Accueil Provence-Alpes-Côte d'Azur Nice Informations métiers Découvrir les secteurs professionnels InfoNice

Sommaire du dossier

InfoNice

La photonique

Paca - Nice / publication : 22 juin 2016
Quel est le point commun entre le guidage d’avions par gyrolaser, une scénographie lumineuse urbaine (show laser), l’observation de la terre depuis l’espace et un laser en ophtalmologie ? Bienvenue dans les sciences photoniques !

Visuel photonique

La photonique étudie la production, la manipulation et la transmission de la lumière, visible ou invisible, des rayons X à l’infrarouge lointain. A la fois science et technologie de la lumière, elle est l’une des six technologies génériques d’avenir (KET) identifiées par la Commission européenne comme porteuses d’innovation et d’emploi.
Les domaines émergents de la photonique concernent l’optique (propriété de la lumière, composants, fibres), l’électronique (systèmes numériques et traitement du signal) et la physique (sources de lumière, détecteurs, capteurs). Concrètement, on étudiera les composants permettant la génération, la transmission, le traitement (modulation, amplification) ou la conversion de signaux optiques.
Les composants photoniques sont ainsi aujourd’hui au cœur des systèmes de surveillance et de sécurité, des équipements médicaux, des solutions télécom, des instruments de mesure. Ces composants ou instruments (lasers, diodes électroluminescentes, capteurs, fibres optiques, télescopes, caméra infrarouge, gyrolaser, écrans plats,…) seront ainsi utilisés dans des domaines aussi variés que l’éclairage, la défense-sécurité, les télécoms, l’environnement, la santé, les arts et spectacles, la recherche fondamentale, l’archéologie, la métrologie…

Dans notre région

La Direction Générale des Entreprises a réalisé une étude sur le secteur de la photonique en 2014. Si les entreprises industrielles de la photonique en France sont très éparpillées sur le territoire, il existe une prééminence de 3 grandes régions de la photonique : l’Île-de-France, Rhône-Alpes et PACA-Languedoc Roussillon qui couvrent les segments historiques de la recherche, de la défense et de la communauté infrarouge.
A Marseille, le pôle de compétitivité OPTITEC « photonique et imagerie » fédère les acteurs de la photonique dans le Sud Est de la France (PACA & Languedoc Roussillon) avec plus de 130 entreprises adhérentes. La photonique dans les entreprises du pôle, c’est 10 000 emplois et 1/4 du secteur Recherche & Développement français. Il s’est ainsi créé près de 2000 emplois sur les 8 dernières années, 80 start-up depuis 10 ans, avec un taux de survie de 85 % à 5 ans.

 

Métiers

Les champs d’application technologiques concernés par l’optique sont nombreux. Au sein d’un laboratoire de recherche ou d’une entreprise proposant des composants élémentaires, des équipements de mesure ou d’analyse spécifique en optique, les opérateurs, techniciens et ingénieurs du secteur optique-photonique peuvent travailler dans de nombreux domaines : optique ophtalmique, optique instrumentale, lasers, fibres optiques, optoélectronique, détecteurs, capteurs, imagerie, traitement d’images…

L’opérateur monte ou fabrique des pièces, des composants d’ensembles optiques, mécaniques, électroniques, optroniques, électromécaniques et/ou optomécaniques au moyen d’outils manuels. Il vérifie le montage ou l’assemblage et procède
aux ajustements. Il lui faut respecter des procédures et des règles très précises. C’est un travail de haute précision dont les compétences sont très recherchées.
On le retrouve principalement dans trois domaines d’activité différents :

  • Les fibres optiques : préparation de câbles, raccordements, mesures ; montage et assemblage de connecteurs sur fibres optiques ; installation de réseau sur site
  • Les composants optiques : polissage et usinage de composants – verre, silice
  • Le réglage d’éléments optiques dans les systèmes mécaniques et optroniques : montage, collage et assemblage de plusieurs composants entre eux.

Diplôme de niveau V ou IV : CAP, Baccalauréat SEN, STI2D, STL.

Le technicien conçoit et réalise des systèmes optiques complexes et peut être amené à encadrer des petites équipes.
On lui demande de plus en plus d’avoir des connaissances en optronique.
On le retrouve :

  • En laboratoire. Sous la direction d’un ingénieur, il participe à la création et à la conception de systèmes optiques, de prototypes et réalise des opérations de test, mesure, qualification, caractérisation de nouveaux matériaux.
  • En entreprise. il réalise ou fait réaliser des opérations d’assemblage, réglage, contrôle, test, mesure de composants optiques, systèmes optiques, lasers pour la réalisation de produits.

Diplôme de niveau III et II : BTS Systèmes photoniques, DUT Mesures physiques, Licence Physique, Licences professionnelles Laser, contrôle et maintenance, Contrôle et mesure de la lumière et de la couleur, Conception des systèmes électroniques et optoélectroniques…

L’ingénieur possède des connaissances scientifiques de haut niveau. Il conçoit et améliore de nouveaux appareils en optique-photonique et travaille en collaboration avec des équipes de techniciens dont il assure l’encadrement.
Titulaire d’un diplôme de niveau I (Ecole d’ingénieur, Master), il peut travailler en tant qu’ingénieur de recherche, de développement ou de production.

Bac+5 dans le domaine de l’optique, Master ou diplôme d’ingénieur.

Technicien Métrologie Photométrie et Optique

Il participe au réglage, à l’étalonnage et à la vérification de bancs de mesures optiques et photométriques en interne ou pour des clients. Il rédige des protocoles, recherche des solutions techniques, participe à l’élaboration des cahiers des charges lors des phases de conception ou d’amélioration de bancs de mesure.
La métrologie optique effectue des mesures grâce aux propriétés de la lumière : radiométrie, photométrie, spectrométrie, stéréoscopie, interférométrie, microscopie optique… La reconstruction 3D consistant à construire une représentation volumique d’un objet à partir des images acquises par différentes caméras est un exemple de stéréoscopie active.

Technicien Polisseur optique

Ce technicien de très haute précision est chargé de mettre au point et de contrôler le polissage de pièces optiques, en général de haute qualité. Cette opération s’effectue parfois manuellement car il est parfois impossible de le réaliser avec des machines. Il peut être amené à travailler sur des machines de rodage ou de polissage à la poix.
Plus d'information sur ce métier

Ingénieur conception éclairage

Il conçoit ou améliore des solutions techniques en matière d’éclairage automobile, signalisation, modélisation et est chargé de la validation du rendu photométrique des produits (homologation, normes). Il travaille avec des équipes pluridisciplinaires (mécanique, électronique, plasturgie…) et maîtrise des logiciels de simulation optique.

Ingénieur optique instrumentale

Il conçoit ou améliore des systèmes optiques de mesure. Il peut par exemple concevoir des capteurs optiques pour des applications environnementales ou agricoles : analyser la problématique, choisir les composants adaptés (leds, détecteur) et développer un prototype adapté.

Et aussi

Ingénieur Applications logiciels d’optique, Ingénieur R&D, Ingénieur Optoélectronique, Ingénieur Procédé laser

L’Ingénieur commercial est souvent issu d’une formation préalable en optique. Il est chargé de développer les ventes de produits ou de solutions individualisées. Il pourra s’agir de logiciels d’optique, de systèmes d’éclairage et de signalisation,
microscopie….

Formations académiques

Après le Bac en 2 ou 3 ans

Les Bac SN (Systèmes numériques), STI2D ITEC (Sciences et technologies de l'industrie et du développement durable) spécialité Innovation technologique et écoconception, STL SPCL (Sciences et technologies de laboratoire spécialité sciences physiques et chimiques en laboratoire) et les bacs S permettent d’accéder à des formations courtes en 2 ans : le DUT Mesures physiques et le BTS Systèmes photoniques (*).
(*) La dernière session du BTS Génie optique a lieu cette année et est remplacé par le BTS Systèmes photoniques à la rentrée 2016/2017.

DUT Mesures physiques
IUT d’Aix-Marseille

Licence pro Conception des systèmes électroniques et optoélectroniques
IUT d’Aix-Marseille

Licence Physique
Université Nice-Sophia Antipolis

Après le Bac en 5 ans

Master Optique
Université Nice-Sophia Antipolis

Master Imagerie et modélisation pour l'astrophysique, la géophysique, l'espace et l'environnement (IMAG2E)
Université Nice-Sophia Antipolis

Master international en photonique « Erasmus Mundus EUROPHOTONICS-POESII » option optique et photonique, option signal et image
Université d’Aix-Marseille, Ecole centrale de Marseille, partenariat avec l’Allemagne et l’Espagne

Diplôme d’ingénieur
Ecole Centrale Marseille, option IRIS – Photonique et systèmes innovants (3e année)

Diplôme d'ingénieur
Polytech Marseille, Génie biomédical

Frise photonique

 
« Avatars de lumière » est une série de 10 épisodes présentant les nouvelles innovations technologiques et les applications futures liées à la lumière. Au détour de ses rencontres avec des chercheurs, le physicien Etienne Klein nous parle des hologrammes, de la réalité augmentée, du transport de l’information, des biocarburants, de l’énergie, des lasers…


Zoom sur le secteur de l’éclairage.

eclairage rectorat

De la conception… à l’utilisation
En 2002, la ville de Lyon a créé le réseau international LUCI (Lighting Urban Community International) qui rassemble des villes du monde entier, convaincues du rôle essentiel que joue la lumière dans le développement urbain, économique et social. De nombreux professionnels sont concernés par ce secteur : ingénieurs, architectes, paysagistes-urbanistes, maîtres d’œuvre, agenceurs de magasins, plasticiens lumière, éclairagistes, installateurs-électricien, régisseurs lumière du spectacle vivant, scénographes (musée), décorateurs, concepteurs lumière, etc.
Que ce soit pour mettre en place un éclairage architectural pérenne ou dans le cadre d’un spectacle, ces professionnels de l’éclairage architectural, de la ville et de la scène ne sont pas obligatoirement des spécialistes de la photonique ! Ils doivent néanmoins posséder des connaissances en physique de la lumière, des familles d’appareils d’éclairage et de leur classe photométrique, maîtriser les problématiques d’absorptions, de filtres, réflexions et éblouissement, ainsi que la réglementation en matière d’éclairage.
En début de chaîne, grâce aux sciences photoniques, les ingénieurs et docteurs en Sciences spécialisés en optique, électronique, mécanique, ou thermique vont concevoir et participer à la production d’offres d’éclairage pour les professionnels (LED, néon, laser, stroboscope, projection vidéo…). Ils travaillent au sein de bureaux d’études, de laboratoires de recherche en photométrie ou de sociétés de conception, de fabrication et de commercialisation de produits d’éclairage. Leurs activités consistent à qualifier et caractériser les « luminaires » pendant les phases de développement et de prototypage puis de contrôler les caractéristiques techniques en phase de production. Ils participent également à l’édition de la documentation technique des produits. Les produits sont alors commercialisés auprès de professionnels ou de particuliers. Il peut ainsi s’agir de solutions d’éclairage pour l’élevage, le secteur agronomique, les véhicules, la ville…
Des spécialisations sont possibles au sein d’un cursus, par exemple une spécialisation lumière dans les Écoles Nationales Supérieures d’Architecture. Suite à un Bac professionnel Systèmes numériques (SN) ou Métiers de l'électricité et de ses environnements connectés (MEEC)* on peut également valider un titre professionnel de « Technicien de diffusion d’images numériques pour l’événementiel et le spectacle » ou de « Monteur film traditionnel et numérique virtuel » au Conservatoire du cinéma et de l'audiovisuel (même après un Bac L option art/cinéma audiovisuel).

(*) Remplace le bac professionnel EEEC (Électrotechnique, énergie, équipement communicants) à partir de 2019.

Témoignage

Témoignage

Le secteur de l’Optique et de la Photonique est peu connu des jeunes sortants du Bac. Pourtant il concerne des domaines extrêmement variés et en forte expansion : la défense/sécurité, le médical, le bâtiment, les télécommunications, l’industrie spatiale, le secteur automobile !
Et c’est un secteur où on peut s’insérer après une formation courte. Un jeune ayant validé un BTS Systèmes Photoniques ou un DUT Mesures Physiques, éventuellement complété par une Licence Pro, peut travailler directement, notamment en production où nous sommes en déficit de techniciens, pour effectuer du montage-réglage par exemple. De plus, les salaires sont plutôt bons et une progression est visible avec l'expérience : un technicien en polissage dans la fabrication de lentilles peut percevoir un salaire mensuel de 3000 € nets mensuels au bout de 10 ans d’expérience ! C’est un secteur qui se développe au même titre que la micro-électronique ou l’informatique.
Ingénieurs ou Techniciens, les personnes travaillant dans ce secteur ont en commun d’être des personnes rigoureuses, précises, méticuleuses. Ce n’est pas un secteur austère mais il y a peu d’artistes ! Si ce sont des métiers de la physique, je dirais néanmoins que les mathématiques y prennent une place importante. Il y a beaucoup d’équations car on étudie les phénomènes de propagation de la lumière. L’étude des lentilles implique également de s’y connaître en géométrie. Et bien sûr, la connaissance de l’anglais est vraiment importante. Même si vous êtes technicien ! Les catalogues techniques, les procédures, les échanges avec le SAV peuvent se faire en anglais. Pour améliorer leur employabilité, je conseille aux jeunes de bien cibler leurs stages. Plus de 50% des jeunes ont un emploi après un stage dans une entreprise privée au contraire d’un stage réalisé dans le public. Les formules favorisant l’alternance comme l’apprentissage sont également à privilégier. S’il y a un réel potentiel de recrutement avec des usines de fabrication  localisées en France, il faut néanmoins être mobile. Enfin, je n’ai pas parlé des filières universitaires qui manquent un peu de visibilité pour les industriels mais elles sont multiples et consultables sur le site de l’AFOP, l’Association française de l’optique photonique.

Patrice Houmault, Président de Houmault.com, cabinet de recrutement spécialiste du secteur Optique & Photonique.

Imprimer

À lire aussi

Dans le même dossier

Sur le web

Guides gratuits d'orientation

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels