Imprimer
Accueil Secteurs Fiches métier carrossier / carrossière

< Retour à la page précédente

Fiche métier

carrossier / carrossière

Changer un pare-chocs ou redresser de la tôle froissée, c'est l'affaire du carrossier réparateur. Au carrossier peintre de prendre ensuite le relais pour donner au véhicule son aspect définitif. Parfois, carrossier réparateur et carrossier peintre ne font qu'une seule et même personne.

  • Niveau minimum d'accès : CAP ou équivalent
  • Salaire débutant : 1500 €
  • Statut(s) : Statut artisan, Statut salarié
  • Synonymes : Tôlier/ère,
    Tôlier/ère-carrossier/ère
  • Métiers Associés :

    Carrossier/ère constructeur/trice,
    Carrossier/ère peintre,
    Carrossier/ère qualifié/e,
    Carrossier/ère réparateur/trice,
    Opérateur/trice en peinture industrielle,
    Peintre aéronautique,
    Peintre anticorrosion,
    Peintre en carrosserie,
    Peintre industriel/le,
    Peintre qualifié/e,
    Réparateur/trice en carrosserie,
    Technicien/ne d'atelier de carrosserie,
    Tôlier/ère finisseur/euse en carrosserie automobile

  • Secteur(s) professionnel(s) :

    Automobile,
    Commerce - Distribution,
    Maintenance - Entretien

  • Centre(s) d'intérêt :

    Je veux travailler de mes mains,
    Réparer, bricoler, j'adore ça

Le métier

Nature du travail

Diagnostiquer

Le carrossier réparateur réalise d'abord un diagnostic des travaux à effectuer. Il examine le dossier fourni par les compagnies d'assurances et les experts automobiles. Il prévoit l'ordre des opérations tout en tenant compte des contraintes de coût, de sécurité... et en utilisant les documents techniques des constructeurs.

Réparer ou remplacer

Puis, il démonte et découpe les éléments endommagés et les remplace, ou les remet en état grâce à différentes techniques : débosselage, planage, ponçage, soudure. Il peut aussi donner forme à des matériaux composites ou traiter les surfaces (protection, étanchéité, insonorisation). Il enlève et repose les circuits électriques et électroniques (de plus en plus présents dans toutes les parties des véhicules) et réalise les mesures des châssis des voitures grâce à des logiciels spécialisés.

Peindre

Le carrossier peintre intervient ensuite. Il prépare le véhicule en améliorant la qualité de la surface (masticage, ponçage...). Il applique notamment l'antirouille. Puis il prépare la peinture en recherchant la teinte à l'aide du nuancier. Enfin, après avoir protégé les parties intactes, il peut appliquer la peinture au pistolet, effectuer les retouches et les finitions dans une cabine bien isolée.

Compétences requises

Doigté et logique

Réflexion, sens de l'organisation, logique, sans oublier une certaine habileté manuelle sont autant de qualités indispensables. Une bonne connaissance des matériels électriques et électroniques, ainsi que leur mode d'installation, notamment pour respecter l'ordre de démontage et remontage des différents éléments comme les lignes de câbles ou des capteurs à l'intérieur des carrosseries est également nécessaire. Attention : allergiques aux peintures, solvants et poussières s'abstenir !

Communication

Les qualités relationnelles comptent pour une large part dans ce métier. Le carrossier dialogue avec les experts automobiles. Il accueille les clients, les écoute et collecte des informations. Il propose les services de l'entreprise, par exemple le prêt d'une voiture le temps de la réparation. Il explique les opérations à effectuer et donne des conseils. À la fin de l'intervention, il rend le véhicule et détaille la facture pour le client.

Où l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

Entreprise, garage ou atelier

Le carrossier réparateur et le carrossier peintre travaillent dans des entreprises de carrosserie-peinture, dans des garages ou des concessions de constructeur automobile. Des emplois existent aussi dans des ateliers de maintenance, dans des sociétés ou des administrations disposant d'un parc de voitures de fonction.

Protections obligatoires

Le métier nécessite l'usage d'équipements de protection : combinaisons, chaussures de sécurité, masques, casques, gants... à cause des poussières, des émanations de produits chimiques et d'outils pouvant être dangereux.

Seul ou en petite équipe

Le carrossier est amené à entrer en contact avec la clientèle, les fournisseurs, les experts en automobile... Autonome, il opère seul ou en petite équipe. Mais toujours en étroite collaboration avec le mécanicien chargé des montages mécaniques. Lorsque les deux activités - carrosserie et peinture - sont dissociées, le réparateur, une fois son travail achevé, livre le véhicule " brut de tôlerie " au peintre.

Carrière et salaire

Salaire

Salaire du débutant

1500 euros brut par mois.

Intégrer le marché du travail

Objectif : écologie

Dans ce métier, il faut savoir s'adapter aux évolutions techniques et aux normes environnementales. De gros efforts sont faits pour utiliser des produits moins nocifs et les déchets et résidus sont désormais triés. Certains matériels sont également recyclés. Les produits dangereux, comme les peintures et les diluants, sont récupérés par un spécialiste.

Une double qualification

La répression des infractions routières et la sécurisation des routes entraînent une diminution des accidents. Compte tenu du contexte économique et de l'augmentation des coûts, les demandes de réparation diminuent. Mais la carrosserie offre toujours des débouchés, car elle manque de personnels formés. Pour postuler dans un petit garage, où l'on cherche des carrossiers polyvalents, mieux vaut une double qualification en réparation et en peinture.

Changer de métier

Avec quelques années d'expérience, un carrossier peut accéder à un poste d'encadrement : chef d'équipe, chef d'atelier ou réceptionnaire d'atelier. Grâce à son excellente connaissance des véhicules, ce professionnel peut évoluer vers les métiers du contrôle technique automobile. Avec une certaine expérience, il est possible de s'installer à son compte.

Accès au métier

Accès au métier

La filière carrosserie, qui va du CAP au bac + 3, a été restructurée pour couvrir la construction, la réparation et la peinture. Si le CAP est le diplôme de base, suffisant pour exercer, le bac pro reste le diplôme le plus demandé par les employeurs. Même si certains poursuivent en BTS, voire en licence pro pour se donner davantage de chances d'évoluer vers des postes à responsabilités. À noter : pour travailler dans un petit garage, il peut être intéressant de se former à la peinture en préparant, en 1 an, CAP  Peinture en carrosserie 

Après la 3e

  • CAP construction des carrosseries ; peinture en carrosserie ; réparation des carrosseries

Niveau bac

  • Bac pro construction des carrosseries ; réparation des carrosseries

Niveau bac + 2

  • BTS conception et réalisation de carrosseries

Niveau bac + 3

  • Licence pro mention maintenance et technologie : systèmes pluritechniques ; métiers de l'industrie : conception et processus de mise en forme des matériaux ; métiers de l'industrie : mécanique

En savoir plus

Témoignages

Philippe, carrossier-peintre

Un métier de plus en plus technique

"Il y a 20 ans, quand on démontait le tableau de bord, il n'y avait que le fil du Klaxon. Aujourd'hui, il y a les airbags avec des déclencheurs et beaucoup de fils électriques. Je conseillerais à un jeune d'avoir le plus de connaissances techniques possible. Il vaut mieux poursuivre ses études jusqu'au bac pro carrosserie. Cela permet d'acquérir des notions d'électricité, mais aussi de peinture et de mécanique."

(25/04/2007)

Ressources utiles

www.ffc-carrosserie.org/

Fédération française de la carrosserie industries et service

www.garac.com

École nationale des professions de l'automobile

www.uimm.fr

Union des industries et métiers de la métallurgie

Vient de paraître

Pour
les professionnels

Accueil Toute l'actu nationale

monorientationenligne.fr