Paca - Nice / Publication : 11 décembre 2019
Carlotta Onali travaille depuis 2 ans à l’Association Trisomie 21 des Alpes Maritimes. Italienne, elle a exercé 10 ans en Italie après des études d’éducatrice spécialisée. Formation non reconnue en France, elle a entamé une procédure de validation des acquis.
Embauchée sur un dispositif expérimental comme facilitatrice de parcours de vie, elle nous raconte ses missions.

Carlotta Visuel

Un travail sur l’autodétermination des personnes

Je reçois des familles dont l’enfant est en situation de handicap ou des adultes, déficients intellectuels. Les demandes sont variées : passage difficile de l’enfance à l’adolescence, rupture avec un établissement scolaire, insertion professionnelle…

L’objectif est de travailler sur l’autodétermination des personnes. Mon premier souci est de bien cerner la demande et les attentes afin d’accompagner au mieux les familles dans l’élaboration du projet de vie de leur enfant. Je les aide à formuler et à clarifier leurs  souhaits mais je n’agis pas à leur place, c’est elles qui coordonnent en autonomie le parcours de l’enfant. Et ce, dans tous les domaines : scolaire, insertion professionnelle, loisirs.

Information, médiation, négociation

J’informe les familles sur leurs droits et sur les dispositifs dont elles peuvent bénéficier, je facilite les démarches administratives, je fais en sorte qu’elles soient en capacité de décider et d’agir pour devenir pilotes du projet de leur enfant.

Je les mets en contact avec les partenaires susceptibles de les aider : éducateur, ergothérapeute…sans me substituer bien-sûr à ces professionnels.

Je dois quelquefois aussi négocier, trouver un moyen d’entente avec les partenaires pour que le projet de la famille se concrétise : adapter des horaires, aménager un poste de travail…

Une formation pour ce nouveau métier

C’est un métier qui demande des capacités d’écoute, des connaissances juridiques, une certaine technicité car je dois adapter ma communication aux familles. Il m’arrive ainsi de créer des supports pour aider la personne à exprimer très précisément  ce qu’elle souhaite : des fiches, des guides, des documents avec des images …Il faut aussi être patient et maître de soi pour gérer les situations de crise.

Cette profession récente est amenée à se développer ; il existe depuis peu d’ailleurs un diplôme d’université (DU)  Assistant aux projets et parcours de vie.

Un avenir au sein d’une société inclusive

Une suite à mon parcours ? Pour quoi pas devenir responsable ou formatrice de facilitateurs de projets de vie ?  En tant qu’éducatrice spécialisée, j’ai de nombreux possibles : j'avais envie à un moment de mettre en place un service pour des enfants autistes…Des projets tournés vers une société inclusive…

Vient de paraître

Élargir ses horizons
professionnels