Licence droit

  • Durée de formation : 3 ans
  • Niveau terminal d'études : bac + 3
  • Nature du diplôme : diplôme national ou diplôme d'Etat

Les licences

Accessibles avec le bac, elles sont le 1er niveau d'études à l'université. Le diplôme de licence s'obtient après 3 ans d'études.

Elles se déclinent en une cinquantaine de mentions, allant du droit, à l'informatique, en passant par les arts. Organisées en parcours types, définis par chaque université, elles permettent d'acquérir une culture générale solide et des compétences disciplinaires. Les licences permettent une poursuite d'études en master (pour 2 ans) dans un parcours en cohérence avec la licence suivie, mais aussi en école de commerce, en école d'ingénieurs... Il est également possible, après une 2e année validée (L2), de poursuivre en 1 an en licence professionnelle.

À savoir

Les titulaires de la licence poursuivent majoritairement leurs études (master, école spécialisée, grande école...) car c'est à bac + 5 que les universitaires sont vraiment attendus sur le marché du travail. Ils se dirigent ensuite vers les métiers d'avocat, de notaire, d'huissier, de commissaire de police, de magistrat... ou préparent les concours administratifs des fonctions publiques d'État, territoriale et hospitalière.

Exemples de métiers : avocat/e ; directeur/trice pénitentiaire ; gendarme-enquêteur/trice ; gestionnaire de contrats d'assurance ; huissier/ère de justice ; inspecteur/trice des douanes ; inspecteur/trice des finances publiques ; juriste d'entreprise ; lieutenant/e de police ; magistrat/e ; notaire¿

Les attendus Parcoursup

Attendus nationaux de la plateforme d'inscription dans l'enseignement supérieur Parcoursup

Outre la diversité des formations de 1er cycle, et les spécificités qu'y apporte chaque établissement, des éléments de cadrage national ont été définis avec le concours de l'ensemble des acteurs de l'enseignement supérieur pour informer les candidats et leurs familles.

Les candidats à l''inscription en licence Mention DROIT doivent répondre aux attendus suivants.

Savoir mobiliser des compétences d'expression écrite et orale qui témoignent de qualités rédactionnelles et oratoires

Cet attendu marque l'importance, pour la filière juridique, de la maîtrise de la langue française, écrite et orale, par le candidat. Le droit est une discipline où les qualités oratoires (la « plaidoirie ») et les qualités rédactionnelles (rédaction de courriers, d'actes juridiques, etc.) sont fondamentales. La précision qu'appelle le raisonnement juridique implique que le candidat maîtrise, ab initio, les fondamentaux de la langue.

Disposer d'aptitudes à la compréhension, à l'analyse et à la synthèse d'un texte

Cet attendu marque l'importance, pour la filière juridique, de la capacité du candidat à « comprendre » l'écrit. La formation en Licence de droit requiert en effet l'analyse combinée de nombreuses sources juridiques (constitutions, lois, règlements, textes internationaux, jurisprudence, doctrine) qu'il faut pouvoir comprendre, mettre en perspective et éventuellement critiquer sur la base d'un raisonnement juridique.

Disposer d'aptitudes à la logique et au raisonnement conceptuel

Cet attendu marque l'importance, pour la filière juridique, de la capacité du candidat à produire une argumentation structurée, même relativement simple, et à raisonner sur des concepts. La formation en Licence de droit requiert en effet une certaine capacité d'abstraction, de logique formelle et de déduction.

Pouvoir travailler de façon autonome et organiser son travail

Cet attendu marque l'importance, pour la filière juridique, de la capacité du candidat à travailler de façon autonome. La formation en Licence de droit laisse en effet une place substantielle à l'organisation et au travail personnel. L'encadrement est souple : seule une partie limitée des enseignements est obligatoire et donne lieu à des rendus obligatoires de travaux (les travaux dirigés).

Etre ouvert au monde et disposer de connaissances linguistiques

Cet attendu marque l'importance, pour la filière juridique, que l'étudiant ait un niveau suffisant de compétences dans au moins une langue vivante étrangère, notamment l'anglais.

La formation en Licence de droit s'inscrit en effet nécessairement dans un contexte juridique européen et global qui implique, au cours du cursus, d'étudier d'autres systèmes juridiques que le système national, qui sont le plus souvent en langue étrangère.

Etre intéressé par les questions historiques, sociétales et politiques

Cet attendu marque l'importance, pour la filière juridique, que le candidat ait un niveau minimum de curiosité pour la société et le monde qui l'entourent. Le droit ne peut en effet être étudié indépendamment des réalités humaines, sociales et politiques auxquelles il s'applique.

Avoir répondu à un questionnaire d'auto-évaluation disponible sur le site de l'Onisep Terminales2018-2019 à partir du 22 janvier. Avoir répondu à ce questionnaire est une condition de recevabilité du dossier (une attestation téléchargeable sera délivrée par le site Terminales2018-2019). Cette attestation sera à joindre au dossier de candidature.

Ce questionnaire est un outil informatif et pédagogique mis à disposition des candidats.

Les admissions

En L1 (admission via la procédure Parcoursup) : les bacheliers généraux ES sont majoritaire ; les bacheliers technologiques après une année de remise à niveau (en français, culture générale et méthodologie) ; les titulaires de la capacité en droit.

En L2 ou L3 (admission sur dossier) : les étudiants ayant déjà effectué 2 années d'études supérieures (classe prépa, DUT carrières juridiques).

Les poursuites d'études

Selon les parcours de licence, les poursuites d'études sont diversifiées. Exemples de parcours : carrières publiques ; droit de l'environnement ; droit des techniques de l'information et de la communication ; droit et langues ; droit européen ; droit privé ; droit public ; juriste d'entreprise...

Après une L2 (2e année de licence) validée : poursuite en licence professionnelle (1 an d'études) ; en institut spécialisé (immobilier, assurances...) ; dans certaines écoles professionnelles de la justice (École nationale des greffes, École nationale d'administration pénitentiaire...) ; préparation des concours administratifs de la fonction publique...

Avec une licence validée (L3) : poursuite en master (2 ans d'études), en formations professionnelles (avocat, notaire, huissier, commissaire de police, magistrat...)...

Pour en savoir plus sur les masters, voir le portail national des masters http://www.trouvermonmaster.gouv.fr

Publicité

Où se former ?

  • Page 1/6