Accueil > Secteurs > Fiches métier > conducteur(trice) de travaux

< Retour à la page précédente

Fiche métier

conducteur(trice) de travaux

Le conducteur de travaux assume la responsabilité d'un ou de plusieurs chantiers de construction (bâtiments, routes, ponts...) sur les plans financier, commercial, juridique, technique et humain. Un poste réservé à des professionnels polyvalents et autonomes.

  • Niveau d'accès : bac + 2
  • Salaire débutant : 2350 €
  • Statut(s) : Statut salarié
  • Synonymes : Directeur(rice) de travaux,
    Ingénieur(e) de chantier,
    Ingénieur(e) travaux,
    Ingénieur(e) travaux génie civil,
    Pilote de chantier
  • Métiers Associés :

    Agent(e) de maîtrise de la ville de Paris (bâtiments),
    Agent(e) de maîtrise de la ville de Paris (travaux publics TP),
    Contrôleur(euse) territorial(e) de travaux,
    Contrôleur(se) territorial(e) de travaux (bâtiments),
    Contrôleur(se) territorial(e) de travaux (routes, voiries et réseaux divers),
    Contrôleur(se) territorial(e) de travaux (voies navigables et ports maritimes)

  • Secteur(s) professionnel(s) :

    Architecture - BTP

  • Centre(s) d'intérêt :

    J'aime bouger,
    J'aime organiser, gérer,
    J'aimerais travailler dehors

Le métier

Nature du travail

Concertation préalable

Les responsabilités d'un conducteur de travaux varient selon la taille de l'entreprise qui l'emploie et l'importance du chantier qui lui est confié. En général, il a la lourde tâche de suivre les travaux de A à Z. Et se retrouve en position d'interlocuteur central pour tous les acteurs du projet (architectes, ingénieurs, techniciens, contremaîtres et ouvriers). Première tâche : organiser le futur chantier.

Préparation et organisation

Présent dès les premières réunions, il s'inspire des plans de l'architecte et des résultats des études (techniques, de prix) pour préparer et organiser le chantier. Ayant évalué les effectifs nécessaires à la réalisation de l'ouvrage, il recrute en conséquence. C'est encore lui qui choisit les matériaux, passe les commandes de matériel, donne des instructions aux sous-traitants.

Suivi et contrôle

Secondé par le chef de chantier, il compose et dirige les équipes, contrôle l'avancement des travaux, rédige les rapports de chantier. Il veille au respect des délais et du budget initialement prévus, tout en se montrant intransigeant sur la sécurité du personnel.

Compétences requises

Responsable

Chef d'orchestre, homme-pivot, patron ou gestionnaire : les qualificatifs ne manquent pas pour souligner les lourdes responsabilités qui pèsent sur les épaules du conducteur de travaux. Bien sûr, il lui arrive de déléguer, notamment au chef de chantier, qui est son bras droit. Mais c'est lui qui devra rendre des comptes en cas, par exemple, de dérive financière.

Réactif

Il est capable d'anticiper les problèmes qui pourraient se poser et de réagir rapidement face à un imprévu. Un engin qui tombe en panne, des matériaux qui n'arrivent pas à la date fixée, une tempête de neige... À lui de prendre les bonnes décisions pour qu'aucun retard ne s'ensuive.

Communicant

Médiateur incontournable entre les différents professionnels mis à contribution sur un chantier, il doit toujours se mettre à l'écoute des autres, expliquer ses choix et tout mettre en oeuvre pour préserver une bonne ambiance de travail. Autorité, diplomatie et charisme seront, en l'occurrence, ses meilleurs alliés. Des qualités qui s'acquièrent souvent avec l'expérience.

Où l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

Mobilité géographique

Que ce soit pour inspecter le (ou les) chantiers dont il a la responsabilité, pour rendre visite aux fournisseurs ou pour rencontrer les clients, le conducteur de travaux est amené à se déplacer fréquemment. Sans compter ses heures, puisqu'il s'adapte au planning de ses interlocuteurs.

Des opportunités à l'international

Les entreprises françaises exportent bien leur savoir-faire en matière de construction de bâtiments et de travaux publics. Résultat : le tiers des conducteurs de travaux exercent leur métier à l'étranger.

Devenir fonctionnaire

Travailler dans le privé est souvent plus rémunérateur que dans le public, mais souvent au prix d'un rythme de travail effréné ! Ceux qui privilégient une certaine qualité de vie peuvent se tourner vers la fonction publique (d'État ou territoriale) qui organise régulièrement des concours pour recruter sur des postes de conducteurs de travaux.

Carrière et salaire

Salaire

Salaire du débutant

Autour de 2350  euros brut par mois pour un débutant. Après cinq ans d'expérience, jusqu'à 3000 euros.

Intégrer le marché du travail

Savoir attendre

La fonction de conducteur de travaux exige de connaître parfaitement les divers corps de métiers qui travaillent dans le secteur de la construction et d'avoir déjà à son actif une solide expérience du chantier. Autant dire qu'elle n'est pas accessible aux débutants.

Un diplôme pour aller plus vite

La rapidité des promotions dépend quand même de la formation initiale. Les titulaires d'un BTS du secteur du BTP ou d'un DUT en génie civil gagneront du temps. Après avoir fait leurs premières armes comme aides-conducteurs, ils accèderont, assez vite, au poste de conducteur de travaux. Avec quelques années d'expérience, ils pourront encore évoluer vers des fonctions de directeur de travaux ou encore d'ingénieur commercial.

Rémunération

Accès au métier

Accès au métier

Bac+2 pour lancer la carrière

Pour accéder au poste convoité, deux possibilités : gravir un à un tous les échelons d'ouvrier qualifié à chef d'équipe, puis chef de chantier et enfin conducteur de travaux. Ou alors intégrer le secteur en ayant déjà un diplôme de niveau bac+2. Cette dernière solution présentant le gros avantage d'être plus rapide.

Trois diplômes peuvent être conseillés. Tous appréciés des recruteurs, ils se différencient par le lieu où on peut les préparer.

  • Les BTS bâtiment, études et économie de la construction et travaux publics se préparent en deux dans un lycée ou un établissement privé.
  • Il faudra, en revanche s'inscrire dans un IUT (institut universitaire de technologie) pour suivre la formation menant au DUT génie civil. Vous aurez le choix entre deux options (travaux publics et aménagement ou bâtiment) et la possibilité de poursuivre en licence pro pour acquérir un niveau bac+3.
  • Un certain nombre de licences pro préparent directement au métier de conducteur de travaux. Citons la licence pro bâtiment et construction et ses options conduite et gestion de projets BTP (au Havre et par la voie de l'apprentissage), conduite de projets de bâtiment et conduite de projets de travaux publics (ces deux dernières options étant proposées à Grenoble 1). Ou encore la licence pro génie civil et construction, option conducteur de travaux, gestionnaire de la production dans les industries du BTP qui peut être suivie à Rennes 1.
  • Vous pouvez enfin opter pour une école. Réputée pour sa formation d'ingénieurs, l'ESTP (École spéciale des travaux publics, du bâtiment et de l'industrie) propose également une filière de préparation au métier de conducteur de travaux. Ouverte aux bacheliers, elle est organisée en deux ans et peut être suivie, au choix, à temps plein ou en apprentissage. À Grenoble, l'ISCO (Institut supérieur de la construction) s'intéresse également à ce débouché et dispense une formation de trois ans, accessible après le bac. Dès la 1re année, les étudiants effectuent deux stages en entreprise. En 2e et 3e années, ils travaillent avec un statut d'apprenti.

En savoir plus

Témoignages

Sébastien, conducteur de travaux

L'âme d'un entrepreneur

"Je suis entré chez Bouygues il y a six ans avec un DUT génie civil et je me retrouve déjà à la tête d'une équipe comptant une trentaine de personnes et pas moins de 24 corps d'état. Comme tout patron, je dois dégager une marge de bénéfice. Pour élaborer le budget prévisionnel, j'ai quantifié le nombre d'heures de travail, de mètres cubes à couler... Après, c'est une affaire de gestion au quotidien. Pas question, par exemple, de laisser une banche au repos trois jours durant. Je préfère utiliser cet argent pour motiver mes hommes."

(13/10/2006)

Ressources utiles

CCCA-BTP - Comité central de coordination de l'apprentissage du BTP
http://www.ccca-btp.fr

CAPEB - Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment
http://www.capeb.fr

FNTP - Fédération nationale des travaux publics
http://www.fntp.fr
http://www.metier-tp.com

FFB - Fédération française du bâtiment
http://www.ffbatiment.fr

www.planete-tp.com

Site d'information édité par l'association pour la connaissance des travaux publics (ASCO-TP)

www.lebatiment.fr

Site édité par la fédération française du bâtiment (FFB) pour promouvoir la profession

www.metiers-btp.fr

Site de l'observatoire prospectif des métiers et qualifications du BTP

Publications

Publications Onisep

Les métiers du bâtiment et des travaux publics
collection Parcours, Onisep
parution 2012

Autres métiers susceptibles de vous interesser

Loading recommended items
Recherche géolocalisée

Vient de paraître

Contacter
un conseiller en ligne

http://www.onisep.fr/ezrecommendation/request?productid=news&eventtype=consume&itemtypeid=1&itemid=81003&categorypath=/2/64/60837/80566/