Imprimer
Accueil > Secteurs > Fiches métier > conseiller(ère) en insertion sociale et professionnelle

< Retour à la page précédente

Fiche métier

conseiller(ère) en insertion sociale et professionnelle

Le conseiller en insertion sociale et professionnelle est l'interlocuteur privilégié des jeunes de 16 à 25 ans confrontés à des problèmes d'insertion, de formation, d'emploi et de vie quotidienne. Il leur apporte une réponse personnalisée.

Le métier

Nature du travail

Au service des jeunes

Problèmes d'orientation, de choix de projet professionnel, de manque de qualification ; difficultés de logement ou de santé, difficultés financières... Les jeunes de 16 à 25 ans confrontés à ces obstacles peuvent rencontrer un CISP (conseiller en insertion sociale et professionnelle). Il les accompagnera dans leur parcours et mobilisera l'offre de services et les dispositifs adaptés à leurs besoins.

Le temps du bilan

Lors du premier entretien avec un jeune, le CISP établit un bilan complet (niveau de formation, expérience professionnelle, centres d'intérêt, revenus, accès aux soins...) pour initier un parcours d'accompagnement individualisé. Les services apportés peuvent aller d'une simple information à l'élaboration d'un projet professionnel.

Un accompagnement global

Le CISP consacre une grande partie de son temps aux entretiens individuels. Par ailleurs, il anime régulièrement des séances d'information, des ateliers collectifs (techniques de recherche d'emploi, simulations d'entretiens...).

Il intervient auprès des entreprises (recherche d'offres d'emploi, de stages) et développe des partenariats avec le monde économique.

Il est le référent du jeune et coordonne l'accompagnement global de ce dernier.

Compétences requises

Une écoute attentive

Chaque jeune est unique. Seule l'écoute active permet de lui donner une réponse adaptée... parfois sur plusieurs années. Une relation de confiance s'installe, mais le CISP (conseiller en insertion sociale et professionnelle) marque des limites. Réactif, disponible, compréhensif et patient, le CISP n'est jamais complaisant. Il est là pour encourager la personne à se sortir d'une situation précaire. il aide les jeunes à devenir autonomes et acteurs de leur parcours.

Des capacités d'adaptation et de la maturité

Le dynamisme est indispensable pour exercer ce métier. De plus, il faut beaucoup de maturité pour répondre à des situations difficiles, sans s'impliquer personnellement. Quand un jeune « craque » ou qu'une situation reste bloquée, le conseiller doit s'y adapter et la gérer.

Des connaissances actualisées régulièrement

Le conseiller doit chercher l'information, prendre des initiatives, développer des partenariats. Il connaît bien le territoire sur lequel il intervient, ainsi que le fonctionnement des institutions. Le CISP doit s'informer des dispositifs nouveaux et des mesures d'aide à l'emploi et à l'insertion.

Où l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

Dans les missions locales

Le CISP (conseiller en insertion sociale et professionnelle) exerce dans une mission locale ou une PAIO (permanence d'accueil, d'information et d'orientation). Il en existe plus de 500 au plan national. Ces structures peuvent être communales ou intercommunales. C'est un service public qui couvre en général un territoire de 100 000 habitants. Les équipes de conseillers travaillent sous la responsabilité d'un directeur.

Relationnel et administratif

Les horaires de travail du CISP sont réguliers. Il alterne le suivi individuel de jeunes, l'animation des séances collectives, le travail avec des partenaires. En parallèle, il assume un rôle administratif important : saisie des dossiers individuels, rédaction des demandes d'aides ou de formations, contacts téléphoniques fréquents avec Pôle emploi, les entreprises, les services sociaux ou les centres de formation...

Un travail d'équipe

Autonome, le CISP n'est cependant pas isolé : il travaille au sein d'une équipe. Face à des cas difficiles, il peut échanger et solliciter l'avis de ses collègues. Toujours dans l'actualité, il suit l'évolution des dispositifs liés à l'emploi, la formation et l'insertion en général. Il s'informe aussi de ce qui se passe dans les autres missions locales sur le territoire et auprès des partenaires.

Carrière et salaire

Salaire

Salaire du débutant

1700 euros brut par mois.

Intégrer le marché du travail

Des emplois en progression

Environ 11 000 personnes travaillent dans le réseau des missions locales. Cet effectif, variable en fonction des dispositifs mis en place et des orientations politiques, reste en constante progression, car le nombre de jeunes en difficulté et sans qualification génère des besoins importants. Si le recrutement des conseillers fait partie des priorités des missions locales, il reste néanmoins soumis aux financements publics.

De plus en plus de responsabilités

Avec une expérience d'environ une dizaine d'années, le CISP (conseiller en insertion sociale et professionnelle) peut devenir chargé de projet (insertion, logement, santé, citoyenneté...). Il occupera alors la majorité de son temps au montage de projets en relation avec des partenaires locaux. Il peut également devenir chef de secteur pour gérer une antenne de la mission locale (encadrement d'une équipe). Au-delà, se situent les postes de direction. Le CISP peut encore évoluer vers les métiers de Pôle emploi, la gestion de structures associatives, la formation...

Accès au métier

Accès au métier

Il n'existe pas de diplôme précis pour accéder à ce métier. Les formations privilégiées sont celles du domaine de la psychologie, de l'économie, du droit, du développement social et de l'insertion, de niveau bac + 3 à bac + 5. Dans tous les cas, une expérience auprès des jeunes, la connaissance du monde du travail et le parcours personnel du candidat sont des critères de sélection.

Niveau bac + 3

  • Licences en sciences de l'éducation, en psychologie, en sociologie
  • Licences professionnelles spécialité métiers de l'emploi et de la formation (conseiller en emploi-formation-insertion ; métiers de la formation, de l'insertion professionnelle et de l'accompagnement)

Niveau bac + 5

  • Masters en économie, droit, sociologie, intervention sociale, psychologie (psychologie de l'orientation et de l'insertion ; ingénierie de la formation et de l'insertion professionnelle)

En savoir plus

Témoignages

Nathalie, conseillère en insertion sociale et professionnelle, dans une mission locale (38)

Avec les jeunes, un lien d'adulte à adulte

"Dans ce métier, on ne peut pas être dans la routine, sinon on est vite dépassé. Il faut sans cesse se tenir au courant des nouvelles mesures, chercher l'information. Ce qui était valable l'année dernière ne l'est plus aujourd'hui... Il ne faut pas oublier qu'on dépend des politiques à tous les échelons : national, régional, local. On doit pouvoir s'adapter vite pour répondre aux dispositifs et aux orientations des financeurs."

"Et puis, il faut faire confiance aux jeunes. La plupart des projets, s'ils sont réalistes, sont envisageables. Reste à trouver les financements et les organismes de formation. La mise en situation est importante. Le conseiller en insertion sociale et professionnelle doit avoir un bon réseau relationnel pour lui permettre de multiplier les possibilités de stages pour les jeunes."

"Pour les jeunes loin de l'insertion, il faut travailler sur leur projet. On cherche ensemble des idées de métier ou de formation. C'est au travers de la relation qu'on entretient avec lui en suivi individualisé, qu'on découvre ses qualités."

(05/10/2011)

Ressources utiles

Union nationale des missions locales
61 rue Pierre Cazeneuve
31200 Toulouse 

www.cnml.gouv.fr

Le site du Conseil national des missions locales fournit des informations sur l'actualité nationale et régionale des missions locales, et sur les textes et rapports en lien avec l'insertion et les publics jeunes.

Publications

Publications Onisep

Les métiers du social
collection Parcours, Onisep
parution 2012

Autres métiers susceptibles de vous interesser

Loading recommended items

Vient de paraître