Imprimer
Accueil > Secteurs > Fiches métier > conducteur(trice) de bus ou d'autocar

< Retour à la page précédente

Fiche métier

conducteur(trice) de bus ou d'autocar

Le conducteur de bus ou d'autocar transporte des voyageurs dans des conditions optimales de confort, de sécurité et de qualité de service. Il prend également en charge l'accueil des usagers en les conseillant et les informant.

  • Niveau d'accès : CAP ou équivalent
  • Salaire débutant : 1445 €
  • Statut(s) : Statut salarié
  • Synonymes : Conducteur(trice) de transport en commun
  • Secteur(s) professionnel(s) :

    Transport - Logistique

  • Centre(s) d'intérêt :

    J'aime bouger

Le métier

Nature du travail

Du scolaire au tourisme

Le transport collectif de personnes sur le réseau routier urbain ou interurbain est le coeur du métier. Mais il recouvre nombre d'activités différentes : transport scolaire (souvent à temps partiel), lignes régulières urbaines ou interurbaines, conduite de véhicules spécialisés ou d'autocars de (grand) tourisme.

Courtoisie et prudence

Dans tous les cas, courtoisie, bonne présentation et professionnalisme sont de rigueur. Le conducteur assure en toute sécurité le transport des voyageurs. Mais pas seulement. Il les accueille, les assiste, les conseille et les informe, anticipe et gère au mieux les incidents de parcours.

Électronique, mécanique...

Le conducteur dispose d'une panoplie d'outils : chronotachygraphe (compteur de temps et de km parcourus), téléphone mobile, système de guidage par satellite... Il diagnostique les pannes de son véhicule, informe et réagit en temps réel face à des situations inattendues ou d'urgence. Il administre aussi les gestes de premiers secours.

Compétences requises

Bonne santé indispensable

Il ne s'agit pas de s'endormir au volant ou de mal évaluer les distances. Une acuité visuelle d'au moins 15/10, une audition correcte et l'absence d'antécédent cardiaque sont contrôlés régulièrement par un examen médical. Un solide équilibre nerveux, une grande capacité d'attention et des réflexes sont essentiels.

Bien sous tous rapports

Les employeurs recrutent aussi bien des filles que des garçons. Leur choix se porte prioritairement sur un candidat ponctuel, courtois, qui présente bien et ayant le goût du contact. C'est un métier pour de jeunes adultes qui aiment bouger et qui ont le sens des responsabilités.

Conduire mais aussi...

Pour exercer, il faut posséder le permis D (permis de transport en commun) qui est subordonné à l'obtention du permis B (véhicules légers). Le conducteur doit également savoir effectuer des formalités administratives et maîtriser les nouvelles technologies (guidage par satellite). Autres connaissances : la mécanique et la pratique d'une langue étrangère surtout dans le secteur du tourisme.

Où l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

Jour et nuit

De villes en villes, en France comme à l'étranger, le conducteur de transport en commun travaille généralement de jour comme de nuit. Employé par une municipalité pour transporter des élèves vers leur établissement scolaire, il assure un service le matin et le soir.

Pas de routine !

Selon son poste, la durée de sa journée de travail varie. Si elle atteint 14 h, on parle « d'amplitude ». La journée est entrecoupée de périodes de temps libre appelées « coupures ». Quel que soit son régime horaire, le conducteur ne connaît pas la routine et effectue les trajets en toute autonomie.

Représentant de l'entreprise

Au volant de son véhicule, le conducteur est seul maître à bord. La qualité des relations qu'il noue avec la clientèle est un aspect important de son travail. De son comportement vis-à-vis des passagers, dépendra l'image de l'entreprise qu'il représente.

Carrière et salaire

Salaire

Salaire du débutant

A partir du Smic et jusqu'à 1750 euros brut par mois.

Intégrer le marché du travail

Une forte demande

Les besoins en conducteurs se font plus que jamais sentir dans le secteur public comme dans le secteur privé. Les débouchés sont importants aussi bien en ville qu'à la campagne.

Répondre aux nouveaux besoins

Deux phénomènes expliquent l'accroissement des débouchés.

L'évolution des besoins des voyageurs, principalement en banlieue parisienne. Ces derniers ont des horaires décalés qui nécessitent la mise en place de services en heures creuses, voire l'ouverture de nouvelles lignes.

Et la nécessaire compensation des nombreux départs à la retraite.

Difficulté à l'embauche

Malgré cette demande, les employeurs ont des difficultés à embaucher à cause des contraintes horaires et de l'impact sur la vie familiale. Selon les syndicats de la profession, une des solutions serait de préparer la relève en mettant les plus jeunes au volant et de ramener l'âge du permis D de 21 ans à 18 ans.

Accès au métier

Accès au métier

Il faut savoir que posséder le permis D ne suffit pas. Il est impératif d'avoir au moins une formation professionnelle minimale obligatoire (FIMO).

Niveau CAP

  • CAP agent d'accueil et de conduite routière, transport de voyageurs
  • FIMO : pas d'obligation de niveau pour préparer cette formation. Il faut posséder le permis D ou E(D) et être âgé d'au moins 21 ans. La FIMO (140 heures) permet au conducteur d'exercer son métier dans le respect de la sécurité et de la réglementation professionnelle. Au programme : prendre en charge une mission de transport, utiliser les documents du transport, connaître les règles du chargement ...
  • NB : les titulaires d'un CAP ou d'un titre professionnel sont dispensés de FIMO.
  • Titre professionnel de conducteur du transport routier interurbain de voyageurs (CTRIV) délivré par le ministère chargé de l'emploi ;
  • Titre professionnel d'agent commercial et de conduite du transport routier urbain de voyageurs (ACCTRUV) délivré par le ministère chargé de l'emploi.

Exemples de formations

Jusqu’au Bac

CAP ou équivalent

En savoir plus

Témoignages

Rémy, conducteur de car interurbain

Une question d'horaire !

"La ligne sur laquelle je travaille me permet de gérer mon planning sur l'année. Une semaine sur deux, je commence à 6 h pour terminer à 20 h, soit 9 h par jour... avec des pauses évidemment ! Le tout sur 6 jours. Il faut savoir que certaines pauses sont considérées comme temps de travail. Par exemple, quand je fais le plein, quand je vérifie les différents niveaux (huile et eau)."

(24/10/2007)

Ressources utiles

Groupe PROMOTRANS
http://www.promotrans.fr

Organisme de formation en transport, logistique, maintenance et voyage. Formation continue, formation en alternance, formation initiale et apprentissage, cap, bep, bac pro, bts, titre professionnel, enseignement supérieur, grands comptes...

AFT IFTIM - Association pour le développement de la formation dans le transport et la logistique 
http://www.aft-iftim.com

www.equipement.gouv.fr

Site internet du Ministère de l'équipement, des transports et du logement

www.fntv.fr

Site internet de la Fédération nationale des transports routiers de voyageurs

www.ratp.fr

Site internet de la Régie autonome des transports parisiens (RATP) + espace candidats

Publications

Publications Onisep

Les métiers du transport et de la logistique
collection Parcours, Onisep
parution 2013

Autres métiers susceptibles de vous interesser

Loading recommended items

Vient de paraître