Accueil > Secteurs > Fiches métier > agent(e) général(e) d'assurances

< Retour à la page précédente

Fiche métier

agent(e) général(e) d'assurances

Intermédiaire entre une société d'assurances et des clients, l'agent général endosse une triple casquette de commercial, de gestionnaire et de manager. Un métier réservé à ceux qui aiment entreprendre et qui n'ont pas peur de relever des défis.

Le métier

Nature du travail

Conseiller et vendre

L'agent général aide ses clients à formuler leurs besoins en matière de protection des biens et des personnes. Tenant compte des changements qui s'opèrent dans leur vie (mariage, achat immobilier...), il leur propose des formules adaptées à leur profil. Il fidélise sa clientèle et prospecte sans cesse de nouveaux marchés. Il entre en contact avec les principaux acteurs de la vie économique locale (chambres professionnelles, collectivités, industriels...).

Gérer les contrats

Il encaisse les cotisations des assurés, enregistre leurs éventuelles déclarations de sinistres et les accompagne jusqu'au versement des indemnités. En cas de doute, il missionne un expert. Il suit l'évolution de la législation et s'informe sur les produits de la concurrence. Compétent en comptabilité, il surveille de près les résultats enregistrés par l'agence.

Encadrer une petite équipe

En véritable chef d'entreprise, ce professionnel dirige son agence et anime une petite équipe de collaborateurs (chargés d'accueil, assistants commerciaux, secrétaires...). Il organise les plannings, procède aux recrutements, met en place des actions de formation... sans oublier de motiver ses troupes !

Compétences requises

Un commercial persuasif

Un agent général ne se repose jamais sur ses lauriers et cherche en permanence à élargir son portefeuille de clients. Il maîtrise l'art de la persuasion et celui de la négociation.

Un gestionnaire rigoureux

Pas de place pour le hasard ou l'approximatif dans ce métier où l'on peut être amené à jongler avec des contrats de plusieurs millions d'euros ! Un agent qui ne suivrait pas de près ses comptes se condamnerait à mettre, tôt ou tard, la clé sous le paillasson...

Un manager qui donne de lui-même

L'agent général sait fédérer une équipe autour d'un projet et faire évoluer son agence. Il n'hésite pas à déléguer un certain nombre de tâches à ses collaborateurs. Quand il le faut, il peut aussi les aider. Par exemple, en accueillant lui-même les clients.

Un diplomate qui rassure

À l'écoute des besoins de ses clients, il sait instaurer une relation de confiance. En cas de conflit, sa diplomatie lui permet de désamorcer la situation et de trouver un terrain d'entente.

Où l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

Indépendant... en province

L'agent général est un travailleur indépendant. Il dirige un centre de profit autonome et ses revenus varient en fonction de la santé financière de son agence. On trouve

90 % des agents implantés en province.

En couple

Selon la taille de l'agence, l'agent général travaille seul ou avec des salariés.

25 % des agences bénéficient de la collaboration, au moins à temps partiel, d'un conjoint (ce dernier exerçant le plus souvent à titre bénévole).

Sédentaire et nomade à la fois

Le quotidien d'un agent général se partage entre son bureau et les visites chez les clients ou les personnalités locales, susceptibles de lui fournir de nouveaux assurés.

Carrière et salaire

Salaire du débutant

Il est constitué par les commissions perçues sur les ventes et la gestion des contrats d'assurance.

Intégrer le marché du travail

Des remplacements nécessaires

Les compagnies d'assurances recrutent 500 à 600 agents généraux par an. Il s'agit de remplacements et non de créations d'emploi, pour anticiper les nombreux départs à la retraite qui se profilent à l'horizon (à l'heure actuelle, la moitié des agents ont plus de 50 ans).

Première expérience bienvenue

Les compagnies d'assurances préfèrent confier le poste d'agent général à un candidat qui a déjà quelques années d'expérience professionnelle (dans la vente, les assurances, la banque ou les services) et qui dispose d'un bon carnet d'adresses.

Calculer son installation

Pour pouvoir racheter le portefeuille constitué par un prédécesseur, l'agent général s'endette. Pour rentabiliser son investissement, il doit se faire connaître, maintenir l'ancienne clientèle, en conquérir une nouvelle... Ce n'est qu'après quelques années, que l'agent général pourra percevoir des bénéfices.

Accès au métier

Accès au métier

Un diplôme de niveau bac + 2 est nécessaire pour débuter, le plus souvent complété par une formation dispensée par une société d'assurances ou un organisme agréé. À l'issue de cette formation (d'au moins 600 heures), le candidat obtient la carte professionnelle, indispensable pour exercer. Une première expérience en tant que commercial facilite l'accès au métier.

Niveau bac + 2

  • BTS assurance ; banque ; management des unités commerciales ; négociation et relation client ;
  • DUT carrières juridiques ; techniques de commercialisation ;
  • DEUST banque organismes financiers et de prévoyance ;

Niveau bac + 3

  • Licences pro assurance, banque, finance, option commercialisation des produits bancaires et d'assurance ; assurance, banque, finance, spécialité assurance ; droit et sciences sociales assurance, banque, finance, spécialité conseil en assurances et services financiers ; sciences assurance, banque, finance, spécialité protection sociale complémentaire et techniques en assurances...

Niveau bac + 5

  • Diplôme d'école de commerce et de gestion ;
  • Diplôme de l'École nationale d'assurance (ENASS) ;
  • Diplôme d'université (DU) de l'Institut des assurances ;
  • Masters pro droit, mention conseil et patrimoine, spécialité droit et métiers des assurances ; sciences économiques et de gestion, mention finance de la banque et de l'industrie, spécialité management de la banque et de l'assurance ; droit, mention droit du risque, spécialité assurance, bancassurance...

En savoir plus

Témoignages

Didier, agent général

Équilibrer son portefeuille

"Tout changement à la tête d'une agence entraîne inévitablement une hémorragie de clientèle. Il faut d'abord endiguer cette perte, puis essayer de remonter la pente. Au bout de 3 ou 4 ans d'efforts, j'ai commencé à avoir un portefeuille qui me ressemblait. Autrement dit, 75 % de contrats avec des particuliers, le reste avec des professionnels et des entreprises."

(08/07/2008)

Ressources utiles

Apesa - Association paritaire pour l'emploi dans les assurances
http://www.emploi-assurance.com

FCA - Fédération française des courtiers d'assurances et de réassurances
http://www.ffsa.fr

FFSA - Fédération française des sociétés d'assurances
http://www.ffsa.fr

Agea - Fédération nationale des agents généraux d'assurances
http://www.agea.fr

Observatoire de l'évolution des métiers de l'assurance
http://www.metiers-assurance.org

Autres métiers susceptibles de vous interesser

Loading recommended items
Recherche géolocalisée

Vient de paraître

Contacter
un conseiller en ligne

http://www.onisep.fr/ezrecommendation/request?productid=news&eventtype=consume&itemtypeid=1&itemid=81253&categorypath=/2/64/60837/80566/