Imprimer
Accueil > Secteurs > Fiches métier > attaché(e) de recherche clinique

< Retour à la page précédente

Fiche métier

attaché(e) de recherche clinique

Avant sa mise sur le marché, un nouveau médicament est toujours testé sur des personnes volontaires. L'ARC (attaché de recherche clinique) assure le suivi scientifique et administratif de cet essai clinique.

Le métier

Nature du travail

Faire tester les médicaments

Les tests sur l'homme représentent un moment décisif dans la mise au point d'un médicament. Trait d'union entre la recherche-développement et les médecins " investigateurs ", l'attaché de recherche clinique se charge de mettre en place ces essais cliniques sur des patients, sous la houlette d'un chef de projet.

Présenter le protocole

L'ARC commence par sélectionner les médecins participant aux essais en faisant la tournée des centres hospitaliers. Puis il leur présente le protocole, documents à l'appui : le mode d'administration du médicament (à avaler, en injection...), les examens à réaliser, l'âge requis pour les patients volontaires.

Garantir les données cliniques

L'ARC doit aussi initier les médecins au recueil des données cliniques dans un cahier d'observations, puis soumettre ce protocole aux autorités sanitaires. Il prépare et vérifie le matériel et les lots de médicaments à remettre aux praticiens.

Pendant toute la durée des essais, il veille au respect de la procédure en suivant le dossier de chaque patient.

Compétences requises

Disponibilité et éthique

En plus d'une grande disponibilité géographique, le métier exige de la rigueur, des qualités relationnelles, un sens de la négociation... Les interlocuteurs de l'attaché de recherche clinique sont nombreux et il doit savoir communiquer efficacement avec chacun. Il doit aussi se montrer très autonome dans l'organisation de son travail, pour mener à bien son étude.

Garant des bonnes pratiques cliniques, l'ARC fait également preuve d'un grand sens de l'éthique.

Des connaissances scientifiques spécifiques

Dans un contexte internationalisé, la maîtrise de l'anglais technique est devenue indispensable dans la profession. De même, le maniement des outils informatiques, qui révolutionnent la pratique du métier, est une nécessité absolue. En général, l'attaché de recherche clinique est aussi un spécialiste. Il détient des connaissances dans une discipline spécifique : cancérologie, greffes, gastro-hépato-entérologie, neurologie, etc.

Où l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

Un travail d'équipe

L'attaché de recherche clinique exerce à l'hôpital ou en cabinet de ville, avec des horaires réguliers de jour. Le travail s'effectue en collaboration avec les cliniciens, les médecins investigateurs, les épidémiologistes, le personnel soignant, la pharmacie hospitalière, les promoteurs d'essais ou d'enquêtes, les biostatisticiens (pour la mise en place et le suivi des études cliniques), les instances administratives et réglementaires (CCPPRB/Comité consultatif de protection des personnes dans la recherche biomédicale, ANSM/Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) pour la validation, le suivi et le contrôle des études.

De nombreux déplacements

Rattaché à une équipe de développement, l'ARC se déplace au minimum 2 à 3 fois par semaine pour rencontrer les médecins " investigateurs ". Il se rend dans des centres hospitaliers situés aux quatre coins de l'Hexagone. À terme, le travail à distance devrait limiter les déplacements. Déjà, les attachés de recherche clinique ont recours au cahier d'observations électronique et aux programmes de validation en ligne. Ils transfèrent de plus en plus les données sur Internet.

Prestataire de services

L'ARC peut exercer sa profession au sein des entreprises du médicament, mais celles-ci ont de plus en plus tendance à sous-traiter la fonction à des sociétés de recherche clinique sous contrat (Contract Research Organizations ou CRO).

Carrière et salaire

Salaire du débutant

Variable en fonction du lieu d'exercice et du type d'entreprise.

Intégrer le marché du travail

Une profession jeune

Les effectifs d'attachés de recherche clinique sont assez importants, car les autorisations de mise sur le marché (AMM) des nouveaux médicaments sont de plus en plus difficiles à obtenir et les réglementations de plus en plus contraignantes. Toutefois, la profession est dans l'ensemble constituée de jeunes pharmaciens, d'où un renouvellement qui reste limité.

Délocalisation et réductions d'effectifs

Les entreprises du médicament ont tendance à délocaliser un certain nombre d'études vers d'autres pays européens afin de limiter les coûts financiers. Conséquence : une réduction des effectifs d'attachés de recherche clinique au sein des équipes françaises.

Des perspectives d'évolution

Avec de l'expérience, l'attaché de recherche clinique peut espérer coordonner des études à un niveau international. Le métier est aussi un tremplin pour évoluer vers l'assurance qualité, les affaires réglementaires, la communication scientifique ou encore le marketing du médicament.

Accès au métier

Accès au métier

Le niveau d'études scientifiques demandé varie en fonction de l'employeur et du type de médicament à tester. Mais 40 % des ARC en exercice sont biologistes d'origine. Plusieurs diplômes permettent d'accéder au métier à partir d'un bac + 5. Avec de l'expérience, la licence professionnelle métiers de la recherche clinique ou le DIUFARC (diplôme interuniversitaire de formation des assistants de recherche clinique) peuvent convenir. Le DIUFARC se prépare en 1 an, après la 2e année de licence (L2) de biologie ou après un diplôme d'État (DE) d'infirmier.

Niveau bac + 3

  • DIUFARC
  • Licence pro métiers de la recherche clinique

Niveau bac + 5

  • Master en bio-informatique, épidémiologie, statistiques, santé publique...

Niveau bac + 6

  • Diplôme d'État de docteur en pharmacie

Niveau bac + 9 et plus

  • Diplôme d'État de docteur en médecine (bac + 9 à bac + 11, selon la spécialité)

En savoir plus

Témoignages

Gaëlle, attachée de recherche clinique dans un grand laboratoire

Aider les médecins

" Le moment du lancement d'un essai où je dois présenter le protocole aux médecins est toujours important. Je leur explique comment il est né, ce qu'on attend d'eux, quels types de patients ils doivent recruter. Au fil du temps, nous avons tissé des relations presque amicales. Ils savent que je suis là pour les aider à collecter les données, et qu'un patient peut sortir de l'essai à tout moment s'il le souhaite. Il m'arrive d'avoir une quinzaine de centres hospitaliers à gérer en même temps. C'est lourd mais passionnant."

(27/11/2006)
Jean-Émile Vivien, attaché de recherche clinique à Docs International

Aider les médecins

Il faut être organisé, que ce soit sur le terrain ou au bureau. Il faut tout anticiper, tout prévoir pour les médecins avec qui l'on travaille, mais aussi pour les patients : le nombre de personnes inscrit pour l'essai, les stocks, les réunions, le matériel... Je suis au carrefour de cette logistique, entre le laboratoire et le centre médical. Lorsque je me rends sur le terrain, je travaille sur les résultats des essais avec des médecins. Ce sont ces derniers qui analysent les résultats, mais on essaie de voir ensemble comment faire évoluer les molécules. Ça peut être très long, mais c'est un vrai défi : on a un objectif à atteindre. Et il est très motivant de se dire que notre travail va servir à sauver des gens.

(20/01/2014)

Ressources utiles

Leem - Les entreprises du médicament
http://www.leem.org

www.imfis.fr

Site de l'Institut des métiers et formations des industries de santé

Publications

Publications Onisep

Les métiers du médical
collection Parcours, Onisep
parution 2014

Autres métiers susceptibles de vous interesser

Loading recommended items

Vient de paraître

Contacter
un conseiller en ligne

http://www.onisep.fr/ezrecommendation/request?productid=news&eventtype=consume&itemtypeid=1&itemid=81244&categorypath=/2/64/60837/80566/