Imprimer
Accueil > Secteurs > Fiches métier > magistrat(e)

< Retour à la page précédente

Fiche métier

magistrat(e)

Rendre la justice et veiller au respect des textes législatifs et réglementaires, telles sont les missions du magistrat. Si cette profession attire de nombreux candidats, elle reste extrêmement difficile d'accès.

Le métier

Nature du travail

Faire appliquer la loi

Garant du bon déroulement des procès, le magistrat du siège applique la loi et rend un jugement conforme au droit, après avoir étudié le dossier et entendu objectivement les accusés et les accusateurs ainsi que leurs avocats exposer leurs arguments dans un débat contradictoire.

Il peut fixer des sanctions et des peines, ordonner des dommages et intérêts. Ses fonctions varient selon sa spécialisation : juge d'instance, juge des enfants, juge de l'application des peines, juge des affaires familiales...

Défendre l'intérêt public

Le magistrat du parquet (substitut, procureur, avocat général...) officie au sein d'un tribunal de grande instance, d'une cour d'appel ou à la Cour de cassation. Sa mission : défendre les intérêts de la société et veiller au respect de l'ordre public. Il dirige les enquêtes de police, décide des suites à donner en cas d'infraction et s'assure de la bonne exécution des peines prononcées. En audience, il plaide (debout) pour réclamer une peine au nom de l'intérêt public qu'il représente.

Compétences requises

Humain et juste

De solides connaissances en droit sont, bien sûr, exigées. Mais un magistrat doit aussi être attentif et disponible, humble et autonome, capable d'initiative et de synthèse, réactif et organisé, conciliant et compréhensif. Au quotidien, il est animé par la recherche constante de la vérité et le sens de l'équité.

Impartial et à l'écoute

L'action du magistrat s'inscrit de plus en plus dans un travail collectif. Prendre le temps de consulter différents partenaires est indispensable avant de rendre, en toute objectivité, une décision finale... parfois lourde de conséquences sur la vie des gens.

Faire preuve de psychologie est indispensable pour appréhender au mieux les cas à traiter. Des talents de médiateur contribuent à apaiser les conflits et à gérer les événements difficiles.

Où l'exercer ?

Lieux d’exercice et statuts

Indépendant ou sous tutelle

Les magistrats sont des agents publics disposant d'un statut particulier. Le magistrat du siège est inamovible, bénéficiant ainsi d'une pleine indépendance dans l'exercice de ses missions. Il ne peut être ni révoqué ni déplacé contre son gré. À l'audience, il est assis, d'où l'appellation de « magistrature assise ». A contrario, le parquet, qualifié de « magistrature debout », est placé sous l'autorité du garde des Sceaux.

Un poste à responsabilités

Le magistrat se voit confier très rapidement de grandes responsabilités. En effet, ses décisions influent directement sur la vie de ses concitoyens. Il juge soit en collégialité, c'est-à-dire à trois, soit seul.

Entouré de spécialistes

Sa mission ne peut se concevoir sans l'intervention de nombreux professionnels qui participent à la prise de décision finale : avocats, huissiers, greffiers, officiers et agents de police, experts et travailleurs sociaux (services pénitentiaires d'insertion et de probation). Ainsi, le juge des enfants s'appuie toujours sur l'avis des assistants de service social, des éducateurs, des médecins, des psychologues et des conseillers d'orientation avant de prendre une décision.

Carrière et salaire

Salaire

Salaire du débutant

Après réussite au concours de la magistrature, un élève magistrat perçoit 1662 euros brut par mois. En début de carrière, un magistrat titulaire preçoit 2092 euros brut par mois.

Intégrer le marché du travail

Différentes fonctions

La profession regroupe une grande diversité de spécialités. Choisir l'une d'elles n'est cependant pas définitif. Au cours de leur carrière, les magistrats du siège sont amenés à changer régulièrement de fonction, de manière à évoluer plus rapidement. Il est ainsi possible d'être juge d'instruction quelques années, puis de devenir juge aux affaires familiales. Néanmoins, passer du siège, fier de son indépendance, au parquet, dépendant du ministère, semble difficile...

Évoluer grâce à l'ancienneté

Pour atteindre le premier grade (vice-président d'un tribunal de grande instance), un magistrat doit être inscrit au tableau d'avancement, sur décision de son seul supérieur hiérarchique, et justifier de 7 années d'ancienneté.

La consécration suprême d'une carrière : accéder aux postes classés hors hiérarchie, par exemple ceux de premier président, procureur de la République, procureur général d'une cour d'appel ou de la Cour de cassation...

Accès au métier

Accès au métier

Agent public de l'État, le magistrat est recruté sur concours du ministère de la Justice.La formation (rémunérée) se déroule à l'ENM (École nationale de la magistrature) de Bordeaux. Le concours d'admission à l'ENM est ouvertaux titulaires d'un master 1, d'un diplôme d'IEP (institut d'études politiques), et aux anciens élèves d'une école normale supérieure, âgés de 31 ans au plus. Trois tentatives sont possibles. En 2011 : 1062 inscrits, 87 admis dont 45 titulaires d'un master 2, 14 diplômés d'un IEP, et 8 candidats issus des classes préparatoires intégrées de l'ENM.

La formation des élèves magistrats (qui ont le statut d'auditeur de justice) dure 31 mois. Elle comprend une partie théorique et de nombreux stages pratiques dans une juridiction auprès d'un magistrat, dans un cabinet d'avocats, en prison, etc. À l'issue d'un examen, le jury se prononce sur l'aptitude de l'auditeur de justice et détermine son rang de classement pour le choix d'un premier poste. Il suit alors une formation et un stage centrés sur cette affectation.

À noter : l'ENM propose des classes préparatoires au concours d'entrée aux jeunes issus de milieux sociaux défavorisés. Il est aussi possible de préparer le concours à l'université dans le cadre des IEJ (instituts d'études judiciaires).

Niveau bac + 4 au minimum

  • Master 1 et 2
  • Diplôme d'IEP

Exemples de formations

Après BAC

bac + 7

En savoir plus

Témoignages

Mariella,ancienne juge d'instance

D'une fonction à l'autre

"Le métier de magistrat exige une mobilité fonctionnelle et géographique. À la sortie de l'ENM, j'ai d'abord été juge des enfants pendant 3 ans au Havre. Une fonction assez dure psychologiquement, car on est confronté à des violences ou à des abus d'enfants. J'ai ensuite demandé à devenir juge aux affaires familiales, puis juge d'instance. La mobilité permet d'avoir un regard neuf sur les dossiers. Depuis 2010, je suis conseillère à la cour d'appel. Je tranche les affaires jugées en première instance par les prud'hommes. Nous sommes saisis par une des parties qui n'a pas été satisfaite du jugement. Contrairement aux idées reçues, le juge ne fait pas que condamner. Sa principale mission est de défendre les droits de toutes les personnes et de la société."

(21/04/2012)

Ressources utiles

ENM - École nationale de la magistrature
http://www.enm.justice.fr

www.metiers.justice.gouv.fr

Informations sur les métiers et les concours du ministère de la Justice

www.village-justice.com

Réseau des étudiants et professionnels du droit

Publications

Publications Onisep

Les Métiers du droit et de la justice
collection Parcours, Onisep
parution 2011

Autres métiers susceptibles de vous interesser

Loading recommended items

Vient de paraître