Paca - Nice / Publication : 8 juillet 2015
Maurille Larivière est le directeur de SDS, the sustainable design school de Nice. Issu d’une famille d’artistes peintres, il a fait l’Ecole des arts appliqués Olivier de Serres.

Designer visuel

Le côté créatif

J’ai trouvé mon premier emploi chez Pierre Cardin dans le département design. J’y ai imaginé des serviettes de table, des flacons de parfum, du mobilier…Mais au bout de quelques années, je n’avais plus envie de me fondre dans la signature Cardin. J’avais déjà une approche différente du design avec un souci de confort et d’utilité.

J’ai donc créé mon agence de design produit et graphique. Pendant dix ans, j’ai dessiné toutes sortes  d’objets du mobilier de bureau à des lunettes en passant par le logo du Ministère de la jeunesse et sport ! J’ai d’ailleurs eu plusieurs projets primés.

Le volet pédagogique

Parallèlement, je donnais des cours de dessin et 3D aux ENSCI Les Ateliers, école nationale supérieure de création industrielle. J’ai fini par m’occuper de toute l’ingénierie pédagogique de la 5e année.

J’ai vécu cette aventure passionnante comme une réécriture de mon métier et j’ai eu envie de poursuivre sur cette voie. J’ai vendu mon agence et créé une école de formation de designers industriels : Strat college. J’y suis resté 18 ans comme directeur pédagogique. J’ai amené cet établissement au niveau I du RNCP et dans le classement du » Businness week « .

En 2010, j’ai fondé à Nice une Ecole supérieure internationale du design et de l’innovation durable au service de l’homme. Je me suis associé avec un designer, ancien directeur de design de Renault et un architecte naval, responsable d’une ONG qui fabrique des bateaux de pêche au Bengladesh avec des savoir-faire locaux  …au lieu d’importer de la fibre de verre très chère et polluante !

 

L’innovation dans le développement durable

Un designer ne crée pas seulement de beaux objets. Il aide les gens à mieux vivre en concevant des objets et des concepts pertinents. C’est un visionnaire qui a une connaissance du mode de vie, des comportements et de la culture des différents peuples pour répondre à leurs besoins.

J’ai toujours intégré le développement durable dans la pédagogie. C’est important que le design se soucie, dans son geste de création, de l’impact environnemental qu’a un nouvel objet sur l’économie, sur les gens, sur la planète. Construire avec moins de pièces, innover à moindre coût, éviter l’association de produits difficiles à recycler comme le métal et le pastique collés ensemble ...

Tous les projets que nous développons à l’école vont dans ce sens Ainsi, nous ne collaborons pas avec le département design de Renault mais avec son service Responsablité sociétale de l’entreprise (RSE) qui s’occupe de développement durable.

Vient de paraître

Élargir ses horizons
professionnels