Imprimer

< Retour à la page précédente

Fiche métier

maçon(ne)

Premier à intervenir sur une construction, le maçon met en place les fondations des futurs immeubles, des maisons individuelles ou des bâtiments industriels. Puis il monte les éléments porteurs : murs, poutrelles et planchers.

Le métier

Nature du travail

Suivre les indications du géomètre

La bonne marche du chantier dépend de la qualité du travail du maçon. Il coordonne d'ailleurs fréquemment d'autres corps de métiers, et veille au respect des normes et des réglementations en vigueur. Seul ou en équipe, il réalise des travaux de maçonnerie à partir de directives orales ou écrites (sur la base des plans). Il effectue l'implantation des bâtiments d'après les indications du géomètre. Son travail fait suite aux travaux du terrassier qui a préparé le sol et le terrassement.

Utiliser des outils et des matériaux variés

Selon les constructions, le maçon a l'occasion de manipuler du béton, des liants, des moellons, de la pierre, de la brique, du bois, des matériaux composites, des ensembles préfabriqués (poutrelles, hourdis, prédalles), etc. En conséquence, il utilise des outils à main (truelle, fil à plomb…) et/ou des équipements mécaniques comme les matériels électroportatifs ou pneumatiques. Le maçon maîtrise également la fabrication des éléments qui servent à maintenir ou à décorer l'enveloppe du bâtiment : mortier, ciment, plâtre, résine, et réalise des enduits intérieurs et extérieurs. Dans certaines régions, le maçon fait aussi office de couvreur et de charpentier.

Mettre en place l'ossature du bâtiment

Premier à intervenir sur une construction, le maçon est responsable de la mise en place du « squelette » du bâtiment. Traditionnellement, il assemble des murs de briques, de pierres ou de parpaings, ou des cloisons internes à l'aide d'engins de manoeuvre. Il pose des panneaux préfabriqués ou des blocs de fenêtre avec des mortiers. Il applique ensuite les enduits sur les murs. Pour les constructions industrielles, il est chargé de réaliser des coffrages dans lesquels il coule le béton, pour fabriquer des sols, par exemple.

Compétences requises

Rigueur et polyvalence

Le bon démarrage d'un chantier dépendant de son travail, le maçon doit être rigoureux. Il sait respecter les plans et les consignes, effectuer des tracés et des repérages. Il maîtrise des techniques de mise en oeuvre et utilise des matériaux très variés. Il sait gérer son temps et a le sens des responsabilités.

Robustesse et disponibilité

Le travail sur le chantier demande une bonne condition physique, le sens de l'équilibre, de la prudence et le respect absolu des règles de sécurité. Bien que les techniques de levage aient beaucoup évolué, l'activité implique encore le port de charges. Contraint de se déplacer d'un chantier à l'autre, le maçon peut être amené à travailler pendant plusieurs mois loin de son domicile, en France ou à l'étranger. Il doit donc se montrer disponible et adaptable.

Où l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

Tous types de chantiers

Un maçon peut être appelé sur des chantiers de construction, de rénovation, voire de destruction. Il construit des bâtiments traditionnels ou modernes : maisons individuelles, immeubles collectifs d'habitation, immeubles de bureaux, centres commerciaux, bâtiments industriels... Il peut participer à la restauration et à la réhabilitation de monuments historiques.

Des techniques variées

La variété des chantiers auxquels participe un maçon contribue au développement de ses savoir-faire. Les techniques auxquelles il a accès sont très variées : construction traditionnelle, monomur, bétons spécifiques, assemblage d'éléments préfabriqués, isolation thermique par l'extérieur, etc. Un maçon peut également se spécialiser dans la performance énergétique des bâtiments et conseiller ses clients.

Un travail exigeant

La plupart du temps à l'extérieur, le maçon travaille souvent sur des échafaudages, en hauteur, avec port d'équipement obligatoire. Se déplaçant d'un chantier à l'autre, il est parfois éloigné de son domicile pendant plusieurs mois. Si les conditions de travail restent assez difficiles, elles se sont améliorées : la manutention, la mise en place des matériaux, l'évacuation des décombres sont facilitées par du matériel mécanisé.

Carrière et salaire

Salaire

Salaire du débutant

Smic.

Intégrer le marché du travail

Des recrutements à la pelle

Les entreprises de construction artisanale utilisent des techniques traditionnelles de maçonnerie et emploient de petites équipes de maçons. Les grandes entreprises du BTP (bâtiment et travaux publics) embauchent un nombre important d'ouvriers qui se forment sur le tas aux nouvelles techniques de béton, sous la direction d'un chef d'équipe.

De bonnes évolutions de carrière

Les entreprises du bâtiment recherchent des jeunes qualifiés. Après quelques années d'expérience, ils peuvent devenir chefs d'équipe ou, après une formation en gestion et en comptabilité, reprendre ou créer une entreprise.

Accès au métier

Accès au métier

Le CAP(certificat d'aptitude professionnelle) est le premier niveau de qualification pour devenir maçon. Les formations en apprentissage sont les plus appréciées par les entreprises qui embauchent souvent leurs apprentis à l'issue de leur contrat.

Après la 3e

  • CAP maçon
  • CAP constructeur en béton armé du bâtiment
  • BP (brevet professionnel) maçon

Niveau bac

  • Bac pro technicien du bâtiment, organisation et réalisation du gros oeuvre
  • BAc pro interventions sur le patrimoine bâti

Niveau bac + 2

  • BTS (brevet de technicien supérieur) bâtiment

En savoir plus

Témoignages

Mathieu, conducteur de travauxpour la société Hemmerlé à Schleithal (67)

On ne s'ennuie jamais !

"Avec les progrès techniques, le métier a beaucoup évolué. Aujourd'hui, le béton nous arrive prêt à l'emploi et l'on confie au maçon des tâches plus complexes. Présent à chaque étape de la construction, il touche à tout : maçonnerie, coffrage, collage, béton, etc. On peut être à la fois maçon et coffreur, la formation permet de s'adapter au terrain."

"Le métier est toujours recherché. Dans notre entreprise, nous privilégions les apprentis, que nous embauchons par la suite : nous avons suivi leur formation et sommes sûrs de leur valeur. La meilleure école, c'est le chantier, le terrain. Les conditions de travail se sont améliorées, on ne travaille pas s'il fait trop froid ou s'il pleut trop fort. Il faut toutefois avoir une bonne santé et être robuste car on soulève des charges. "

"Ce qui me plaît le plus dans ce métier est de créer quelque chose qui reste, mais aussi de ne pas effectuer de tâches répétitives. On travaille 10 à 20 sortes de briques, on construit des maisons différentes. Toutes les 4 semaines, on passe à autre chose et notre travail varie chaque jour. Après quelques années d'exercice en tant que maçon, j'ai évolué comme chef de chantier, puis conducteur de travaux. Aujourd'hui, je possède des parts de l'entreprise dans laquelle je travaille."

(09/07/2012)

Ressources utiles

Les Compagnons du devoir
http://www.compagnons-du-devoir.com

Fédération compagnonnique des métiers du bâtiment
http://www.compagnons.org

Capeb - Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment
http://www.capeb.fr

FFB - Fédération française du bâtiment
http://www.ffbatiment.fr

www.lebatiment.fr

Site édité par la FFB (Fédération française du bâtiment) pour promouvoir la profession

www.metiers-btp.fr

Site de l'Observatoire prospectif des métiers et qualifications du BTP

Publications

Publications Onisep

Les métiers du bâtiment et des travaux publics
collection Parcours, Onisep
parution 2012

Les métiers du bâtiment
collection Zoom, Onisep
parution 2009

Autres métiers susceptibles de vous interesser

Loading recommended items

Vient de paraître