Paca - Nice / Publication : 4 février 2020
Olivia a obtenu le DUT Carrières sociales option animation sociale et socioculturelle avant de poursuivre en option éducation spécialisée. Rencontre avec l’étudiante à l’IUT Nice Cote d’Azur de Menton, pôle des formations sociales de l’Université Côte d’Azur. Elle nous parle de ses choix, de son vécu et de ses projets.

Olivia DUT CSS

Pourquoi avoir choisi ce DUT ?

Au lycée, Olivia aimait bien la physique chimie et elle se dirige tout naturellement vers un bac scientifique. Mais depuis toute petite, sa passion, c’est l’art ! Ses loisirs extra-scolaires, ce sont des cours de guitare et de danse, du chant, de la peinture, du dessin. Elle choisit d’ailleurs l’option musique en terminale.

 « Mon goût et mes compétences artistiques, je voulais les mettre au service de quelque chose d’utile et j’avais un projet très précis quand j’ai candidaté à ce DUT : organiser des ateliers chant pour toutes sortes de publics : enfants, personnes âgées … »

Pour s’assurer que c’est bien cette voie qu’elle veut poursuivre, elle passe le BAFA : ses stages en centres de loisirs et en colonies avec des petits et des pré-ados confirment son choix. « Très motivée, j’ai étayé de toutes ces expériences  mon dossier et mon entretien d’admission pour intégrer l’IUT»

Quelles sont les difficultés rencontrées ?

Olivia n’a pas rencontré de véritables difficultés. Les trajets journaliers entre Nice et Menton ne la gênent pas dans l’organisation de son travail et elle n’a pas eu de problèmes d’adaptation. « Mais il est vrai qu’on peut être déstabilisé au début, par le fait que les profs ne nous donnent pas chaque jour des cours à apprendre ou des devoirs ;  on peut alors se demander quelles sont leurs attentes. On doit acquérir une autonomie rapidement. Mais ce n’est pas la liberté totale : nos absences aux cours doivent être justifiées si on ne veut pas de points de pénalisation sur notre moyenne !"

Quel est le rythme de travail ?

9h - 18h tous les jours avec 1h de pause pour le déjeuner. Un après-midi par semaine est libre pour les activités extra-scolaires. « Les horaires peuvent sembler lourds mais le travail s’articule surtout autour de la réalisation de projets. »

Ce qui change par rapport à la terminale ?

Les contrôles chaque semaine ou tous les 15 jours sont remplacés par des partiels à la fin de chaque semestre. « Fini le bachotage !  Plus besoin de retranscrire des cours appris par cœur : c’est une formation où l’analyse tient une place importante et l’investissement personnel valorisé. »

Ancré dans le concret, ce DUT comprend au moins  30 %  de pratique avec l’apprentissage des techniques d’animation (poterie, modelage, couture, pliage…), l’intervention de professionnels, les mises en situation. Les deux stages de 6 et 8 semaines sont l’occasion d’analyser les pratiques, les difficultés rencontrées, les apports et les améliorations à effectuer.

Olivia apprécie particulièrement cette confrontation au réel qui lui a ouvert des horizons nouveaux et lui a permis de se diriger vers ce qu’elle aimait. « L’association dans laquelle j’ai fait mon 1er stage  organisait des ateliers de chant auprès de différentes structures : maisons de retraites, écoles, centres médico-sociaux…J’y ai découvert des publics complètement différents et j’ai été particulièrement sensibilisée à la problématique des personnes en situation de handicap. »

Quel projet ensuite ?

Une fois son diplôme en poche, elle choisit donc de suivre une autre option de ce DUT Carrières sociales : l’éducation spécialisée. « Ce n’est pas une réorientation mais un approfondissement de ce que j’ai appris, particulièrement dans le domaine du handicap. Pour moi, ces deux options sont liées, l’animation peut être support de l’éducation spécialisée. Et je compte bien passer le diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé. »

Haut de page

Vient de paraître

Élargir ses horizons
professionnels