Imprimer
Accueil > Secteurs > Fiches métier > charpentier(ière) bois

< Retour à la page précédente

Fiche métier

charpentier(ière) bois

Le charpentier conçoit, fabrique et pose des charpentes en bois qui serviront à la couverture des maisons d'habitation ou d'autres constructions. C'est un métier qui se modernise, mais qui conserve une forte tradition. L'intérêt grandissant pour les constructions écologiques devrait assurer de belles perspectives pour les jeunes qualifiés.

Le métier

Nature du travail

Traçage et taillage des pièces de bois

À partir des plans fournis par l'architecte ou le dessinateur, le charpentier bois trace, en grandeur réelle, les formes de l'ouvrage avec les détails d'exécution. C'est l'épure. Ensuite, il choisit le bois, trace les repères sur le matériau, coupe et façonne les pièces à l'aide de machines à commande numérique (scie mécanique, raboteuse, toupie verticale...) et d'outils portatifs. Enfin, avec le reste de l'équipe, il procède à un essai d'assemblage des éléments pour vérifier l'ensemble et apporter des corrections.

Montage, levage et pose de la charpente

Une fois assuré de la solidité de son ouvrage, le charpentier bois organise le transfert de l'atelier au chantier. C'est là qu'il monte et assemble la structure, aidé par son équipe, en respectant les règles de sécurité. Il maîtrise l'utilisation d'outillages à main mais aussi d'engins de levage et de manutention.

Production de différents accessoires bois

Le charpentier bois ne fabrique pas que des charpentes. Il réalise aussi des accessoires (lucarnes, sous-pentes...) et participe à la construction d'ouvrages tout en bois : hangars agricoles, chalets, escaliers, bateaux...

Compétences requises

Maîtrise des volumes et de l'informatique

Apte à lire et à exécuter des plans et croquis, le charpentier bois sait estimer les volumes et dimensions. Il maîtrise la géométrie et le dessin industriel, et manie la souris de l'ordinateur aussi bien que la scie. En effet, les calculs sont désormais informatisés et la CFAO (conception et fabrication assistées par ordinateur) est devenue incontournable. Cependant, la réalisation d'une charpente traditionnelle demande une certaine précision et minutie dans le taillage des différents éléments de la charpente.

Connaissance des matériaux utilisés

Le charpentier bois utilisant de plus en plus des composants industriels (« fermettes » assemblées par connecteurs métalliques, poutres composites ou éléments en lamellé-collé...), il doit parfaitement connaître les qualités de chaque matériau (résistance, dureté, technique de façonnage...). Il peut également se spécialiser dans la construction de maisons à ossature bois, dans la restauration de charpentes anciennes, et ainsi utiliser différentes techniques qui concourent à faire des professions de la charpente en bois de nouveaux métiers.

Bonne résistance physique

Jamais seul sur son chantier, le charpentier bois aime travailler en équipe et respecte scrupuleusement les règles de sécurité. Il a une bonne résistance physique, car il travaille à l'extérieur, souvent en hauteur, dans des positions parfois acrobatiques. Même si l'utilisation de machines et d'engins de levage pour la mise en place des structures en bois est de plus en plus fréquente, il peut être amené à porter des charges lourdes.

Où l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

En extérieur et en hauteur

S'activer sur un toit est le lot commun de tous les charpentiers. Ce métier, comme tous ceux du bâtiment en général, reste très physique. Mais l'évolution des techniques améliore les conditions de travail. Les charpentes proposées aujourd'hui, plus légères, permettent une pose plus rapide et moins dangereuse. Et la mécanisation accrue des moyens de levage et de l'outillage contribue à moderniser la profession.

Autonomie et travail en équipe

En atelier, le charpentier bois se met à l'écoute du client et discute avec les architectes de l'ouvrage à construire. Seul, lors de la lecture des plans, du tracé et de la découpe des pièces, il est souvent debout, dans un environnement parfois bruyant nécessitant le port de protections individuelles. Il rejoint son équipe pour l'assemblage et le montage. Il utilise des machines de plus en plus complexes qui demandent de la rigueur et le respect des consignes de sécurité. Sur chantier, son travail peut exiger des déplacements fréquents.

Carrière et salaire

Salaire du débutant

 1600 euros bruts par mois

Intégrer le marché du travail

De belles perspectives

La profession cherche des jeunes qualifiés et offre de belles perspectives. En effet, l'utilisation du bois est toujours plus répandue et le recours à des charpentiers s'intensifie. Bien qu'il existe une forte demande pour les productions écologiques, la charpente traditionnelle, surtout utilisée dans la nouvelle construction ou la réhabilitation, conserve une large part du marché. Après quelques années de pratique, un salarié qui possède le sens du contact et des facultés d'organisation peut exercer d'autres métiers dans le secteur du bâtiment. Une expérience confirmée et une reconnaissance du chantier permettent d'accéder aux fonctions de chef d'équipe, de chef d'atelier, de chef de chantier et aux fonctions d'études dans l'entreprise. Il peut aussi s'installer à son compte, mais l'investissement en machines est important.

Accès au métier

Accès au métier

Plusieurs diplômes, du CAP au bac + 3, existent pour devenir charpentier bois.À noter : les formations par compagnonnage sont également très développées.

Après la 3e

  • CAP charpentier bois
  • CAP constructeur bois
  • CAP charpentier de marine

Niveau bac

  • Bac pro technicien constructeur bois
  • Bac pro interventions sur le patrimoine bâti
  • Bac technoSTI2D spécialité architecture et construction
  • BP charpentier
  • BP charpentier de marine

Niveau bac + 2

  • BTS charpente-couverture
  • BTS systèmes constructifs bois et habitat.
  • Licence pro bâtiments bois basse consommation et passifs

En savoir plus

Témoignages

Tugdual, charpentier bois, Besançon (25)

La passion du métier

"Après avoir obtenu mon CAP-BEP par apprentissage chez les Compagnons du devoir, je suis parti faire mon Tour de France. Après une expérience de 6 mois à Orthez, j'ai souhaité voir les différentes façons de travailler la charpente dans d'autres entreprises en France et en Suisse. À Besançon, j'ai préparé le BP charpentier en candidat libre, puis j'ai continué mes voyages. En Bretagne, j'ai suivi une formation de métreur en charpente bois et couverture à l'Afpa de Saint-Malo pour approfondir mes connaissances du domaine. Puis on m'a proposé un poste de chef de chantier sur les monuments historiques (château de Versailles, églises...) à Paris. Enfin, en 2010, je suis revenu à Besançon où j'ai trouvé un emploi chez Pateu et Robert en tant que chef de chantier. Aujourd'hui, je gère une équipe de 7 personnes. Notre mission : la restauration des monuments historiques."

(04/12/2012)

Ressources utiles

CCCA-BTP - Comité central de coordination de l'apprentissage du BTP
http://www.ccca-btp.fr

Capeb - Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment
http://www.capeb.fr

Fédération compagnonnique des métiers du bâtiment
http://www.compagnons.org

FFB - Fédération française du bâtiment
http://www.ffbatiment.fr

www.artisanat.info

Portail de découverte des métiers et de l'actualité de l'artisanat

www.lebatiment.fr

Site édité par la Fédération française du bâtiment (FFB) pour promouvoir la profession

www.metiers-btp.fr

Site de l'Observatoire prospectif des métiers et qualifications du BTP

Publications

Publications Onisep

Les métiers du bâtiment et des travaux publics
collection Parcours, Onisep
parution 2012

Les métiers du bâtiment
collection Zoom, Onisep
parution 2009

Les métiers du bois
collection Zoom, Onisep
parution 2009

Autres métiers susceptibles de vous interesser

Loading recommended items

Vient de paraître

Contacter
un conseiller en ligne

http://www.onisep.fr/ezrecommendation/request?productid=news&eventtype=consume&itemtypeid=1&itemid=81011&categorypath=/2/64/60837/80566/