Cliquez
pour afficher
le menu
bannière psycho
Onisep.fr, l'info nationale et régionale sur les métiers et les formations
Accueil Psycho : quels métiers pour vous ?

Sommaire du dossier

Psycho : quels métiers pour vous ?

Quand le psychologue aide la justice

Publication : 19 décembre 2018
À toutes les étapes de leurs relations avec la justice, les auteurs de faits et les victimes peuvent être pris en charge par des psychologues. Ces derniers interviennent notamment dans les prisons ou au sein de la PJJ (protection judiciaire de la jeunesse).

Justice_pictos

Sont illustrés les lieux où peuvent exercer les psychologues du secteur.

 

De l’expertise judiciaire au soutien thérapeutique

Justice_1

Les psychologues occupent différents rôles dans la justice. Les magistrats ou les juges confient à des psychologues experts judiciaires des missions d’évaluation psychologique de l’auteur des faits et de la victime. Cet éclairage psychologique est pris en compte dans le jugement.

Les psychologues sont aussi mobilisés dans l’enquête évaluant le danger pour un enfant de rester dans sa famille, qui peut mener à la décision de le placer en foyer ou en famille d’accueil. Les psychologues de la PJJ prennent quant à eux en charge ces enfants placés par la justice, ainsi que des adolescents délinquants. Ils les accompagnent en thérapie, dans leur famille ou dans les centres éducatifs, les foyers...

Dans les prisons, les psychologues pénitentiaires proposent aux détenus un soutien thérapeutique, et réalisent des bilans psychologiques de personnalité, par exemple pour mesurer la possibilité d’un aménagement de peine. D’autres soutiennent les personnels de prison, ou travaillent à la réinsertion sociale d’anciens détenus ou de délinquants dans des associations.

C’est au sein d’équipes pluridisciplinaires, mêlant professionnels de la justice, du travail social et médical, que les psychologues judiciaires pratiquent.

Débouchés : prisons et PJJ en tête

Justice_2

Entre les prisons et la PJJ, le ministère de la Justice représente un gros recruteur de ce secteur. Les psychologues sont présents notamment dans les prisons et les associations accréditées par le ministère pour aider d’anciens détenus ou des jeunes délinquants à se réinsérer. La création de centres de déradicalisation génère également des postes.

Les candidats sont nombreux à vouloir travailler dans le secteur de la justice, notamment auprès de l’enfance en danger : les places sont donc chères. Attention, le profil d’expert psychologique, le "profiler" que l’on rencontre dans les séries télé et qui attire les jeunes, recouvre très peu de postes dans la réalité. Les experts judiciaires sont le plus souvent sollicités par la justice sur des enquêtes de façon très occasionnelle et non employés à temps plein.

À noter que la police, la gendarmerie, l’armée et les sapeurs-pompiers recrutent également des psychologues, pour aider les agents à surmonter les traumatismes et le stress de l’exercice de leurs fonctions, ou les former à la prise en charge psychologique.

Accès : prime au profil judiciaire

Justice_3

Pour exercer dans le judiciaire, avoir suivi un parcours orienté vers la justice, proposé en master de psychologie par plusieurs universités, constitue un plus. Les diplômés de psychologie peuvent aussi donner une coloration justice à leur profil en préparant après leur cursus licence-master un DU en victimologie, en criminologie, en expertise judiciaire… Les doubles parcours psychologie et droit sont appréciés.

Le ministère de la Justice emploie des psychologues de la PJJ comme contractuels, mais our pouvoir y travailler durablement et devenir fonctionnaire titulaire de son poste, il faut passer un concours (épreuves écrite et orale). Ces concours, qui offrent un nombre de places variable d’une session à l’autre, sont très sélectifs.

Le recrutement dans les prisons et les associations se fait en envoyant un CV et une lettre de motivation au directeur de la structure.

Pour se voir confier des missions d’expert judiciaire, il faut être un psychologue confirmé et postuler auprès du ministère de la Justice.

Imprimer

Haut de page

Vient de paraître

Pour
les professionnels