ingénieur/e de recherche clinique et épidémiologique

L'ingénieur de recherche clinique et épidémiologique étudie les maladies. Il élabore, coordonne et analyse des enquêtes épidémiologiques et des essais cliniques. Ses recherches sont utiles pour mettre au point de nouveaux traitements.

  • Salaire débutant
    2000€ brut

Ce métier me correspond-il ?

J'aime faire des expériences

Mes passions : la physique-chimie et les SVT (dont les expériences en labo), les jeux scientifiques, mon microscope et ma loupe

Mes qualités : curiosité, inventivité, réactif/ve aux solutions à apporter en cas de problème, méthode, goût pour les énigmes, autonomie, à l'aise avec les matières scientifiques, technophile

Publicité

En quoi consiste ce métier ?

L'ingénieur de recherche clinique et épidémiologique étudie les maladies. Il élabore, coordonne et analyse des enquêtes épidémiologiques et des essais cliniques. Chercheur, il s'attache d'abord à définir son champ d'investigation et rédige un protocole. Il répond à différentes questions : doit-on suivre un nombre restreint ou étendu de patients ? Faut-il procéder à des analyses de sang ? Quelle méthode statistique utiliser ?...

En recherche clinique, il dirige des essais thérapeutiques pour évaluer l'efficacité d'un nouveau médicament. En recherche épidémiologique, son objectif est la prévision. Il cherche par exemple quels sont les facteurs aggravants lors de la propagation d'une épidémie. Il étudie la fréquence des maladies, leur répartition dans la société, etc. Ses travaux servent de référence aux pouvoirs publics pour mettre en oeuvre des politiques de prévention. Ses analyses statistiques sont aussi précieuses lors des essais cliniques, pour décider de l'efficacité d'un médicament.

Statisticien ayant des connaissances dans le domaine de la santé, il maîtrise les logiciels de bases de données. Il travaille soit dans la recherche publique (Inserm, Inra, Institut Pasteur, ANSM, etc.), soit dans l'industrie pharmaceutique.

Les formations et les diplômes

Après le bac

De bac + 5 (diplôme d'ingénieur spécialisée en biologie, master en épidémiologie, en recherche clinique, en génie cellulaire, en santé publique...) à bac + 6 (diplôme d'État de docteur en pharmacie), jusqu'à bac + 8 (doctorat en santé publique et épidémiologie, épidémiologie et évaluation des actions de santé, épidémiologie et intervention en santé publique, biostatistiques...) et bac + 9 (diplôme d'État de docteur en médecine).

* Prix hors frais de port