisep Aix - Vous êtes le parrain d’une promotion d’élèves de l’Ecole du jeu et des médias interactifs numériques du CNAM à Angoulême, les élèves qui en sortent sont-ils assurés de trouver un travail dans ce domaine ? Y a-t-il beaucoup d’emplois dans ce secteur et de concurrence avec les autres pays ?

Eric Viennot - Je crois à une chose, quand on a une vraie passion il faut toujours la suivre et se dire, je vais y arriver, même si c’est un domaine un peu fermé, et là je parle en général.

Dans le domaine des jeux vidéo, c’est un secteur très porteur, même si pour un jeune on n’accède pas tout de suite au statut de game designer. Il faut être mobile, passer par d’autres pays que la France pour se faire une expérience, au Canada par exemple. La France est à nouveau sur une pente ascendante, les studios réembauchent, notamment Ubisoft mais aussi d’autres studios plus petits. C’est un domaine qui évolue vite, tous les 2 ou 3 ans j’ai changé de métier ou en tout cas d’outil technique.

En France, il y a une espèce de bienveillance et de bonne entente des studios entre eux, il peut même y avoir des échanges de collaborateurs. La concurrence elle est plutôt au niveau international, notamment vis-à-vis des pays d’Europe de l’est, de Chine et d’Amérique latine qui n’ont pas les mêmes règles et les mêmes coûts salariaux. Mais en France on est bons sur la direction artistique, les qualités graphiques, scénaristiques, il faut aller vers un niveau d’excellence pour rester compétitifs.

 

Onisep Aix - Les élèves veulent toujours savoir combien on gagne, pouvez-vous nous donner une fourchette de salaire d’un game designer? Est-ce que les contrats de travail sont plutôt en CDD par projets ou en CDI ? Est-ce que ce sont des contrats de type intermittent du spectacle ?

Eric Viennot - Contrairement à l’industrie du cinéma, qui fonctionne avec des intermittents, dans l’industrie du jeu vidéo, on travaille plutôt avec des salariés en CDI, parce que le savoir-faire d’un studio repose sur les talents qui le composent. Les studios font donc tout leur possible pour fidéliser leurs salariés et éviter qu’ils partent travailler ailleurs.

 

Onisep Aix - Est-ce que le numérique et les jeux vidéo c’est un « truc de garçons » ?

Eric Viennot - Alors en production il y a malheureusement assez peu de filles encore aujourd’hui. Moi quand j’avais mon studio, il n’y avait pas la parité mais il y avait environ 40% de filles, ce qui est assez rare. Une des raisons, c’est que la plupart des gens sont issus de formations de développeur en informatique et c’est quand même un milieu très masculin.

A «l’Ecole 42 » à Paris, c’est 80% de garçons. Il faut que ça change parce qu’il n’y a pas de raison, les filles ont des aptitudes à coder aussi bien que les garçons. C’est en train d’évoluer heureusement.

Pour aller plus loin

Visionnez la vidéo « en 2 mots » de 2018 où Eric Viennot récapitule l’ensemble de sa carrière, son travail (durée 50 mn) 

 

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels