Cliquez
pour afficher
le menu
bannière psycho
Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Accueil Mes choix d'études

Et après une licence de psycho ?

publication : 29 décembre 2016
Une fois la licence en poche, plusieurs possibilités s’offrent aux étudiants de psychologie : poursuivre des études longues dans cette voie ou bifurquer. Panorama des différents cas de figure, moyennant le plus souvent une sélection au passage.

Cliquez sur chacun des parcours possibles pour en connaître les objectifs !

 

Masters de psychologie : pour devenir psy mais pas seulement

Les étudiants qui veulent devenir psychologues devront nécessairement opter pour un master en psychologie... à condition de passer la sélection à l’entrée. Mais les masters en psychologie donnent accès à d’autres métiers.

Un accès (très) sélectif

L’entrée en master de psychologie est sélective, quelle que soit la mention choisie. Selon l’université, la sélection s’effectue à l’entrée du M1 ou à l’entrée du M2, sur dossier (notes, lettre de motivation, projet professionnel, stages et mémoires…) et parfois entretien de motivation. Les étudiants de licence n’en sont pas toujours conscients mais, chaque année, la moitié des diplômés ne trouvent pas de place en master. Obtenir sa licence de psychologie n’assure donc absolument pas de pouvoir s’inscrire en master… La compétition à l’entrée n’est toutefois pas la même selon les mentions. Pour multiplier leurs chances, les étudiants postulent à différentes mentions de masters, dans différentes universités. Ceux qui n’arrivent pas à s’inscrire choisissent parfois de redoubler, et retentent ainsi leur chance l'année suivante.

Le temps de la spécialisation

Le master est le moment où l’étudiant se spécialise dans un domaine de la psycho. Il choisit une mention parmi les 5 existantes : psychologie ; psychologie clinique, psychopathologie et psychologie de la santé ; psychologie sociale, du travail et des organisations ; psychologie de l’éducation et de la formation ; psychopathologie clinique psychanalytique. Toutes les mentions n’étant pas proposées dans toutes les universités, les étudiants qui souhaitent s’orienter vers une autre mention non dispensée dans leur établissement d’origine peuvent candidater dans une autre université. À l’intérieur de ces mentions, des parcours plus précis sont proposés, par exemple en gérontologie, en psychologie clinique de l'enfant et de l'adolescent, en psychocriminologie et victimologie, en psychologie légale…

Place aux stages

Le master est également le moment où les étudiants apprennent concrètement le métier de psychologue. La pratique s’intensifie donc, sous forme de stages notamment. Pour obtenir le titre, il faut avoir effectué au moins 500 heures (environ 3 mois) de stage au cours du master. Il est conseillé de réaliser des stages dans des structures où l’étudiant se projette pour un futur emploi, le stage pouvant constituer un tremplin pour un recrutement.

Des débouchés variés

Selon la mention et le parcours choisis, les débouchés ne seront pas les mêmes. Les psychologues spécialisés en psychologie clinique s’intègrent plutôt dans des hôpitaux ou des structures médico-sociales. Pour exercer le métier de psychologue dans les établissements scolaires, il faudra en outre réussir le concours national de psychologue Éducation nationale. Les diplômés d’un master en psychologie du travail trouveront davantage de postes dans les entreprises, comme psychologues du travail par exemple. D’autres seront recrutés sur des fonctions liées aux ressources humaines, au recrutement, à l’ergonomie…

À la fac de psychologie avec... 

Autres masters : revoir son projet pro

Les titulaires d’une licence de psychologie peuvent postuler à des masters d'autres disciplines, plus ou moins orientés vers l'humain, les sciences, le monde du travail...

L’entrée dans la plupart de ces masters est sélective : de nouvelles modalités de sélection seront mises en place à la rentrée 2017.

Parmi les domaines de masters où les compétences et les connaissances de ces étudiants sont appréciées :

  • ressources humaines
  • sciences de l’éducation
  • arts-thérapies
  • sciences sociales
  • sciences sanitaires et sociales
  • ergonomie
  • métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation
  • sciences cognitives (sciences qui ont pour objet de décrire, d'expliquer, voire de stimuler les processus de la connaissance : psychologie, linguistique, intelligence artificielle...)
  • éthique (étude des fondements de la morale)
  • éthologie (étude du comportement des espèces animales)...

Licence pro : pour un métier sans délai

Pour les étudiants de licence de psychologie qui ne souhaitent pas poursuivre leurs études jusqu'à bac + 5 mais qui visent une insertion rapide, la licence professionnelle peut s’avérer adaptée.

Celle-ci se prépare en 1 an, sous statut étudiant ou en apprentissage. L’accès se fait avec un bac + 2 au minimum, sur dossier et parfois entretien.

Parmi les licences professionnelles susceptibles d’intéresser et d’accueillir des étudiants de licence de psychologie :

  • intervention sociale (spécialités développement social et socioculturel local, accompagnement de personnes avec autisme et troubles apparentés, métiers de la formation de base et de l’insertion des adultes, soutien socio-éducatif aux enfants et adolescents avec troubles de la communication et du langage…)
  • métiers de l’animation sociale, socio-éducative et socioculturelle
  • gestion des ressources humaines
  • insertion et réinsertion professionnelle
  • services à la personne
  • activités et techniques de communication…

Concours : divers horizons possibles

Une partie des étudiants en psychologie décident de passer des concours qui mènent, le plus souvent, à un métier bien précis.

Certains concours sont accessibles dès le bac ; d’autres requièrent un bac + 2 ou + 3. Une fois le concours réussi, il faut souvent prévoir une formation de 1 à plusieurs années.

  • Certains titulaires d’une licence de psycho se présentent aux concours d’accès aux écoles du travail social, préparant aux métiers d’éducateur spécialisé, d’assistant de service social, d’éducateur de jeunes enfants…
  • D’autres candidatent aux concours d’entrée dans les écoles préparant aux métiers du médical ou du paramédical : infirmier, orthophoniste, psychomotricien…
  • D’autres misent sur les concours de la justice : éducateur PJJ (protection judiciaire de la jeunesse), conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation…
  • Pour exercer le métier de psychologue dans les établissements scolaires, le concours des psychologues Éducation nationale, créé en 2017, nécessite d’avoir non seulement une licence, mais aussi un master de psychologie.
  • Pour préparer les concours du professorat, les étudiants doivent passer par le master MEEF (métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation).
  • Plus globalement, comme toutes les licences, la licence de psychologie permet de se présenter aux différents concours de la fonction publique ouverts au niveau licence (catégories B et A, de niveau bac à bac + 3). 

Insertion : très peu de postes

Après la licence de psychologie, il est très difficile de s’insérer sur le marché du travail.

L'objectif de cette formation, très théorique, n'est pas de former des diplômés directement opérationnels mais de les préparer à une poursuite d'études. Les débouchés sont rares. Il est vivement conseillé de compléter sa formation par un diplôme plus professionnalisant.

Les quelques postes accessibles se situent dans le secteur socio-éducatif (conseiller en insertion sociale et professionnelle, éducateur…), l’animation, l’aide à la personne, la médiation sociale, l’intervention socioculturelle… Être titulaire du BAFA ou du DEFA constitue un plus pour exercer une activité dans l’animation socioculturelle.

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels