L'ingénieur électronicien des systèmes de la sécurité aérienne (IESSA) installe, contrôle, assure la maintenance et développe les équipements aéronautiques liés à la sécurité aérienne. Ses responsabilités : la sécurité des passagers et celle des équipages.

  • Salaire débutant
    1615€ brut

Publicité

En quoi consiste ce métier ?

Sans l'extrême vigilance de l'ingénieur électronicien des systèmes de la sécurité aérienne (Iessa), chaque vol frôlerait l'accident. Cet ingénieur travaille au sein d'un service d'études (pôle innovation, recherche et développement) de l'aviation civile, dans un « centre en route » de la navigation aérienne, dans un centre de maintenance ou dans un aéroport. Il est responsable de l'installation, de l'entretien et du développement des équipements radioélectriques et électroniques (radars, systèmes d'atterrissage automatique, systèmes informatiques) qui assurent la sécurité des transports aériens afin que les avions puissent décoller, voler et atterrir en sécurité, par tous les temps.

Passionné de nouvelles technologies, il a aussi pour tâche d'améliorer les équipements existants. Il assume de lourdes responsabilités, car c'est de son travail que dépend la sécurité des passagers et de l'équipage. Il doit donc gérer son stress et avoir une grande capacité de concentration. Il lui faut aussi maîtriser impérativement l'anglais, qui est la langue de travail dans les tours de contrôle aérien. Ce métier attire de nombreux jeunes. Mais seulement une trentaine d'ingénieurs électroniciens des systèmes de la sécurité aérienne sont formés chaque année à l'Enac (École nationale de l'aviation civile).

Les formations et les diplômes

Après le bac

3 ans (après un bac + 2) pour obtenir le diplôme en ingénierie des systèmes électroniques de la sécurité aérienne de l'Enac. Accès sur concours après une classe prépa, une L2 validée (120 crédits ECTS), un DUT ou un BTS.