Cliquez
pour afficher
le menu
bannière psycho
Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Accueil Mon projet pro

Quiz : qui sont les psys ?

publication : 27 décembre 2016
Psychologue : un métier qui véhicule beaucoup d’images et d’idées fausses. Avant de vous lancer dans les études y conduisant, testez votre connaissance de la profession pour éviter tout malentendu.

Quiz : qui sont les psys ?

Les psychologues sont des médecins.

Vrai Faux

Faux. Certes, la plupart des psychologues cherchent à soulager leurs patients par la parole dans un cadre thérapeutique. Mais ils ne font pas pour autant partie des personnels médicaux. À ce titre, ils ne peuvent pas prescrire de médicaments par exemple. Il ne faut pas les confondre avec les psychiatres qui, eux, sont des médecins. La formation diffère. Pour devenir psychologue, il faut compter 5 ans d’études consistant à obtenir une licence et un master de psychologie qui donnent le titre de psychologue. Pour devenir psychiatre, il faut suivre des études de santé (10 ans au minimum après le bac) pour obtenir le DE de docteur en médecine, avec mention de la spécialité psychiatrie. 

Psychologue : un métier solitaire, en tête à tête avec son patient.

Vrai Faux

Vrai et faux. On a souvent l’image des psys dans leur cabinet, seuls avec leur patient. C’est l’une des réalités du métier, mais il en existe beaucoup d’autres. De nombreux psychologues exercent dans des structures médico-sociales ou de santé : hôpitaux, maisons de retraite, foyers... Le travail s'effectue alors au sein d’une équipe pluridisciplinaire (avec des infirmiers, des médecins, des kinésithérapeutes, des assistants de service social, des orthophonistes, des éducateurs…), afin d'assurer une prise en charge coordonnée des patients. Réunions de service, bilans d'étape, comptes rendus à la hiérarchie... sont alors à prévoir. Les psychologues peuvent également exercer en entreprise, donner des formations ou encore animer des ateliers de réflexion. Par ailleurs, même ceux qui pratiquent en libéral (en indépendant) échangent régulièrement avec d'autres confrères. 

Le quotidien d'un psychologue : traquer l'inconscient.

Vrai Faux

Faux. Lapsus, complexe d’Œdipe, interprétation des rêves... pour beaucoup d’élèves de terminale, les contacts avec la psychologie se résument à la présentation des théories de Freud et de la psychanalyse en cours de philosophie. Si une partie des psychologues adhèrent à ce modèle, ils sont nombreux à opter pour d’autres théories, impliquant d’autres outils et méthodes de travail. Le courant béhavioriste, par exemple, a donné naissance aux TCC qui s’attachent à remplacer un comportement inadapté par un comportement plus adapté, correspondant à ce que souhaite le patient. On peut citer également l’hypnose, la Gestalt-thérapie…

Psychologue, une profession que l’on retrouve en entreprise.

Vrai Faux

Vrai. On a tendance à les imaginer seulement dans une activité thérapeutique, le plus souvent en cabinet. En réalité, les psychologues peuvent mettre leurs connaissances du fonctionnement de l’humain au service de contextes très variés. Parmi eux : le monde de l’entreprise. Certains y interviennent en tant que psychologues du travail et aident à la gestion de crise, à la mesure des risques psycho-sociaux... D'autres travaillent dans les services de ressources humaines où ils s’occupent du recrutement de nouveaux salariés, de la gestion des carrières, de la résolution de conflits... D’autres encore utilisent leurs compétences dans les métiers de la communication et de la publicité. Des psychologues peuvent aussi intervenir ponctuellement en entreprise, pour donner des formations sur la gestion du stress par exemple.

Le portrait type du patient : un adulte qui se pose trop de questions.

Vrai Faux

Faux. On connaît tous des personnes qui sont allées voir un psy parce qu’elles rencontraient des difficultés personnelles ou professionnelles et se posaient des questions sur des choix de vie. Mais le public des psychologues est beaucoup plus varié que cela. Ces professionnels peuvent aussi prendre en charge des personnes atteintes de maladies mentales, des enfants qui ont des troubles du comportement, des porteurs de handicap physique ou intellectuel, des personnes âgées atteintes ou non d’une maladie neurodégénérative, des réfugiés, des jeunes qui rencontrent des problèmes d’addiction ou de délinquance... Par ailleurs, le patient n’est pas nécessairement une seule personne : il peut s’agir d’un couple, d’une famille, d’un groupe de travailleurs, d'une équipe de soignants qui veut prendre du recul sur ses manières de travailler...

Être psychologue, c'est écouter distraitement les patients.

Vrai Faux

Faux. Cette image du psychologue qui écoute de loin en loin son patient en glissant quelques "hum ! hum !" d’encouragement (voire qui s'endort !) est largement diffusée à la télé. Elle est toutefois caricaturale et erronée. Écouter constitue de fait l’une des compétences clés du métier du psychologue, mais il s’agit d’une écoute active, qui demande de l’observation et de l’attention pour trouver les relances adaptées, aider le patient à se poser les bonnes questions, jongler avec différentes grilles de lecture théoriques… Par ailleurs, selon le cadre dans lequel ils exercent et les problématiques de leurs patients, les psychologues ne se contentent pas d’écouter : ils peuvent aussi donner des conseils, faire faire des exercices pratiques pour mobiliser la mémoire ou les perceptions, organiser des ateliers collectifs de prévention… 

Pas besoin de maîtriser l’anglais quand on est psychologue.

Vrai Faux

Faux. Particularité du métier : il est inscrit dans le code de la profession que le psychologue doit mettre ses connaissances à jour tout au long de sa carrière. En effet, la psychologie est une science qui évolue sans cesse. La société change et, avec elle, les situations que les psychologues sont amenés à traiter. C'est le cas par exemple avec l’augmentation des familles monoparentales, la prise en charge des victimes d’attentats… Par conséquent, il s'agit d'élaborer des réponses adaptées aux nouvelles demandes et pour cela d'acquérir de nouveaux outils, de développer de nouvelles approches. Or l’essentiel des travaux de recherche est publié en anglais. Pour se tenir informé, un psychologue devra donc régulièrement lire en VO dans le texte.

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels