Imprimer
Accueil Secteurs Fiches métier chef / cheffe de projet territorial

< Retour à la page précédente

Fiche métier

chef / cheffe de projet territorial

Mieux vivre ensemble dans la ville ou l'agglomération, tel est l'objectif du chef de projet territorial. Habitat, environnement, vie sociale et culturelle, éducation, sécurité... il encadre différents programmes de développement.

  • chef-de-projet-territorial
  • Niveau d'accès : bac + 5
  • Salaire débutant : 1615 €
  • Statut(s) : Statut fonctionnaire, Statut salarié
  • Synonymes : Chef/fe de projet contrat de ville,
    Chef/fe de projet de territoire,
    Chef/fe de projet en développement local
  • Secteur(s) professionnel(s) :

    Fonction publique

  • Centre(s) d'intérêt :

    J'ai le sens du contact,
    J'aime bouger,
    J'aime organiser, gérer,
    J'aimerais informer, communiquer

Le métier

Nature du travail

Des projets pour la ville

Implanter des locaux associatifs, améliorer la propreté d'un quartier, favoriser l'intégration de populations immigrées et la participation des habitants à la vie locale... autant d'objectifs qui intéressent le chef de projet territorial. Il peut ainsi revaloriser un quartier de grands ensembles des années 1970, ou développer la solidarité dans un îlot aux populations d'origines diverses. De tels enjeux font l'objet de projets au niveau d'un quartier, d'une ville, d'une agglomération. Le chef de projet territorial en est le maître d'oeuvre. Pour se faire assister, il fait appel à des équipes pluridisciplinaires.

Du diagnostic au plan d'action

Avant d'élaborer un plan d'action, le chef de projet territorial réalise une enquête de terrain. Ainsi, il fait remonter les besoins et analyse la réalité économique et sociale. Il consulte les élus, les habitants, le milieu associatif, les services administratifs... Puis il fait la synthèse de ces différentes approches et rédige des propositions cohérentes avec les priorités des élus. Une fois validé, ce plan d'action devient un projet de territoire. Il faut alors rechercher des financements et suivre la mise en oeuvre du projet en mobilisant les partenaires.

Compétences requises

Avoir une vision transversale

Conseiller des élus et piloter des projets exige d'avoir une vision transversale des problèmes. Cela suppose des connaissances en aménagement urbain, en action sociale, en développement économique et culturel, etc. Il faut aussi maîtriser le fonctionnement des institutions publiques et du milieu associatif. Comprendre les enjeux politiques et de pouvoir exige de s'intéresser à la vie publique, et de s'impliquer dans la vie locale. À cela s'ajoutent des qualités d'autonomie et de responsabilité.

Être engagé et diplomate

Cette fonction repose sur un investissement professionnel et personnel. Sans un certain esprit militant, on peut vite être découragé, car un projet peut durer 5 ans. Il faut beaucoup de ténacité, de conviction et de diplomatie pour concilier les points de vue, et résister aux difficultés éventuelles. Ce métier, très exposé, fait appel à l'écoute et au dialogue. Il exige, en outre, le goût du management. Un chef de projet peut en effet encadrer une dizaine de chargés de mission et agents.

Où l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

Au sein d'un territoire

Le chef de projet exerce essentiellement au sein d'une commune ou d'une communauté de communes ou d'agglomération. Il peut intervenir au niveau d'un quartier, d'une ville, d'une zone rurale, etc. Des postes existent également aux niveaux départemental et régional.

À la tête d'une équipe

Le chef de projet territorial encadre une équipe de développement local composée de chargés de mission. Ces derniers gèrent généralement une thématique (cadre de vie, éducation et culture, développement social et intégration, développement économique).

Sur le terrain et au bureau

Un quart du temps de ce professionnel se passe au bureau pour dépouiller les enquêtes, monter des dossiers, préparer des budgets prévisionnels, rédiger des actes administratifs et des rapports... Mais, le plus souvent, il est sur le terrain, à la rencontre des résidents, des associations locales et des différents acteurs du territoire (élus, administrations, chambres consulaires, etc.). Régulièrement, il anime des réunions, souvent le soir. Cette fonction exige une grande disponibilité.

Carrière et salaire

Salaire

Salaire du débutant

1615 euros brut par mois (attaché ou ingénieur de la fonction publique territoriale, premier échelon).

Intégrer le marché du travail

Un métier récent

L'essor des projets de rénovation urbaine, de démocratie locale et de cohésion sociale a favorisé la création de postes. Ce métier est relativement récent et ses effectifs se stabilisent. Les professionnels étant jeunes, le gisement d'emplois reste limité.

Des offres pour les débutants

Pour exercer cette fonction, il faut connaître les rouages de la politique de la ville. La majorité des postes exige donc une expérience en tant que chargé de mission, agent de développement local, développeur économique... Cependant, il arrive que des débutants soient recrutés à la faveur de besoins sur le marché de l'emploi, en particulier dans certaines zones rurales ou défavorisées.

Des postes de fonctionnaire

Les postes de développement local reposent souvent sur des missions à durée limitée. Les débutants enchaînent souvent quelques missions en tant que contractuels avant de se stabiliser. Car la tendance est au recrutement sur concours de la fonction publique territoriale. En particulier, les concours d'attaché et d'ingénieur territorial (catégorie A).

Accès au métier

Accès au métier

Les profils les plus recherchés sont les titulaires de masteren développement local ou développement social. On recrute également des spécialistes, notamment des urbanistes et des économistes. Les collectivités importantes font, en outre, appel à des gestionnaires et à des financiers pour le montage des dossiers.

Niveau bac + 5

  • Diplôme d'écoles de commerce et de gestion spécialisées en management et marketing des collectivités ; management public ; économie sociale et solidaire...
  • Masters gestion des territoires et développement local, intervention et développement social, ville et environnements urbains, urbanisme et aménagement ...

En savoir plus

Témoignages

Viviane, directrice de la politique de la ville à la mairie de Gap (05)

Un métier militant

"Actuellement, je supervise la mise en place d'un " city stade ". Je coordonne la direction des sports, la direction de la voirie et les services techniques de la ville. Je dois m'assurer que nous avons l'argent nécessaire et que ce stade soit fait dans les temps, au bon endroit et en concertation avec les habitants. Je suis amenée à travailler avec les autres directions de la commune ou de la communauté d'agglomération. J'interviens sur un territoire et non sur un thème. Donc je suis obligée d'aborder des dossiers aussi bien culturels que sportifs ou urbains. Cela ne nécessite pas d'être un bon technicien sur tout, mais de savoir collaborer avec ceux qui s'y connaissent. Il faut aussi de l'organisation et de la méthode ; on peut vite se perdre par rapport à l'ensemble des projets que l'on suit. Cela se rapproche du secteur associatif parce que c'est un métier un peu militant, où il y a de l'engagement. "

(14/03/2016)

Ressources utiles

Union nationale des acteurs et structures du développement local
http://unadel.org/

www.irdsu.net

Inter-Réseaux des professionnels du Développement Social Urbain

Publications

Publications Onisep

Les métiers du social
collection Parcours, Onisep
parution 2015

Vient de paraître

Pour
les professionnels

Accueil Toute l'actu nationale

monorientationenligne.fr